LOCON SUR LAWE
LOCON SUR LAWE

Les GENS de LOCON et du reste du monde
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez
 

 LA VIE SOUS MACRON

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 9, 10, 11  Suivant
AuteurMessage
PACA



Messages : 3120
Date d'inscription : 26/09/2007

LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Icon_minitimeJeu 28 Fév - 9:40

https://www.change.org/p/monsieur-le-pr%C3%A9sident-de-la-r%C3%A9publique-p%C3%A9tition-argument%C3%A9e-pour-l-indexation-des-retraites?fbclid=IwAR28AHWTKF8DUvaVSMnRaaSblw3ToeBMGWNYOz1yTHGStbCeL5imsqnQZAE




PÉTITION (ARGUMENTÉE) POUR L'INDEXATION DES RETRAITES SUR L'INFLATION


LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 TahVRrroCiuDNve-800x450-noPad


LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 FUbOlSFmATZKxpF-48x48-noPad
COLLECTIF DES RETRAITÉS a lancé cette pétition adressée à Monsieur Le Président de la République.




PÉTITION (ARGUMENTÉE) POUR L'INDEXATION AUTOMATIQUE DES RETRAITES SUR L'INFLATION
Monsieur le Président, vous avez osé le faire : Vous attaquer à une part importante de la population, parmi les plus faibles, car pour certain, plus en état de lutter, ni même de se faire entendre, ne serait-ce pour maintenir son niveau de vie.


Voilà pourquoi cette loi consistant à ne plus indexer les retraites sur l'inflation, Monsieur le Président, est entre autre, honteuse. 

De plus, est-elle constitutionnelle, voire légale vis-à-vis du droit européen ? (car discriminatoire et rétroactive) A vérifier...



Indépendamment des individus, avez-vous pris en compte le fait que la diminution constante des pensions de retraite, car c'est bien de cela qu'il s'agit, c'est aussi par effet de ruissellement, notamment la diminution des ressources des EHPAD, déjà en très "grande difficulté", avec son corollaire de misère humaine.


Par cette loi, vous programmez la paupérisation de « nos aînés », comme aiment à nous affubler hypocritement beaucoup .... Voulez-vous, Monsieur Macron être ce Président ?


Lorsque que l'on prend sa retraite, on sait que, suite à la baisse drastique des revenus, la progression du pouvoir d'achat est non seulement évidemment stoppée, normal, mais que celui-ci s'en trouve diminuée d'autant. C'est la règle, on le sait, on l'accepte. Alors, après avoir fait ses comptes, « on fait avec » comme l'on dit, normal aussi. Souvent même, pour ne pas dire la plupart du temps, ce sont ces « calculs d’apothicaire », Monsieur le Président, qui déterminent la date du départ.


Alors, une fois à la retraite, lorsque l’imprévisible et l'impensable arrivent sans crier gare, cela est tout simplement catastrophique.


Non seulement catastrophique sur le plan matériel, on le comprendra, mais également sur le plan psychologique, car cela provoque le sentiment de ne plus rien contrôler du tout de sa propre existence, puisque tout peut donc arriver n'importe quand, n'importe où, n'importe comment, du simple fait du trait de plume d'un seul homme. Et contre cela, Monsieur le Président, pas de sécurité sociale…On se sent trahis.


Quant à la suppression ou à la « baisse de la hausse » de la CSG, Monsieur le Président, la n'est pas le problème, car la CSG si CSG il y a, elle est à intégrer, nous allions dire à ingérer « en une seule prise ».
Donc, s'il vous plaît, Monsieur le Président, ne vous cachez pas derrière cette fausse concession, nous ne sommes pas dupes.


Nous ne sommes certes plus « des actifs qui travaillent dur » (dixit EM), mais nous ne sommes pas dupes. Ce qui est gravissime, Monsieur le Président, c'est bien la désindexation des retraites. Car, et vous le savez bien, cela aura un effet cumulatif, genre boule de neige au fil des ans, et qui aboutira inexorablement à la catastrophe annoncée. Nous voulons croire, Monsieur le Président que ce n'est pas ce que vous souhaitez. Ne vous cachez pas non plus derrière des mesures, si nécessaires et indispensables soient-elles, mais ne touchant que les très bas revenus.


Votre prédécesseur avait une idée du seuil à partir duquel on est riche, et par conséquent du plafond en dessous duquel on ne l'est pas. Nous vous engageons à voir ce seuil...


Pragmatiquement, Monsieur le Président, avez-vous compté avec l'effet inverse du « ruissellement économique », car combien de parents, donc de grands-parents, donc de retraités qui, lorsqu’ils le peuvent, aident leurs enfants ?


Cela est une chose reconnue de tous, experts ou pas. Seriez-vous, Monsieur le Président l'inventeur du « rétro-ruissellement » ? Pensez-vous, Monsieur le Président, que le retraité d'aujourd'hui vit hors du monde ? Eh bien non Monsieur le Président, aujourd'hui le retraité a un enfant qui fait des études secondaires, qui se marie, qui a des besoins de logement, qui a des soucis de santé, etc. ... et dans ces circonstances, lui le retraité que vous imaginez "doré" a comme les « actifs » recours à des emprunts (quand il le peut) pour faire face avec dignité.


Et vous savez quoi ? Il lui arrive même d'aider ses propres parents. Qu'en dites-vous ? Eh bien c'est ça la vraie vie, Monsieur le Président.


PS 1 : Dans l'hypothèse, Monsieur le Président, où vous seriez en manque de pistes sérieuses 100 % indolores pour faire des économies, nous sommes à votre disposition, nous en avons, et plein, des idées...


Quelques exemples « au hasard » : Empilement des retraites des hauts fonctionnaires qui se comptes par milliers (voir dernièrement dans la presse notre défenseur des droits faisant lui-même le décompte de sa situation). A cela on peut ajouter quelques postes fumeux du genre « ambassadeurs des pôles ». Et la liste peut être très longue. Combien ce genre de fonction coûte t-il à la nation ? Et surtout pour quel service ? Et sont-ils évalués ?


PS 2 : Mais soyons positifs, et malgré tout, nous allons « déposer » sur le cahier des doléances (dont on se demande bien comment il pourra être pris en compte ?!), et nous engageons tous nos amis retraités à faire de même, avec un seul mot d’ordre : "OUI A L'INDEXATION DES RETRAITES"


PS3 : Monsieur le président, quand vous dites "les actifs paient pour les retraités", n'oubliez pas d'ajouter "COMME CES DERNIERS, LORSQU'ILS ÉTAIENT ACTIFS, ONT PAYÉS POUR LES RETRAITÉS D'ALORS". Ce sera plus juste.


PS4 : En outre Monsieur le Président, notre génération a connu la semaine de 40 heures, et les congés payés de 3 semaines !!! N'oubliez pas cela monsieur le Président.


PS 5 : Ne faisant plus partie des « actifs qui travaillent dur » donc, et en conséquence, nous ne sommes pas ou très, très, très peu invités dans les médias. Donc on ne nous entend pas. MAIS, nous avons des pieds et une tête en assez bon état encore, et chacun de nous connaît bien l'adresse de son bureau de vote, ET NOUS SOMMES DES MILLIONS....
Bien à vous, Monsieur le Président de la république, respectueusement,
LE COLLECTIF DES RETRAITÉS.



Grâce à vous cette pétition a une chance d'être victorieuse. Nous avons juste besoin de 10 signatures en plus pour atteindre le prochain objectif - Pouvez-vous aider ?




https://www.change.org/p/monsieur-le-pr%C3%A9sident-de-la-r%C3%A9publique-p%C3%A9tition-argument%C3%A9e-pour-l-indexation-des-retraites?fbclid=IwAR28AHWTKF8DUvaVSMnRaaSblw3ToeBMGWNYOz1yTHGStbCeL5imsqnQZAE




.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

PACA

Messages : 3120
Date d'inscription : 26/09/2007

LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Icon_minitimeMer 20 Fév - 17:23

Chanson censurée par France 2: 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

PACA

Messages : 3120
Date d'inscription : 26/09/2007

LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Icon_minitimeDim 17 Fév - 13:58

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

PACA

Messages : 3120
Date d'inscription : 26/09/2007

LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Icon_minitimeSam 16 Fév - 8:31

LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 52100110
 
LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Captur43
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

PACA

Messages : 3120
Date d'inscription : 26/09/2007

LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Icon_minitimeVen 15 Fév - 15:41

DE MIEUX EN MIEUX 

LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 52105010
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

PACA

Messages : 3120
Date d'inscription : 26/09/2007

LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Icon_minitimeVen 15 Fév - 15:15

Le HuffPost:





Les nominations politiques au Conseil constitutionnel nuisent à sa légitimité


Pour être juge, il faut être juriste! Au lieu d'une logique de politisation, notre démocratie a besoin de moraliser les nominations aux plus hautes fonctions.




LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Https%3A%2F%2Fmedia-mbst-pub-ue1.s3.amazonaws
GEORGES GOBET VIA GETTY IMAGES



"Tout observateur s'accorde depuis des années à dénoncer la présence des anciens présidents de la République au sein de l'institution. La même logique s'impose pour les anciens Premiers ministres."


Alain Juppé nommé au Conseil constitutionnel. La surprise n'a que l'importance que l'on veut bien lui accorder, et la question des êtres (même si on relèvera qu'aucune femme ne figure parmi les trois nouvelles nominations, et que la moyenne d'âge est d'environ 70 ans) ne doit pas faire débat.


 Seuls les esprits habitués à la contorsion auront le réflexe de répondre que ce prestigieux nouveau nommé est de qualité. Au sein d'une République censée être exemplaire, il faut protéger la fonction et non l'homme (ce que poursuit la philosophie du statut pénal du président pour ne citer que lui) tout comme, pour les nominations, il faut faire attention au symbole des fonctions antérieurement exercées.

L'importance prise par le Conseil constitutionnel dans notre vie publique est incontestable. Juridiction la plus haute au sein de l'Etat, il est chargé de vérifier que la loi en application respecte les droits et libertés garantis par la Constitution. En cas de besoin, le Conseil constitutionnel peut abroger la loi et demander au législateur de la réécrire au nom de la protection des droits fondamentaux.



 Depuis l'entrée en application, en 2010, de la Question Prioritaire de Constitutionnalité (QPC), l'institution fonctionne comme une véritable Cour constitutionnelle. La procédure contentieuse y est minutieusement appliquée: il n'y pas de place pour la politique dans le déclenchement, le déroulement et l'issue de la QPC.


 Le procès constitutionnel oppose deux parties (les "justiciables") qui s'affrontent au sujet de l'application d'une loi. La contestation est sérieuse et toutes les QPC sont examinées ("filtrées") par la Cour de cassation ou par le Conseil d'Etat. Les audiences menées devant le Conseil constitutionnel sont publiques et retransmises en vidéo. Elles sont structurées par des plaidoiries d'avocats devant les juges qui les écoutent. Cette évolution (que les professeurs appellent "la juridictionnalisation du Conseil constitutionnel") conduit à dénoncer un anachronisme insupportable, héritage du passé: la composition politique de l'instance.





Citation :
Les professionnels du droit sont minoritaires alors que la plupart des textes régissant le fonctionnement des Cours constitutionnelles en Europe imposent une présence de magistrats et de professeurs de droit.


Suite aux récentes propositions de nomination par le président de la République, le Président de l'Assemblée nationale et le président du Sénat, siégeront au sein de la juridiction constitutionnelle deux anciens Premiers ministres (un nouveau en chassant un autre...), un ancien président de la République (membre de droit), trois anciens sénateurs, deux magistrats et une administratrice de l'Assemblée nationale. Les professionnels du droit sont minoritaires alors que la plupart des textes régissant le fonctionnement des Cours constitutionnelles en Europe imposent une présence de magistrats et de professeurs de droit, et que dans les faits, ces professionnels sont en forte proportion.


La complexité des questions soumises au Conseil constitutionnel impose la mobilisation de compétences en droit: droit privé, droit fiscal, droit des affaires, droit public, droit international et européen, droit de l'environnement....


 Une carrière politique –même prestigieuse– confère une excellente connaissance de la manière dont se fabrique la loi (le droit parlementaire). Mais cette expérience ne suffit pas: pour être juge, il faut être juriste! C'est précisément pour cette raison -de bon sens- que tout observateur s'accorde depuis des années (voir en ce sens les conclusions du Comité Vedel, en 1993, ou de la Commission Jospin, en 2012) à dénoncer la présence des anciens présidents de la République au sein de l'institution. La même logique s'impose pour les anciens Premiers ministres.




Citation :
En poursuivant la logique de politisation, le Conseil s'éloigne de l'image qu'il devrait renvoyer aux citoyens: celle d'une véritable juridiction.


Les apparences, en droit, comptent autant que la réalité. La composition actuelle du Conseil constitutionnel français nuit à la crédibilité et à la légitimité de l'institution. La démocratie française a aussi besoin de moraliser les procédures de nomination aux plus hautes fonctions. En poursuivant la logique de politisation (et non de juridictionnalisation), le Conseil s'éloigne de l'image qu'il devrait renvoyer aux citoyens: celle d'une véritable juridiction. Et c'est précisément en défense de la justice constitutionnelle que ces quelques lignes sont délivrées.




.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

PACA

Messages : 3120
Date d'inscription : 26/09/2007

LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Icon_minitimeDim 10 Fév - 11:11

LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 51895310
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

PACA

Messages : 3120
Date d'inscription : 26/09/2007

LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Icon_minitimeVen 8 Fév - 0:09

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

PACA

Messages : 3120
Date d'inscription : 26/09/2007

LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Icon_minitimeJeu 7 Fév - 9:05

LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 51447810
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

PACA

Messages : 3120
Date d'inscription : 26/09/2007

LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Icon_minitimeMer 6 Fév - 11:25

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

PACA

Messages : 3120
Date d'inscription : 26/09/2007

LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Icon_minitimeMer 6 Fév - 8:31

http://www2.assemblee-nationale.fr/scrutins/detail/(legislature)/15/(num)/1662?fbclid=IwAR2i1x0sX4mIbugpXNyNuLwCtsDFWVIYa00NBPqb6xgLpevnGRO07ETXUbM



Analyse du scrutin n° 1662
Première séance du 05/02/2019





Scrutin public sur l'ensemble de la proposition de loi visant à prévenir les violences lors des manifestations et à sanctionner leurs auteurs (première lecture).



Pour l'adoption : 387   



Contre : 92      


Abstention : 74



Votes des groupes  





.






.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

PACA

Messages : 3120
Date d'inscription : 26/09/2007

LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Icon_minitimeMer 6 Fév - 8:09

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

PACA

Messages : 3120
Date d'inscription : 26/09/2007

LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Icon_minitimeMar 5 Fév - 10:05

LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 50771310
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

PACA

Messages : 3120
Date d'inscription : 26/09/2007

LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Icon_minitimeMar 5 Fév - 10:05

LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 51225810
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

PACA

Messages : 3120
Date d'inscription : 26/09/2007

LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Icon_minitimeDim 3 Fév - 10:27

ET REVOILÀ LE SIEUR MARCEL TROLLE et son orchestre EN GILET JAUNE...


ENCORE UN QUI A VOTE MACRON 


LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 High_d25
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

PACA

Messages : 3120
Date d'inscription : 26/09/2007

LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Icon_minitimeVen 1 Fév - 14:50

LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 High_d24
LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 50989010


LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 51251511

LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 51221411


LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 50870410

LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 50961910
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

PACA

Messages : 3120
Date d'inscription : 26/09/2007

LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Icon_minitimeJeu 31 Jan - 9:36

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

PACA

Messages : 3120
Date d'inscription : 26/09/2007

LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Icon_minitimeJeu 31 Jan - 9:05

ENCORE DES CADEAUX DE CE GOUVERNEMENT DE MERDE 


LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 51187610

DEMAIN LES PRIX AUGMENTENT DE 10% dans la grande distribution pour augmenter les revenus des agriculteurs



Le montant de ma retraite est bloqué depuis 10 ans 
et ne suit plus le coût de la vie car elle n 'est plus indexée...
malgré tout je continue a payer la taxe d ' habitation 
et on me baisse ma retraite en AUGMENTANT  la CSG de 23 %


et ce gouvernement injurie les députés qui ne pensent pas comme lui :
LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Captur42

Electricité : le régulateur propose une hausse massive de 6 %



VERONIQUE LE BILLON Le 30/01 à 06:00Mis à jour à 08:02 
 







Cette hausse concernerait tous les consommateurs résidentiels abonnés au tarif bleu d'EDF (soit 25,6 millions de foyers), ainsi que les petits professionnels (3,2 millions). Sans compter des concurrents de l'électricien public souscrivant à des tarifs indexés sur le tarif réglementé. - AFP




L'augmentation des prix de l'énergie sur le marché explique les trois quarts du mouvement. Mais le gouvernement a promis que le tarif régulé n'évoluerait pas cet hiver.



Après les carburants cet automne, c'est une séquence à hauts risques qui s'ouvre sur le front des prix de l'électricité. La Commission de régulation de l'énergie (CRE) propose une hausse de 7,7 % du tarif réglementé hors taxe de l'électricité, soit une hausse de 5,9 % toutes taxes comprises, selon le document envoyé ce mardi aux différents fournisseurs et associations de consommateurs. Une consultation de ces acteurs aura lieu jeudi, avant que le collège de la CRE ne délibère, le 7 février.




Cette hausse, la plus forte de ces dernières années, concernerait tous les consommateurs résidentiels abonnés au tarif bleu d'EDF (soit 25,6 millions de foyers), ainsi que les petits professionnels (3,2 millions). Sans compter des concurrents de l'électricien public souscrivant à des tarifs indexés sur le tarif réglementé. Si le prix de l'électricité est encore beaucoup plus bas en France qu'en Espagne ou en Allemagne, la hausse représenterait environ 85 euros annuels pour un foyer chauffé à l'électricité et 25 euros par an pour un ménage chauffé avec une autre énergie.


« Pas pendant l'hiver »



Cette hausse devrait s'appliquer, en théorie, à compter du 1er mars. Mais dès le début du mouvement des « gilets jaunes »,  le gouvernement a prévenu qu'il temporiserait . « Les tarifs de l'électricité et du gaz, qui devaient augmenter en début d'année, n'augmenteront pas pendant la concertation et donc pas pendant l'hiver qui s'annonce », avait indiqué le Premier ministre, Edouard Philippe, le 5 décembre. Formellement, le gouvernement a trois mois pour s'opposer à une proposition tarifaire de la CRE.
« Ce sont les parlementaires qui ont établi la règle de l'empilement des coûts et j'ai appliqué strictement cette règle pour limiter la hausse »,indique toutefois aux « Echos » Jean-François Carenco. L'augmentation s'explique aux trois-quarts par le bond des prix de l'électricité sur le marché de gros,  lié notamment à la hausse des cours du carbone l'an dernier. Pour limiter l'impact sur la facture, néanmoins, « un certain nombre de sujets sont à voir pour le gouvernement, je leur dirai »,indique le président de la CRE.

Le levier des taxes



Concrètement, plusieurs leviers seraient envisageables pour contenir la hausse. Celui préféré par les fournisseurs - car il préserverait leurs marges - serait de compenser la hausse des prix hors taxes par une baisse des taxes. Celles-ci (CSPE, TVA, CTA...) représentent 37 % de la facture soit désormais près de 60 % du prix hors taxes de l'électricité.







À LIRE AUSSI



La CSPE, qui représente 14 % de la facture TTC d'un ménage, « pourrait éventuellement constituer un levier pour modérer l'évolution tarifaire TTC », indique d'ailleurs le document préparatoire de la CRE. Taxe non affectée, elle finançait historiquement les énergies vertes, or la remontée des prix de marché minore le soutien public (celui-ci étant l'écart entre le tarif d'achat garanti à l'électricité verte et le prix de marché). Mais cela pèserait sur les finances publiques, déjà affectées par le recul du gouvernement sur la fiscalité carbone.
Les concurrents d'EDF plaident aussi pour pouvoir acheter davantage d'électricité nucléaire à EDF à un tarif régulé (l'Arenh),  l'atteinte du plafond, en novembre, ayant renchéri le coût d'approvisionnement .


 EDF y est toutefois très hostile, et plaide au contraire pour un durcissement des conditions du partage de la rente nucléaire. Une autre solution pourrait consister à lisser la hausse prévue, ce qu'ont in fine toujours obtenu les concurrents d'EDF quand ils contestaient les interventions politiques devant le Conseil d'Etat.
Une réflexion de plus long terme pourrait être lancée sur les certificats d'économie d'énergie (CEE), qui financent des programmes d'efficacité énergétique sur la facture des consommateurs, sans grand contrôle des performances. Enfin, le prix de la « capacité », un dispositif destiné à rémunérer la disponibilité des centrales électriques pour renforcer la sécurité d'approvisionnement, a presque doublé en l'espace d'un an. Cela « interpelle », constate un acteur.
Véronique Le Billon





.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

PACA

Messages : 3120
Date d'inscription : 26/09/2007

LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Icon_minitimeMer 30 Jan - 10:48

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

PACA

Messages : 3120
Date d'inscription : 26/09/2007

LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Icon_minitimeDim 27 Jan - 9:37

20 minutes


Limitation de vitesse à 80 km/h: «Je n'y suis pour rien, c'est mon Premier ministre et c'est une connerie», aurait dit Macron




AUTOMOBILISTES C’est ce qu’aurait affirmé Emmanuel Macron à Laurent Wauquiez en tête-à-tête, selon l'entourage du président de LR. Des propos démentis par l'Elysée...




M.C.
 
Publié le 27/01/19 



LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 310x190_emmanuel-macron-24-janvier-2019
Emmanuel Macron le 24 janvier 2019. — Mahoudeau Clement-POOL/SIPA

A la sortie de leur entretien de jeudi, aucune déclaration officielle n’avait été faite devant les médias. Mais les entourages d’Emmanuel Macron et de Laurent Wauquiez se sont, depuis, épanchés sur les sujets évoqués lors de cette rencontre inédite de cinquante minutes entre le chef de l’Etat et le président de LR.
« Depuis deux ans, on a l’impression que vous avez tourné le dos aux territoires. Je n’ai aucune réponse sur les petites lignes ferroviaires » et « au lieu de mettre de l’argent sur les moyens de transport vous nous mettez les 80 km/h », avait accusé Laurent Wauquiez pendant le débat qui a suivi cette rencontre.

« Ce n’est pas à la hauteur d’un chef de parti »

Auparavant, lors de son tête-à-tête avec le chef de l’Etat, le président de LR lui aurait déjà fait part de ses critiques sur cette mesure impopulaire. « Les 80 km/h, je n’y suis pour rien, c’est mon Premier ministre. C’est une connerie, ce n’était pas dans mon programme », aurait répondu Emmanuel Macron selon l’entourage de Laurent Wauquiez cité par BFMTV, des propos également rapportés par le Parisien.

Ils ont cependant été démentis par l’Elysée auprès de BFMTV : « Le président a déjà parlé dix fois des 80 km/h, il n’estpas du genre à se défausser sur qui que ce soit », a répondu un proche d’Emmanuel Macron, lançant à l’adresse de       Laurent Wauquiez : « ce n’est pas à la hauteur d’un chef de parti ». Lors du lancement dans l’Eure du grand débat national le 15 janvier, le chef de l’Etat s’est déclaré ouvert à des aménagements pour faire en sorte que celle-ci soit « mieux acceptée », marquant ainsi un possible revirement de l’exécutif sur cette mesure défendue par Edouard Philippe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

PACA

Messages : 3120
Date d'inscription : 26/09/2007

LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Icon_minitimeDim 20 Jan - 19:30

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

PACA

Messages : 3120
Date d'inscription : 26/09/2007

LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Icon_minitimeDim 20 Jan - 19:12

LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 50248110
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

PACA

Messages : 3120
Date d'inscription : 26/09/2007

LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Icon_minitimeVen 18 Jan - 9:47

Béthune Pour Pierre-Emmanuel Gibson, «le grand débat, c’est la grande mascarade!»



Premier adjoint à Béthune et chef de file des Républicains, Pierre-Emmanuel Gibson ne mâche pas ses mots lorsqu’on lui demande son avis sur le grand débat. Au passage, il n’épargne pas Marguerite Deprez, députée et ex-voisine au conseil municipal.




D. C. | 17/01/2019


LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 B9718264375Z.1_20190117152456_000%2BGCHCPTUFS.2-0
Pas question pour Pierre-Emmanuel Gibson d’assurer le service après-vente de la politique d’Emmanuel Macron. PHOTO LUDOVIC MAILLARD - VDN




« Le grand débat, c’est la grande mascarade ! » Pierre-Emmanuel Gisbon est remonté. 


Le premier adjoint au maire à la ville de Béthune et délégué de la 9e circonscription du Pas-de-Calais (celle de Béthune) des Républicains refuse que « les élus locaux montent en première ligne, à travers des thématiques nationales sur lesquelles ils n’ont aucune emprise ! » « Les élus locaux, les groupes politiques, les syndicats… ont été humiliés par le président de la République qui nous a expliqué depuis le début de son mandat qu’on faisait partie de l’ancien monde, il nous a pris pour des paillassons et maintenant qu’il est au bord du gouffre, il appelle au secours ! » Pierre Emmanuel Gibson refuse donc de prendre en charge le grand débat.


 La ville veut bien prêter des salles pour en accueillir, mais pas plus. « Ce n’est pas le rôle des élus locaux, mais le travail des parlementaires de la majorité gouvernementale… Les députés, lorsqu’ils passent du temps dans leur circonscription, peuvent recueillir l’avis des habitants et le faire remonter au gouvernement », estime le vice-président départemental des Républicains.


« Que la députée fasse son travail ! »



Un coup de griffe à son ancienne voisine du conseil municipal, l’ex-adjointe au maire de Béthune, Marguerite Deprez-Audebert, aujourd’hui députée MoDem, parti politique allié à la République En Marche. « Je me suis tu depuis 2017 et les législatives, j’ai voulu lui laisser sa chance mais là, c’est trop ! Que la députée fasse son travail de parlementaire ! », fustige Pierre-Emmanuel Gibson, qui fut aussi candidat à la députation. « Pourquoi n’a-t-elle pas ouvert un cahier de doléances à sa permanence ? », demande-t-il.


Enfin, Pierre-Emmanuel Gibson voit dans ce grand débat « une manœuvre », le moyen « d’acheter la paix sociale durant quelques semaines ». « C’est un jeu de dupes car les habitants vont participer de bonne foi à ce grand débat, ça va créer des espoirs… et je le crains beaucoup de déceptions. Les Français viendront ensuite demander des comptes aux élus locaux, les plus proches. » Pas question pour lui d’assurer le service après-vente de la politique d’Emmanuel Macron.





Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Béthune (62400, Pas-de-Calais)


+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
----------------------------------------------------------------------------------------------------
ENFIN GIBSON RÉAGIT Je fus trés étonné de son silence après sa défaite aux législatives .....




.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

PACA

Messages : 3120
Date d'inscription : 26/09/2007

LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Icon_minitimeVen 18 Jan - 9:18

Emmanuelle Wargon qui va piloter le Grand Débat a gagné 470 000 euros en 2018

17 janvier 2019


LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 52452424


Emmanuelle Wargon, secrétaire d’État auprès du ministre de la transition écologique et solidaire a été choisie pour succéder à Chantal Jouanno et diriger le grand débat avec la société civile.




Le cynisme du gouvernement ne semble pas voir de limites. Cette Énarque de la même promotion qu’Édouard Philippe, haute fonctionnaire de l’État, est devenue par la suite lobbyiste pour Danone. Avant d’intégrer le gouvernement celle-ci touchait 470 000 euros par an, de quoi faire pâlir la fiche de paie à 14 000 euros de Chantal Jouanno.


Une carriériste dévouée aux exploiteurs et aux pollueurs


Emmanuelle Wargon est actuellement secrétaire d’État auprès du ministre de la transition écologique et solidaire. Elle a été nommée le 16 octobre 2018 suite à la série de départs qu’a connu le gouvernement, notamment des ministres Gérard Collomb aujourd’hui remplacé par Castaner, ainsi que Nicolas Hulot remplacé par François De Rugy. 


La macronie avait alors été obligée de serrer les rangs quitte à abandonner l’image du « nouveau monde » qu’elle tentait alors de se donner. La nomination d’Emmanuelle Wargon égratigne encore un peu plus cette image à laquelle plus personne ne croit. Le gouvernement actuel est composé d’une clique de politiciens professionnels au service des intérêts des grands trusts.


Diplômée d’HEC et de Sciences Po, la fille de Lionel Stoléru (ancien ministre de Valéry Giscard d’Estaing) était dans la même promotion à l’ENA qu’un certain Édouard Philippe. Fille de politicien, cette dernière débute une carrière des plus classiques : la haute fonction publique (cour des comptes), avant de faire ses gammes dans les cabinets (conseillère technique dans le cabinet de Bernard Kouchner, le Haut-commissariat aux Solidarités de Martin Hirsch sous Nicolas Sarkozy, le ministère du travail sous Hollande).


 Comme pour l’ex-maire du Havre avec Areva, Wargon exerce ensuite dans le privé. Rien de tel qu’un poste de lobbyiste pour une multinationale ultra-polluante, en l’occurrence Danone, en tant que directrice générale des affaires publiques et de la communication.
Alors que depuis deux mois se mobilisent des gilets jaunes qui ne peuvent boucler leurs fins de mois et que la question de l’augmentation des salaires et du pouvoir d’achat est au cœur du mouvement, Chantal Jouanno a du démissionner de l’organisation du grand débat à la suite de l’indignation provoquée par le salaire qui lui était versé. Mais celle-ci fait pâle figure à côté de Wargon.


 Lorsqu’elle travaillait pour Danone, celle-ci a touché sur trois ans en moyenne 350 000 euros par année ! Et elle se permet en plus de déclarer au Figaro « Je sais que c’est un niveau de revenus important, je n’ai gagné ces montants que pendant trois ans, le reste du temps, j’étais au service de l’État et fonctionnaire ». Elle perçoit au gouvernement un revenu de 9 722 euros par mois. Rien que pour l’année 2018 d’Emmanuelle Wargon, il faudrait qu’un salarié touchant 1 300 euros par mois travaille 30 ans.


Emmanuelle Wargon n’était en rien une simple fonctionnaire comme peuvent l’être des milliers de travailleurs qui font tourner jour après jour les services publics que le gouvernement à décider de continuer à démanteler très prochainement. Emmanuelle Wargon fait partit de cette caste des Hauts fonctionnaires qui vivent en parasites tout en haut des institutions, non élus et véritables hérauts des intérêts privés avec lesquels ils se lient souvent.


 Avant son départ chez Danone, en tant que déléguée générale a l’emploi et la fonction professionnelle, celle-ci touchait déjà 150 000 euros par an !


S’il il fallait encore prouver aux Gilets Jaunes que le Grand débat ne va régler en rien la crise actuelle, c’est chose faite. Comment une personne qui touche en un an ce que gagnerait un travailleur en 30 ans peut-elle gérer le débat qui se veut être une solution pour apaiser la crise sociale et économique des millions de personnes qui galèrent à boucles les fins de mois ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

PACA

Messages : 3120
Date d'inscription : 26/09/2007

LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Icon_minitimeMar 15 Jan - 8:57

LE GRAND DEBAT EST  UNE USINE A GAZ POUR MIEUX ENFUMER LE PETIT PEUPLE 





Grand débat: les questions que Macron a déjà tranchées




ELÉA POMMIERS/L'EXPRESS.FR





Le président a listé les questions ouvertes au débat. S'il ne s'est jamais prononcé sur certains thèmes, il a déjà clairement affiché la couleur pour d'autres.
Emmanuel Macron l'assure dans sa lettre publiée dimanche: il n'y aura pas de "question interdite" lors du grand débat national qui doit commencer mardi. Un véritable exercice de funambule pour le président, qui doit convaincre les Français, et notamment les gilets jaunes, que le débat qu'il organise ne sera pas vain, mais ne souhaite pas pour autant se dédire et renoncer à certaines de ses promesses.
"Je n'ai pas oublié que j'ai été élu sur un projet, sur de grandes orientations auxquelles je demeure fidèle", précise le chef de l'Etat en préambule. Dans ce projet, il n'a jamais tranché certaines questions posées dans sa lettre aux Français. En revanche, on y trouve d'ores et déjà ses propres réponses à plusieurs questions qu'il ouvre au débat...

L'immigration : la question surprise des quotas


Le sujet, qui n'était pas un thème central de la campagne d'Emmanuel Macron, fait partie des questions les plus ouvertes du débat ; et des plus contestées. "Que proposez-vous afin de répondre à ce défi qui va durer ?", interroge par exemple le président.
Comme il l'a toujours fait, Emmanuel Macron répète que les "obligations d'asile" ne sont pas discutables. En revanche, et c'est un sujet sur lequel il ne s'est jamais prononcé, le président demande aux Français s'ils souhaitent "que nous puissions nous fixer des objectifs annuels définis par le Parlement". Cette idée, qui reviendrait à instaurer des quotas d'immigration, était défendue en 2017 par François Fillon, Nicolas Dupont-Aignan et Marine Le Pen.
Dans son programme, le président évoquait seulement, sans plus de précision, l'idée de "mieux définir nos besoins [en matière d'immigration] en fonction du marché du travail français et européen".

Démocratie et citoyenneté: le vote blanc, un non-sujet de la campagne


La question des institutions avait pris de l'importance dans le programme d'Emmanuel Macron après son alliance avec le président du MoDem de François Bayrou, qui réclamait des mesures de "moralisation de la vie publique". Dans sa lettre, le président ouvre cependant la voie à des mesures jamais proposées jusqu'alors.
Pour le débat national, le président met sur la table le sujet du vote blanc, du vote obligatoire, de la proportionnelle aux législatives, de la limitation du nombre de parlementaires, de la démocratie participative ou encore du nombre d'élus.
À l'inverse de plusieurs autres candidats, Emmanuel Macron n'avait formulé aucune proposition sur le vote blanc dans son programme, pas plus qu'il n'avait abordé l'idée de rendre le vote obligatoire. La démocratie participative n'était pas non plus un de ses sujets phares, et il ne s'est que peu exprimé sur l'usage des référendums, encore moins d'initiative populaire. Son programme se bornait à prôner un développement des "budgets participatifs" dans les communes.
En revanche, il a déjà dit qu'il était favorable à une dose de proportionnelle aux élections législatives (15 % selon le projet de réforme des institutions, qui ne sera examiné à l'Assemblée qu'après le grand débat), mais excluait de passer à la proportionnelle intégrale. Il a également déjà affiché sa volonté de réduire d'un tiers du nombre de parlementaires.

L'organisation de l'État: la pêche aux propositions concrètes


Dans sa lettre, le président invite les Français à dire "comment [souhaitent-ils] que l'État soit organisé et comment peut-il améliorer son action ?". "Faut-il renforcer la décentralisation et donner plus de pouvoir de décision et d'action au plus près des citoyens ?", interroge par exemple le chef de l'État.
Aux questions sur l'organisation de l'État, Emmanuel Macron avait, de manière générale, répondu en 2017 par une critique du "mille feuille administratif", et une volonté de "simplifier l'administration territoriale". Il avait, par exemple, promis de réduire d'un quart le nombre de départements et de "donner plus de souplesse aux collectivités pour décider de leur propre organisation", ou encore de supprimer 120 000 postes de fonctionnaires. Son programme ne fourmillait cependant pas de propositions précises sur un renforcement de la décentralisation.

La transition écologique: déminer le terrain


Emmanuel Macron s'était engagé en 2017 sur une hausse de la taxe carbone et un alignement de la fiscalité du diesel sur celle de l'essence. Ces mesures étaient annoncées pour 2019, et ont fait l'objet d'un moratoire pour répondre à la crise des gilets jaunes, qui a pris racine dans la hausse des prix des carburants.
Les questions sur ce thème sont donc assez ouvertes: "Quelles propositions concrètes feriez-vous pour accélérer notre transition environnementale ?". Emmanuel Macron s'était aussi engagé à fermer les centrales à charbon, et a exclu toute exploitation du gaz de schiste sous son quinquennat. Pas de débat non plus sur le fait qu'il faudra créer ou augmenter des impôts ou des taxes, mais le tout en veillant à trouver les mesures les plus "supportables sur un plan financier" pour les ménages.
Le gouvernement a déjà fait plusieurs propositions en ce sens sur la fin d'année 2018. Il a notamment promis des aides pour le remplacement des chaudières au fioul, une "super prime à la conversion" pour les ménages les plus modestes, ou encore le rétablissement du crédit d'impôt pour le remplacement des fenêtres.

Impôts et dépenses: débattre... sans déroger au programme


Emmanuel Macron était très attendu sur la thématique économique, au coeur des doléances des gilets jaunes. L'économie, c'était aussi le thème central de la campagne du président en 2017, celui sur lequel les propositions précises et détaillées étaient parmi les plus nombreuses.
Et s'il pose bien la question de "comment pourrait-on rendre notre fiscalité plus juste et plus efficace ?", le président ne déroge en rien à l'esprit de son programme. Sur les impôts, il exclut d'emblée de revenir sur les mesures déjà décidées. Exit, donc, le débat sur la baisse de l'impôt sur les sociétés, la suppression partielle de l'ISF, l'exit tax, la hausse de la CSG ou le prélèvement unique à 30 % sur les revenus du capital. Il est ainsi fidèle à l'une de ses promesses de 2017: "nous ne réformerons pas plusieurs fois un même impôt dans le quinquennat".
Il n'ouvre par ailleurs la voie qu'à des baisses d'impôts, là où les gilets jaunes réclament aussi des hausses, notamment pour les plus aisés. Reste à savoir de quels impôts. Près de 60 % des ménages ne paient pas d'impôt sur le revenu, et Emmanuel Macron avait clairement dit en 2017 qu'il excluait de toucher à la TVA (qui rapporte à l'Etat plus de deux fois plus que l'impôt sur le revenu), ou encore aux droits de succession.
Dans sa lettre, il rappelle également son objectif intangible de baisser de la dépense publique ("quelles sont les économies qui vous semblent prioritaires à faire ?"). Son programme était sans ambiguïté sur ce point: Emmanuel Macron a promis 60 milliards d'économies sur le quinquennat, et une baisse des dépenses publiques à 52 % du PIB en 2022, contre plus de 56 % en 2016.
Reste à savoir comment concilier cet objectif avec l'accroissement des aides et le renforcement des services publics, réclamés par de très nombreux gilets jaunes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

PACA

Messages : 3120
Date d'inscription : 26/09/2007

LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Icon_minitimeDim 13 Jan - 20:22

LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 49764910
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  - Page 3 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
LA VIE SOUS MACRON
Revenir en haut 
Page 3 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 9, 10, 11  Suivant
 Sujets similaires
-
» commande dendrogramme sous R
» Graphiques sous R?
» QUESTION DE DEBUTANT sur le khi deux (sous excel)
» Comparaison de moyennes deux echantillons sous R
» ACM sous R

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
LOCON SUR LAWE  :: MONDE , Politique, financier, religieux,idéologique. :: GENS D'ICI ET CHRONIQUE DU SOUVENIR :: ON EN PARLE ? :: LA TETE DE GONDOLE DE LA SEMAINE-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: