LOCON SUR LAWE
LOCON SUR LAWE

Les GENS de LOCON et du reste du monde
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 LA VIE SOUS MACRON

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
PACA

avatar

Messages : 2731
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    Hier à 12:56

LE PISTON CHEZ MACRON ....
on s 'est moqué de Hollande mais ici nous tombons de plus en plus bas 






https://francais.rt.com/france/52651-affaire-benalla-la-republique-en-marche-fournit-les-elements-de-langue-de-bois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2731
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    Ven 20 Juil - 7:33

Alexandre Benalla aurait recruté un ex-garde du corps de Macron proche de Jawad Bendaoud

Par 
Auteur
valeursactuelles.com
 
/ Jeudi 19 juillet 2018 à 18:5021



Alexandre Benalla et Emmanuel Macron, en juin 2017 au Touquet. Photo © Jacques Witt/SIPA


Scandale. Le colosse Makao, qui a escorté le candidat En Marche lors de la campagne présidentielle, a été filmé en train de jouer aux jeux vidéo avec “le logeur de Daech”.
L’adjoint au chef de cabinet du président de la République Alexandre Benalla, pris dans une tempête politico-médiatique pour avoir tabassé, en mai dernier, un homme à terre lors d’une manifestation, à Paris, serait à l’origine du recrutement de Makao, ancien garde du corps du candidat Emmanuel Macron lors de la campagne présidentielle, et filmé récemment en train de copiner avec… Jawad Bendaoud, hébergeur des terroristes du 13 Novembre.






Dans une interview, accordée en mars à La Nouvelle République, le colosse de 2,13 mètres et rugbyman d’origine congolaise expliquait comment il était devenu protecteur de l’impétrant En Marche. « J’ai alors été agent de sécurité dans de nombreuses boites de nuit parisiennes. J’ai aussi fait les concerts Booba et la tournée de French Montana (NDLR : deux rappeurs français). Comme j’étais trop grand, ce dernier a dû louer une grosse voiture pour que je puisse suivre la tournée. C’est après qu’Alexandre Benalla m’a contacté », raconte-t-il.

SUR LE MÊME SUJET
 
Incontrôlables, violents, intouchables : les 7 racailles de l’Elysée

Interrogé par le quotidien régional d’Indre-et-Loire sur une vidéo, postée sur Instagram par le chef de l’Etat, à propos de leurs retrouvailles à Tours, à l’époque, il précise encore : « Je ne travaille plus auprès du Président car il faudrait que j’intègre la police. C’est son directeur de sécurité, Alexandre Benalla, qui sait que j’habite à Tours, qui avait voulu faire une surprise au chef qui m’a fait la bise sur le front, tellement il était content de me revoir. »
Dans une vidéo, filmée et diffusée sur Snapchat en juin, on peut voir « le logeur de Daech » jouer au jeu vidéo FIFA avec son camarade Makao. Deux jours plus tôt, l’ancien garde du corps était invité à l’Elysée et posait tout sourire pour la photo sous les ors de la République avec Emmanuel Macron, qualifié de « chef », dans un message posté sur Twitter.
SUR LE MÊME SUJET
 
Du PS à l’Elysée, l’intrigant parcours d’Alexandre Benalla



[ltr]
Voir l'image sur Twitter
[/ltr]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2731
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    Jeu 19 Juil - 8:25


« Regardez bien sa tête ! Il l’a tabassé par terre ! », lance un témoin. L’homme, qui ressemble à un CRS mais n’en est pas un, s’enfuit alors. Selon une information du journal Le Monde, il s’agit d’Alexandre Benalla, un collaborateur d' Emmanuel Macron à l’Elysée.













1er mai: L'Elysée confirme au «Monde» qu'un collaborateur de Macron a frappé un manifestant



Identifié sur une vidéo, ce chargé de mission n'a été suspendu que deux semaines, en toute discrétion...
20MINUTES.FR




Si l’intéressé refuse de parler, le directeur de cabinet d’Emmanuel Macron, Patrick Strzoda, a confirmé « que M. Benalla était bien l’homme de la vidéo, impliqué dans les violences du 1er mai » place de la Contrescarpe dans le 5e arrondissement, écrit le quotidien du soir.

Mis à pied pour deux semaines


Responsable de la sécurité du candidat pendant la campagne, Alexandre Benalla est devenu chargé de mission à l’Elysée, adjoint au chef de cabinet d’Emmanuel Macron. Il avait demandé l’autorisation d’observer une intervention des forces de l’ordre « pour voir comment se gérait une grande manifestation », explique Patrick Strzoda à notre confrère.

L’Elysée a presque immédiatement été mis au courant de l’incident. Le chef de l’Etat aurait en personne demandé que des sanctions soient prises « si les faits sont avérés ». La sanction ? Une suspension de deux semaines pour « un comportement manifestement inapproprié », selon une lettre datée du 3 mai signée par Patrick Strzoda, que Le Monde publie. A son retour, Alexandre Benalla a été affecté à un poste administratif, où il s’occupe de la sécurité d’événements organisés à l’Elysée. Sollicité par 20 Minutes, l’Elysée n’avait pas encore répondu mercredi soir.




Avant Macron, il a travaillé avec Aubry, Hollande et Montebourg





Qui est Alexandre Benalla, le collaborateur de Macron filmé en train de frapper un manifestant?
BFMTV.COM


MOTS-CLÉS :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2731
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    Mer 18 Juil - 9:31

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2731
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    Mer 18 Juil - 8:56

la voix du nord lille


Le soir de la victoire des Bleus, une bande a semé   la désolation dans le centre 


PAR LAKHDAR BELAÏD 

Dimanche, aux alentours de 21 h, de nombreuses 
personnes ont visiblement été attaquées 
dans les rues piétonnes. 
Par une seule et même bande ?


Dimanche, en début de soirée, une masse compacte d’individus a semble-t-il remonté le centre piétonnier de Lille en visant, au hasard, des passants fêtant   la victoire française au Mondial. Deux suspects ont été interpellés près de la gare. 


LILLE.
Que s’est-il passé dimanche, entre 21 h et 21 h40, dans l’hypercentre de Lille ? Selon différents badauds sortis célébrer la victoire française à la Coupe du monde, une bande de quarante à cinquante personnes s’en est très brutalement prise à différents passants, et au hasard, dans les rues piétonnes. Partie de la place de Béthune, la bande aurait molesté des piétons choisis de façon aléatoire et ce jusqu’à la gare Lille-Flandres.


Coups de poing,  de pied, les victimes auraient ainsi eu droit  à des tabassages éclair en règle. 


Coups de poing, de pied, les victimes auraient ainsi eu droit à des tabassages éclair en règle. Alertée, la police a fini par appréhender deux hommes, âgés de 18 et 22 ans. Ces deux suspects auraient notamment été reconnus grâce à leurs vêtements ou des gants de motards, peut-être utilisés pour amplifier la puissance des coups.


Présentés devant la justice hier, jugés en comparution immédiate, les deux suspects, qui vivent à Villeneuve-d’Ascq, ont demandé un délai pour préparer leur défense. Ils nient formellement avoir brutalisé qui que ce soit. Le plus âgé assure même avoir lui-même été frappé en cherchant à empêcher des violences. Plusieurs témoins l’accusent pourtant d’être le meneur d’une meute ayant visiblement traumatisé plus d’une personne. Son coprévenu a, lui, été identifié à cause de son short et de ses chaussures, aux couleurs criardes. Dans son téléphone, les enquêteurs ont découvert plusieurs vidéos de passants passés à tabac.


« ON VA TOUS VOUS TUER ! »


Des victimes de brutalités rapportent des propos sans bavure, tels que « On va tout casser ! On va tous vous tuer ! » Les deux hommes dans le box jurent n’avoir cherché qu’à « participer à la liesse populaire ».


Cela n’empêchera pas la procureure Mélanie Mazingarbe de réclamer leur placement en détention provisoire. Pour la défense, les avocats Stéphanie Lepoutre et Florian Regley réclameront une expertise psychiatrique pour l’un et un maintien en liberté pour l’autre. « La responsabilité de mon client est écartée, insistera même M e Regley. C’est la police qui le dit. » Le tribunal présidé par Jean-Marc Defossez a tout de même envoyé les deux jeunes majeurs en prison. D’ici la prochaine audience, le 27 août.


.


Dernière édition par PACA le Mer 18 Juil - 8:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2731
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    Lun 16 Juil - 9:33

Pendant un mois, la Russie a organisé un Mondial sans enregistrer le moindre incident.‬

‪Quelques heures après la victoire des Bleus, la France déplore de nombreux actes de pillage et de violence.‬


‪J’invite Collomb à faire un stage de formation professionnelle auprès de Poutine !‬





Embarassed Embarassed Embarassed Embarassed Embarassed Embarassed Embarassed Embarassed Embarassed Embarassed Embarassed Embarassed Embarassed Embarassed Embarassed Embarassed Embarassed Embarassed What a Face What a Face What a Face What a Face What a Face What a Face Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad affraid affraid affraid affraid affraid affraid


http://lavdn.lavoixdunord.fr/417420/article/2018-07-16/la-fete-pour-la-victoire-des-bleus-entachee-de-violences-paris-et-lyon?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook#Echobox=1531694003


Selon l'AFP, ces jeunes, pour quelques-uns encagoulés, ont fait irruption dans le magasin par son entrée située avenue Marceau, et en sont ressortis rieurs, des bouteilles de vin ou de champagne sous le bras et se filmant avec des téléphones portables. Au bout de 15 à 20 minutes, ils ont été dispersés du côté de l'avenue Marceau par de fortes doses de gaz lacrymogène tirées par les forces de l'ordre, qui se sont ensuite employées à protéger l'entrée du magasin. Peu après, une vingtaine de jeunes sont rentrés dans le café du Drugstore côté Champs-Elysées cette fois, suscitant une nouvelle salve de gaz lacrymogène.
Peu avant minuit, décision a été prise par les forces de l'ordre de faire évacuer la plus belle avenue du monde par les CRS, et leurs véhicules équipés de canons à eau.


[ltr]


[/ltr]

















Citation :


Agence France-Presse

@afpfr


[ltr]Une trentaine de jeunes ont cassé et pillé dimanche soir le Drugstore Publicis des Champs-Elysées, à Paris, où des centaines de milliers de personnes fêtent la victoire française à la Coupe du monde #AFP[/ltr]





Des incidents en région, un mort à Annecy

Des incidents ont également éclaté dimanche soir dans le centre-ville de Lyon. Un groupe de supporters est monté en début de soirée sur un camion anti-intrusion situé à un angle de la place Bellecour où 20.000 personnes sont venues regarder le match. Les forces de l'ordre ont chargé en direction d'une centaine de jeunes, essuyant des jets de projectiles et tirant des grenades lacrymogènes. Ces échauffourées ont provoqué des mouvements de foule. Les incidents se sont poursuivis dans la soirée autour de la place de la République et du Pont de la Guillotière notamment, avec de la détérioration de matériel urbain.
A Rouen, en Seine-Maritime, à Nantes, en Loire-Atlantique, à Menton, dans les Alpes-Maritimes ou à Toul, en Meurthe-et-Moselle, les policiers ont essuyé des jets de projectiles.
Ailleurs, quelques incidents sont à dénombrer. Un conducteur d'une trentaine d'années s'est tué en s'encastrant dans un platane après avoir percuté deux voitures à l'arrêt à Saint-Félix, dans l'Oise, alors qu'il fêtait la victoire des Bleus en finale du Mondial. Un homme de 50 ans a trouvé la mort en sautant dans un canal à Annecy, en Haute-Savoie. Il est mort après être tombé sur la nuque, selon Le Dauphiné Libéré. A Nancy, un homme s'est grièvement blessé en tombant du toit d'une camionnette pour célébrer la victoire de l'équipe de France, rapporte L'Est Républicain.
Des incidents dans le centre-ville de Lyon
Tandis que la foule était encore dense autour de la place Bellecour, où quelque 20 000 personnes étaient venues regarder la finale sur un écran géant, un groupe de supporters est monté sur un camion anti-intrusion situé à un angle de l’esplanade.

Dans le centre-ville de Lyon, des jeunes cagoulés ont affronté les forces de l’ordre. Photo AFP - AFP

L’ambiance a alors dégénéré et les forces de l’ordre ont chargé en direction d’une centaine de jeunes, essuyant des jets de projectiles et tirant des grenades lacrymogènes, ces échauffourées provoquant des mouvements de foule et les fumées incommodant quelques personnes.


Citation :


Yannis Matisse@Ya_Matisse





[ltr]A #Lyon, la fête n'aura été que de courte durée Place Bellecour !! Jets de projectiles contre gaz lacrymogènes quelques minutes après la remise de la Coupe du Monde... #tristesse #FRACRO #CM2018 @TF1LeJT @LCI[/ltr]





























Trois enfants, fauchés par une moto, gravement blessés en Lorraine
Trois enfants, âgés de 3 et 6 ans, ont été gravement blessés après avoir été percutés par une moto à Frouard (Meurthe-et-Moselle) lors des célébrations de la victoire de l’équipe de France vers 20 h 30, a-t-on appris auprès des pompiers.
«  Un motard a percuté une famille. Un garçon de 3 ans et deux filles de 6 ans ont été gravement blessés  », a indiqué le Centre opérationnel départemental d’incendie et de secours (Codis) de la Meurthe-et-Moselle. Une des fillettes a été très gravement blessée à une jambe, a précisé le Codis.
Selon les premiers témoignages, le conducteur de la moto aurait pris la fuite.
Un homme s’est par ailleurs tué à Annecy en sautant dans un canal et un autre sur la route, dans l’Oise.



https://www.bfmtv.com/police-justice/victoire-en-coupe-du-monde-des-incidents-eclatent-sur-les-champs-elysees-1490035.html





https://www.news.suavelos.eu/marseille-fougeres-paris-lyon-la-racaille-saccage-les-villes-pour-la-victoire-de-la-coupe-du-monde/














Citation :


Audrey @AudreyRN_


[ltr]Violence à Juan les Pins... #Multiculturalisme #FRACRO[/ltr]





Citation :


simon louvet@LouvetSimon


[ltr]#FRACRO à #Rouen : nous avons été violemment frappés, @j_bouteiller et moi quittons l’hdv avec les pompiers.

L’intervention de la police a été réclamée, quittez le secteur, des groupes violents s’attaquent aux supporters.

Le direct sur @76actu : http://actu.fr/?p=17741757  pic.twitter.com/f6Jyye52Ob[/ltr]


20:37 - 15 juil. 2018




[list=stream-items]
[*]simon louvet‏ 
[ltr]@LouvetSimon[/ltr]







 14 hil y a 14 heures
Plus
#FRACRO à #Rouen : ils sont quatre maintenant et agitent les drapeaux français, algériens et tunisiens

Le direct sur @76actu : http://
actu.fr/?p=17741757 

[size=1]Répondre[/size]
 
R
[/list]
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2731
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    Ven 13 Juil - 10:28

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2731
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    Ven 6 Juil - 23:44

Édition du 5 juillet 2018
Suppression de la taxe d’habitation : le gouvernement choisit de transférer la TFPB aux communes



Le gouvernement a proposé, le 4 juillet, lors de la réunion de l’instance de dialogue de la CNT, que « les communes soient compensées de la suppression de la taxe d’habitation par la redescente de la taxe foncière sur les propriétés bâties aujourd’hui affectée aux départements », après 2020 (d’ici cette échéance, il compensera la perte de recette aux collectivités par dégrèvement). Les départements seront compensés de la perte de TFPB « par l’affectation d’une fraction d’impôt national », précise le Premier ministre, dans un communiqué diffusé à l’issue de la réunion. Les EPCI se verraient « affecter des ressources dynamiques, cohérentes avec leurs compétences économiques »… sans plus de précision.
Dès la mi-juin, devant le congrès de Ville de France, à Cognac, Olivier Dussopt, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Action et des Comptes publics, avait levé le voile sur ce scénario en déclarant : « Attribuer l’intégralité de la part départementale de la taxe sur le foncier bâti aux communes, la cotisation sur la valeur ajoutée économique (CVAE) aux EPCI et une fraction d’impôt national aux conseils départementaux pour compenser la perte du foncier bâti. Cela serait plus simple que de fractionner une part d’impôt national pour 36 000 communes. »
Le gouvernement a donc partiellement confirmé cette orientation, sans plus de détails, et en l’absence des principaux intéressés, l’AMF et l’ADF ayant décidé, la veille, avec Régions de France, de se retirer de ce rendez-vous et celui de la CNT du 12 juillet (lire Maire info de mardi).
Ces orientations ne satisferont donc pas le Comité des finances locales (CFL) qui, la veille, avait mis sur la table une proposition simple : le dégrèvement complet de la taxe d’habitation par l’État. Le CFL, avant même l’officialisation des choix du gouvernement, avait déjà souligné les difficultés de mise en œuvre du transfert de la part départementale de la TFPB au bloc communal qui, de surcroît, ne compenserait qu’un peu plus de la moitié de la perte de recettes (15,1 milliards d’euros sur 26 milliards d’euros au total). Philippe Laurent, le maire de Sceaux, présent hier à la réunion au titre de président du CSFPT, a également souligné la « complexité » du dispositif retenu par le gouvernement.
Au moins une bonne nouvelle, pour les collectivités, est ressortie de la réunion d’hier : le gouvernement a annoncé son intention de poursuivre la révision des valeurs locatives en l’étendant aux locaux d’habitation. Il s’agit là d’une mesure expressément demandée depuis longtemps tant par l’AMF que par le CFL.
Pour le reste, les points de blocage restent nombreux. Notamment, les choses n’ont guère avancé dans le débat sur le transfert obligatoire des compétences eau et assainissement aux EPCI. Vanik Berberian, président des maires ruraux, soulignait hier une « impasse » sur ce sujet et une « volonté de dessaisissement des compétences des élus locaux », tandis que Philippe Laurent a déploré que les engagements du président de la République, pris au Congrès des maires de novembre dernier, ne soient « pas tenus ».
À l’issue de la réunion, les associations d’élus qui avaient fait le choix d’y participer (Villes de France, APVF, AMRF et France urbaine) ont publié un communiqué à la tonalité plutôt positive, saluant notamment la révision des valeurs locatives, la loi d’orientation sur les mobilités à venir et « souscrivant » à la décision gouvernementale d’affecter la TFPB aux communes. Elles ont néanmoins réitéré un certain nombre de revendications : réforme de la fiscalité locale, «améliorations importantes à apporter » au dispositif de contractualisation, affectation d’une part de la contribution énergie climat aux collectivités. Ces associations ont confirmé qu'elles se positionnaient dans une volonté de « dialogue exigeant » avec l'État.
Cette relative satisfaction a toutefois été nuancée par les commentaires, sur twitter, de Vanik Berberian, qui a résumé ainsi son sentiment : « Séance mi-figue mi-raisin. Absence remarquée AMF ARF ADF. Autres présents expriment réserves. Sentiment étrange que cette réunion ne va servir à rien. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2731
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    Mer 27 Juin - 8:23

Au Match Solférino, un vol de salade se transforme  en «situation humiliante »  


PAR HASSINA DRIS  lille@lavoixdunord.fr


Le vol de la salade (mangée en rayon) aurait eu lieu jeudi, vers 16 h 30, au Match Solférino.




Jeudi dernier, une femme a été retenue par un vigile du supermarché Match Solférino pour avoir consommé une salade dans les rayons. Une cliente est intervenue et a réglé la note avant de tweeter l’histoire, partagée plus de 17 700 fois. 
<
 
 
 

LILLE.
Tout est parti d’un tweet. Celui de Thaliane, qui a dénoncé une situation qu’elle a jugée choquante et qui s’est déroulée jeudi, vers 16 h 30, au Match Solférino : « Pendant que j’attendais à la caisse du supermarché, passe une femme sans achats. Le vigile s’approche vivement et l’attrape par le bras : Tu as mangé une salade en rayon, tu dois la payer . La femme nie et se débat, le vigile : C’est sur la vidéo . Elle se débat, tente de partir ».
J’espère la recroiser et que cette histoire débouche sur quelque chose de positif.  Si c’est le cas,  ce sera grâce à elle. 
Ce message a été partagé plus de 17 700 fois en quelques jours sur Twitter. Karine, alias Thaliane sur le réseau social, raconte en détail la scène et dénonce « une situation humiliante » pour la femme d’une trentaine d’années qui aurait consommé une salade en rayon. «Elle voulait sortir du magasin, alors deux autres membres du personnel sont intervenus pour l’installer dans un bureau où tous les clients pouvaient entendre la discussion. C’était très gênant pour elle. Par la suite, j’ai discuté avec cette dame qui ne pouvait pas payer. Elle est SDF et actuellement, elle ne touche plus le RSA », raconte Karine.
UN PARTENARIAT ENTRE MATCH ET L’ASSOCIATION LE CARILLON ?
Sensibilisée à ce genre de situation, étant bénévole au sein de l’association ATD-Quart Monde, Karine réagit et décide de payer la salade d’un montant de 1,76 euro. Mais voilà, la femme reste retenue dans le bureau. « J’ai dû m’y rendre pour leur rappeler le droit, mais ils exigeaient une pièce d’identité. Le magasin m’a expliqué que c’était la procédure en cas de vol, quand la personne ne pouvait pas régler… »
Du côté du magasin, « pas de commentaire » sur la réaction de son personnel. En revanche, un rendez-vous a été pris avec Karine et l’association Le Carillon, réseau solidaire qui invite les commerçants à offrir des services gratuits aux sans-abri, pour tenter de mettre en place un système de solidarité avec le Match Solférino. « J’ai discuté avec la directrice avec laquelle nous avons rendez-vous la semaine prochaine, annonce Karine. L’idée serait peut-être d’installer un frigo solidaire ou encore, une opération sandwich suspendu, en sachant qu’il y a plusieurs SDF autour du magasin et que ce genre de vols arriverait assez souvent. Il faut voir comment cela pourrait se mettre en place. »
Cette femme, Karine ne l’a pas revue depuis : « Elle s’est sentie humiliée. J’espère la recroiser et que cette histoire débouche sur quelque chose de positif. Si c’est le cas, ce sera grâce à elle. »
+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++


Soeur Emmanuelle s 'occupait des pauvres 


Et Emmanuel Macron  s 'occupe des riches 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Messages : 577
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    Lun 25 Juin - 18:57







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesgensdeloconsurlaw.forumjonction.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 577
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    Mer 20 Juin - 10:09

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesgensdeloconsurlaw.forumjonction.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 577
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    Ven 25 Mai - 18:00

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesgensdeloconsurlaw.forumjonction.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 577
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    Ven 11 Mai - 15:19



SITE D'INFORMATION SUR L'ACTUALITÉ POLITIQUE, ÉCONOMIQUE ET SOCIALE


L’EUROPE PIÉGÉE

mai 11, 2018

On se souvient de la déclaration d’Emmanuel Macron : « Je veux une Europe qui protège ! » on partage cette résolution. Encore faudrait-il que les dirigeants européens ne nous dégoûtent pas complètement de l’Europe.






Lors d’un récent conseil des ministres de l’Économie, les représentants de l’Irlande, de Malte et du Luxembourg, qui sont de véritables paradis fiscaux, ont refusé le projet de taxer à 3 % les chiffres d’affaires des géants du numérique, fiscalité mesurée qui aurait mis un terme au scandale de leur presque non-imposition. L’unanimité étant indispensable en matière de fiscalité, ces pays bloquent donc la volonté démocratique d’une large majorité de citoyens européens.






Pour le gouvernement français, la pire des (mauvaises) surprises est venue du ministre allemand, qui soudainement ne semblait plus du tout partisan de la taxe Gafa (Google, Amazon, Facebook, Apple…), à rebours des engagements précédents de l’Allemagne. Le fameux « moteur franco-allemand » est en fait réduit à celui d’une Mobylette !






En revanche, Berlin appelle ses partenaires à la rescousse contre l’Amérique de Trump. Car, dans la guerre commerciale qui menace, si le problème apparent concerne les exportations d’acier et d’aluminium européens, l’enjeu réel, dévoilé sans fard par l’administration américaine, est le flux de berlines haut de gamme allemandes en direction des Etats-Unis. Et là, on ne rit plus : « Touche pas à ma bagnole, Donald ! » s’écrie Angela Merkel, qui exige que les 28 membres de l’UE défendent comme une seule Allemagne les marques Mercedes, BMW et Porsche !






L’intérêt bien compris de l’Europe voudrait plutôt que l’UE s’allie à l’Amérique, avec qui le commerce est plutôt équilibré, pour réduire le déficit commercial abyssal que subissent ces deux zones avec la Chine. Que l’on sache, ce n’est pas dans le New Jersey que les emplois du textile français, italien, espagnol, portugais…, se sont délocalisés ! Et ce n’est pas parce que Trump est un butor qu’il faut perdre de vue la réalité de la mondialisation.






L’Europe qui protège, alors, c’est quoi ? En tout cas, pas celle qui défend le droit des 200 plus grands groupes mondiaux et européens de ne pas payer leurs justes impôts, et pas davantage celle qui sert de paravent à la seule industrie allemande, au détriment de toutes les autres.






HERVÉ NATHAN

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesgensdeloconsurlaw.forumjonction.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 577
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    Mer 9 Mai - 14:57

Édition du 9 mai 2018

Réforme de la fiscalité locale et autonomie financière des collectivités : les propositions présentées aujourd’hui




Alors que le gouvernement doit recevoir aujourd’hui le rapport sur la fiscalité locale finalisé par la mission Richard-Bur, la mission flash mise en place par la délégation aux collectivités territoriales de l’Assemblée doit présenter, cet après-midi, ses conclusions sur l’autonomie financière des collectivités. Des préconisations sur deux sujets importants qui sont particulièrement attendues par les élus locaux.
Afin de compenser la suppression totale de la taxe d’habitation à l’horizon 2020 (1), Dominique Bur et Alain Richard ont déjà ébauché plusieurs propositions, présentées dans une note confiée aux associations d’élus en début d’année (lire Maire info du 26 janvier), tournant autour de deux scénarios.
Le premier consisterait en l’attribution de fractions d’impôts nationaux (TVA, CSG, TICPE, impôt sur le revenu…). Une solution qui permettrait un « rendement garanti surtout en cas de transfert d’une fraction de TVA ou de CSG » et un « fort » effet péréquateur pour les collectivités, comme le soulignaient les experts. En revanche, elle couperait les liens avec les contribuables et le territoire (les bases n’étant plus localisées).
Le second scénario, proche de celui proposé par le CFL (lire Maire info du 28 février), consisterait à transférer au bloc communal la part départementale de la taxe sur les propriétés bâties et « tout ou partie des droits de mutation à titre onéreux (DMTO) ». Les départements seraient, pour leur part, compensés par une part d'un « impôt d'Etat à due concurrence ».
Une hypothèse à laquelle s’est encore opposée « fermement », lundi, dans un communiqué, l’Assemblée des départements de France qui constate que celle-ci « ferait perdre toute autonomie fiscale aux exécutifs départementaux » et « porterait atteinte au fondement même de la démocratie et de la décentralisation ».
Bien que le gouvernement ait écarté l'idée de toute nouvelle imposition, la mission a également envisagé, devant la commission des finances de l’Assemblée, de proposer « la recréation d'un impôt local citoyen » d’un montant de l’ordre « d'un quart ou d'un cinquième de la taxe d'habitation » et « assis sur les revenus » des habitants de la commune ou de l'EPCI avec « un barème simplifié » (lire Maire info du 22 mars).
La mission a, par ailleurs, entamé une réflexion sur « un rééquilibrage budgétaire » prenant en compte les 20 % de contribuables qui ne seraient concernés qu'en 2020 par la suppression de la taxe d'habitation ainsi que les propriétaires de résidences secondaires (via « un complément de la taxe foncière », par exemple) et les logements sous-occupés.
Concernant la mission flash chargée de réaliser un état des lieux du cadre constitutionnel régissant les finances locales – et qui doit formuler des propositions visant à mieux garantir constitutionnellement la capacité des collectivités à financer leurs actions - , celle-ci s’était réunie, fin mars, pour présenter ses premières orientations (lire Maire info du 29 mars).
Constatant que la loi de 2003 constitutionnalisant l'autonomie financière des collectivités « a donné l’inverse de ce pourquoi elle était prévue » et pointant le fait que le principe de libre administration et l’autonomie financière « n’impliquent pas l’autonomie fiscale », les rapporteurs de cette mission, les députés Christophe Jerretie et Charles de Courson, ont assuré que « l’autonomie financière devait aujourd’hui évoluer ».
Inscrite dans la perspective de la révision constitutionnelle annoncée pour le printemps 2018, cette mission a ainsi réfléchi à faire entrer dans la Constitution la notion d’autonomie fiscale, accompagnée d’une définition précise.
Selon les rapporteurs de la mission, il y aurait deux ressources fiscales envisageables : « Soit celle pour laquelle il y a une assiette territorialisée de l’impôt avec un pouvoir de taux, l’autonomie fiscale pure en quelque sorte », « soit celle où il y a une base fiscale territorialisée mais dans laquelle le taux est fixé au niveau national, comme la CVAE ». Ils demanderaient également de rendre la compensation des transferts de charges de l'Etat vers les collectivités « intégrale et évolutive ».
Au niveau organique, la mission pourrait recommander, comme le demande l'AMF, de « resserrer la définition des ressources propres en excluant la fiscalité nationale transférée ». Elle souhaiterait également définir « un ratio d’autonomie fiscale jugé souhaitable pour garantir la libre administration des collectivités ». Les deux rapporteurs préconiseraient, par ailleurs, la mise en place d’une loi annuelle et spécifique de financement des collectivités territoriales.
Pour compléter ce sujet, l’AMF organise dans ses locaux, mardi après-midi prochain, une rencontre dédiée à la question de « l’avenir financier des intercommunalités ». Cette rencontre verra intervenir sur ce sujet plusieurs élus et, notamment, le député de la Corrèze Christophe Jerretie, membre de la Commission des finances de l’Assemblée nationale et vice-président de la délégation aux collectivités territoriales et à la décentralisation (lire Maire info du 30 avril).


A.W.

(1) Un manque à gagner pour les communes et EPCI estimé à 18 milliards d’euros selon le gouvernement, de 24 milliards d’euros selon la mission Richard-Bur et de 26 milliards d’euros en 2020 selon le Comité des finances locales compte tenu de la dynamique de la taxe d’habitation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesgensdeloconsurlaw.forumjonction.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 577
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    Mer 9 Mai - 11:32

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesgensdeloconsurlaw.forumjonction.com
PACA

avatar

Messages : 2731
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    Mer 9 Mai - 10:44

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2731
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    Lun 7 Mai - 8:34



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Messages : 577
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    Ven 4 Mai - 8:36

LE DEBUT DE LA FIN... 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesgensdeloconsurlaw.forumjonction.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 577
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    Jeu 3 Mai - 7:54

La réalité Française : 37 ministres actuellement, seulement 13 sous De Gaulle, mais à part trois ou quatre, que font les autres ?
 
Puisque les politiciens prennent toujours l'Allemagne en exemple et que nos hommes politiques nous parlent sans cesse du modèle allemand,


Voici QUELQUES PRÉCISIONS
 




   
France
 
Allemagne
  
        
 
Gouvernement
 
1 Président de la République
+ 1 Premier Ministre
+ 25 Ministres
+ 9 Secrétaires d'état
TOTAL :36
 
1 Chancelier(e)
 
+ 8 ministres
 
TOTAL :9
  
        
 
Coût d’un ministre
 
17 millions d'Euros par an
 
3 millions d'Euros par an
  
        
 
le soir après le" boulot"
 
A Paris, le 1er Ministre se détend dans son logis de fonction(310m²) à Matignon tandis que ses collègues regagnent en limousines les hôtels particuliers que la République met généreusement à leur disposition
 
Angela MERCKEL rentre dans son appartement, dont elle paie le loyer, les factures d'eau et d'électricité. Comme chacun de ses 8 ministres
  
        
 
Personnel
 
906 personnes travaillent à la Présidence de la République
 
A peu près 300 personnes en Allemagne
  
        
 
Parc auto
 
Élysée :
121 véhicules
 
Chancellerie :
37 véhicules
  
        
 
Déplacements
 
1 «AirbusA330-200
2 « Falcon7X
2 « Falcon900
2 « Falcon 50
et
3 Hélicoptères Super Puma
 
Systématiquement en train ou sur des lignes aériennes régulières
  
        
 
Indemnité
 
Président de la République
21 026 EUR NET
 
Angela MERKEL
15 830 EUR Brut
(Attn: Salaire soumis à l'impôt)
  
        
 
Budget
 
L’Élysée culmine à
113 000 000 EUR
 
Chancellerie
36 400 000 EUR
  
   
 
 
 
 
 
   




On commence...... quand... Messieurs les hommes politiques ?
Moi je suis pour qu'on copie les idées, surtout si elles sont bonnes...
(pour notre économie)
AU LIEU DE TAXER LES RETRAITÉS AYANT TRAVAILLÉ PLUS DE 37 à 40 HEURES et plus PAR SEMAINE
ET QUI ONT COTISÉ PENDANT PLUS DE 40 ANS.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesgensdeloconsurlaw.forumjonction.com
PACA

avatar

Messages : 2731
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    Mar 1 Mai - 8:19

VOUS VOULEZ DE L'INFORMATION, LA VERITE sur Macron Alors LISEZ JUSQU'AU BOUT:

Pour ceux qui veulent savoir, LIRE JUSQU'AU BOUT.


Président...... pas par hasard !!!

La lecture de ce récit vaut son pesant d'or!!!!Tout orchestré!!!

*Hier, nous avons tous pu prendre connaissance des sommes engagées par les différents candidats lors des dernières élections présidentielles.*

On découvre ainsi qu'Emmanuel Macron a dépensé *16,7 millions d'euros* pour sa campagne.

C'est même le candidat qui a dépensé le plus.

Curieusement, aucun journaliste soulèvera la question suivante: Comment un homme inconnu du grand public un an auparavant, jamais élu, a-t-il pu en moins de deux ans créer un parti politique, l'animer et rassembler autant d'argent en si peu de temps.

La réponse à cette question, la genèse de l'histoire, c'est, en quelque sorte, Parker Pointu, commentateur de ce blog qui nous l'explique...
Accrochez-vous, ça décoiffe...

" Macron est remarqué par Henri de Castries, président d’AXA mais aussi président du Groupe Bilderberg, aussi appelé conférence de Bilderberg ou Club Bilderberg, un rassemblement annuel de plus d’une centaine de membres essentiellement américains et européens, et dont la plupart sont des personnalités de la diplomatie, des affaires, de la politique et des médias.
Ils voient en Macron l’opportunité d'infléchir la politique économique et industrielle française et de contrer les syndicats, pour aller sur une politique libérale à l’anglo-saxonne.

Cependant Macron ne parvient pas, à son poste de conseiller économique à l'Elysée, à faire fléchir Hollande et son gouvernement.

Lors de la réunion du Groupe Bildelberg à Copenhague du 29 mai au 1er juin 2014, la réunion compte de nombreux banquiers notamment de la Deutsche Bank, Christine Lagarde, Benoit Coeuré, ancien de la BCE, et Macron. De Castries et plusieurs banquiers se voient en présence de Macron.

Il est donc décidé de faire pression sur Manuel Valls pour que Mr Macron soit ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique dans le gouvernement Valls II en remplacement d’Arnaud Montebourg trop instable.
Jean-Pierre Jouyet est contacté et influence François Hollande.
Macron est donc nommé Ministre le 26 août 2014.

De Castries voit Valls et lui suggère de faire un geste vis-à-vis du patronat, de redorer son blason, qu’il en serait récompensé.
Le 27 août Valls participe à l’université d’été du MEDEF il a prononcé un discours salué par une longue « standing ovation ».
Les financiers ont réussi leur coup.
Leur prodige est à leurs bottes, il n’y a plus 
qu’à manipuler la marionnette.

Le patronat est satisfait mais le trouve encore trop timide dans ses réformes, ils le poussent à faire la loi « Macron 2 ».
Mais Valls s’y oppose et donne le projet de réforme à Myriam El Khomri. Les financiers sont furieux contre Valls et décident sa perte, Valls l'a trahi. Cependant Macron réussi à inclure dans la loi : la réécriture du licenciement économique et le plafonnement des indemnités prud’homales.

Valls rétrograde Macron dans l’ordre protocolaire du gouvernement à l’occasion du remaniement réduit de février 2016.
Le 21 mars 2016 De Castries, Gattaz (MEDEF), Mario Draghi (BCE), John Cryan DB, des financiers et les patrons des groupes de presse, Bolloré, Drahi, Bergé se réunissent à Francfort, et décident d’épauler Macron pour la création d’un parti dévoué à leur cause.

Macron sera épaulé et financé pour créer un parti politique.
La manipulation est simple la presse écrite doit lui consacrer de nombreuses unes, notamment la presse féminine, et la presse destinée aux jeunes.

La télévision doit le présenter comme le gendre idéal.
Les patrons de presse créaient des groupes de travail uniquement dédiés à l’image et à la communication Macron.
*Bolloré a eu cette réflexion : « Puisque la mode est aux couguars et aux MILF mettons sa couguar à la une, c’est tendance, les jeunes vont kiffer ! ».*

Les financiers vont élaborer la création du parti.
Ils créent deux associations : l’« Association pour le renouvellement de la vie politique » et l’Association de financement du parti
« Association pour le renouvellement de la vie politique » La deuxième sera financée par des fonds privés De Castries et Gattaz invitent Mr Logerot le président de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques avec Mr Dargnat qui prendra la présidence de l’association de financement du parti, un ancien de BNP Paribas Asset Management.
La machine est en marche.

Le 6 avril 2016 le parti est créé.

L’argent des groupes financiers abonde, la campagne est lancée.

Fin avril 2016 Edouard Philippe maire du Havre est invité par De Castries et Bolloré, à Paris, ces derniers lui demandent de soutenir Macron puis ils invitent le futur premier ministre à la réunion Bidelberg qui se tient du 10 au 12 juin 2016 à Dresde.
Une réunion se tient avec Christine Lagarde, Baroso et d’autres financiers.

*A l’issue se tient une autre réunion à Berlin où il est décidé de faire de Macron le Président de la France.*
Sont présent des financiers, le directeur de la BCE, Drahi, Bolloré, Bergé et surprise : Mr Louvel Président du Conseil supérieur de la Magistrature.

Ils sont rejoints le temps d’un dîner par Madame Merkel.

Dans le même temps, il faut penser à décrédibiliser Hollande, un débat aura lieu le 14 avril 2016 sur France 2.
Les patrons de presse font pression sur Michel Field, patron de l'info du groupe France Télévision, pour que ce soit Léa Salamé, journaliste aux dents longues, multimillionnaire par son mariage et bobo moraliste qui anime le débat.
Le 14 avril 2016 elle fait son effet et François Hollande ne sera pas épargné.

En novembre, les primaires de droite sont ouvertes, Fillon gagne.

Jugé trop frileux dans son programme par les financiers, ils décident de l’éliminer.
L’affaire Fillon est lancée, bien d’autres élus de droite et de gauche font travailler leur conjoints ou enfants, mais Fillon doit être éliminé.

Des rendez-vous sont pris par des informateurs dépêchés par les grands groupes de presse avec des journalistes du Canard Enchaîné et de Médiapart, journaux qui ont vu leurs subventions augmenter en 2017, comme par hasard.
Gaspard Ganzter, conseiller de Hollande mais aussi camarade de promo de Macron à l'ENA, rencontrera le directeur du Canard début janvier.

Déchaînement des médias sur Fillon, les journalistes bien obéissants et soi-disant indépendants se déchaînent.
Mais surtout ils prennent soin de ne pas dénoncer les autres politiques qui commettent les mêmes délits.
L’homme à abattre c’est Fillon.

De l’autre côté, ordre est donné d’axer sur le FN, sachant que lors d’une confrontation Macron Le Pen, Macron serait élu.
La Machine médiatique est en route, les magistrats sont dans la course; peu importe si cette campagne est nauséabonde, mais Macron doit sortir vainqueur coûte que coûte.

Lors d’une entrevue, entre Macron, Drahi, et Bolloré, Drahi dit à Macron : *« Ne brusque pas les français, dis leur ce qu’ils veulent entendre, ce sont des veaux, ils veulent une idole, un homme providentiel, ils sont dans le délire présidentialiste.*
Ils haïssent les gens qui réussissent et gagnent de l’argent, ils veulent que tu sentes le pauvre.
Sache les séduire et les endormir et nous aurons ce que nous voulons.

Beaucoup de gens (financiers et grands patrons) comptent sur toi, ne les déçois pas !

Sers toi des gens du spectacle, du show-biz, ces arrivistes incultes se disent de gauche parce que cela fait bien, qui critiquent les financiers et l’argent, mais sont les premiers à faire de l’évasion fiscale, tu verras, ils viendront te lécher les fesses par intérêts, ce sont les pires, je ne les aime pas !» Bolloré lui dit :* « Le Français veut de l’information instantanée, du scoop, il ne réfléchit pas, du foot, des émissions débiles, du cul, de la bière et il est heureux, il faut leur servir ce qu’ils veulent ! »*

Réunion le 11 avril 2017 avec De Castrie, Drahi, Jouyet, Sarre et d’autres personnages influents avant le 1er tour des élections, la ligne médiatique est organisée, la presse est dévouée à Macron, mais Mélanchon inquiète, ainsi que le manque de confiance des français envers les politiques.

Le 23 avril 2017 ils sont rassurés, Macron est en tête avec 24%.

Drahi félicite Macron et lui dit : «Tu es président les français n’auront jamais les couilles de voter Le Pen et les autres tordus vont venir te lécher les fesses et voteront pour toi ! ».

Cela se finit à la Rotonde... Macron savait qu’il était président.

Le 24 avril la bourse prend 7 points, les places financières sont aux anges !
Ces élections présidentielles furent qu’à un seul tour, magnifiquement orchestrées par, les médias, la finance et le CAC 40, les français n’y ont vu que du feu !

Le 7 mai 2017, Macron est élu et nos patrons de presse et autres vont mettre leur terrible plan « en marche.
Le spectacle du Louvre fut un délire narcissique dont l’analyse révèle bien des intentions que je qualifierais de « déviantes » et bien éloignées des problèmes et attentes des Français.

Reste maintenant la dernière étape: les législatives.

Faire élire 50% à l’Assemblée Nationale de personnes qui n’ont jamais touché à la politique ou eu un mandat électoral.
Cette manœuvre est organisée depuis Paris dans le cadre d’un mystérieux processus de sélection afin d’achever d’affaiblir le pouvoir législatif, le cœur de la démocratie, en mettant en place une sorte d’aréopage de personnes désignées qui seront à la botte du régime.

Là aussi, personne ne se posera la question du financement de toutes ces investitures.
« Il faut que tout change pour que rien ne change ».

Au second tour des législatives, Macron obtiendra une très nette majorité.
Le changement est devenu le deus ex machina de la politique.
Il a suffi de le promettre pour conquérir le pouvoir.

*Le peuple, par ces élections, a perdu sa souveraineté; maintenant il élit la personne que les financiers et les patrons de presse ont choisie.*
Mais le réveil va être brutal, les français vont bientôt pleurer, mais ils ont les politiques qu’ils méritent !
Parker Point

NB: Toutes les informations citées supra peuvent être vérifiées, ce ne sont pas des affabulations, ceux qui chercheront à savoir et qui ne se laisseront pas manipuler par les médias découvriront cette triste vérité."
NB: le lecteur averti remarquera que la quasi totalité des acteurs principaux de cette histoire sortent du même moule: Science-Po, ENA



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2731
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    Ven 27 Avr - 12:11

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2731
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    Lun 23 Avr - 17:32

Révision de la Constitution: Macron vers la monarchie absolue?


Par Matthias Tavel, — 22 avril 2018 à 17:53



Emmanuel Macron au Parlement Européen à Strasbourg, le 9 avril. Photo Pascal Bastien pour Libération.
 

Pour conforter la Ve République, l'hyper président Emmanuel Macron renforce ses pouvoirs au détriment d'un Parlement avec moins de députés, mais aussi des citoyens toujours écartés.


  •  

     Révision de la Constitution: Macron vers la monarchie absolue?



Emmanuel Macron avait déjà dit que la France manquait d’un roi. C’était en 2015. Depuis son élection, il s’évertue à renforcer la monarchie républicaine de la Ve République: réunion du Congrès pour un discours présidentiel la veille de la déclaration de politique générale du Premier ministre, recours régulier au faste du château de Versailles pour des événements présidentiels, etc. Même Nicolas Sarkozy n’en faisait pas autant!


La révision constitutionnelle annoncée pousse la logique encore plus loin. Le but d’Emmanuel Macron est de conforter la Ve République. Son Premier ministre Edouard Philippe l’a dit clairement: «La philosophie d’ensemble [du régime] sera bien entendu préservée. Car il ne s’agit ni de revenir à la IVe République, ni de passer à la VIe République.»L’hyper-président sortira renforcé, le Parlement encore abaissé, les citoyens toujours écartés.


Depuis le début du quinquennat, Emmanuel Macron veut contourner le Parlement. La démocratie parlementaire, bien imparfaite dans notre pays, est à ses yeux un encombrement. Le recours aux ordonnances sur le code du travail ou sur la réforme de la SNCF tient les députés et sénateurs à l’écart de l’élaboration de la loi. L’application à marche forcée de la loi sur l’enseignement supérieur avant-même son adoption définitive par le Parlement était un autre coup de force. La réduction du nombre de parlementaires va encore aggraver cela. 


Le journal Le Mondeindique que si le nombre de députés passe de 577 à 404 comme le veut Emmanuel Macron, la France sera le deuxième pays d’Europe avec le moins de députés par habitant. Seule la Russie ferait pire. C’est tout un symbole de voir l’horizon démocratique de la France macronienne dans la Russie poutinienne!


«Arnaque»



Faire croire que moins de députés permettraient de mieux contrôler le gouvernement est une arnaque. Le maintien du mode de scrutin actuel pour 85% de l’Assemblée poussera les députés à labourer des circonscriptions deux fois plus grandes qu’aujourd’hui, perdant soit une proximité avec leurs électeurs, soit beaucoup de temps loin du contrôle du pouvoir. 


Rien dans cette réforme ne prévoit d’ailleurs que les moyens de contrôle et d’enquête des députés seront renforcés. Et le droit de dissolution du président de la République demeure, comme l’organisation des élections législatives dans la foulée de la présidentielle. L’effet est connu d’avance: godillots un jour, godillots toujours!


Au passage, la réduction du nombre de députés peut même se traduire par un recul significatif des droits du Parlement. Ainsi, il faut aujourd’hui 15 députés pour former un groupe à l’Assemblée nationale donnant droit à la parole et à la création d’une commission d’enquête par an, 58 députés pour déposer une motion de censure et 60 pour saisir le Conseil constitutionnel. Le Premier ministre n’a pas évoqué ces seuils dans son annonce. 


Les maintenir à ce niveau-là tout en réduisant de 577 à 404 le nombre de députés durcirait considérablement ces procédures essentielles au bon fonctionnement démocratique.
Avec la réforme, le pluralisme politique sera aussi affaibli. Moins de députés élus dans des circonscriptions plus grandes, c’est la garantie d’un étouffement implacable pour la diversité des courants d’opinions, surtout ceux ancrés territorialement. 


Ainsi en Seine-Saint-Denis où 7 des 12 députés appartiennent aux groupes parlementaires de la France insoumise ou du Parti Communiste ou en Corse où 3 des 4 députés sont nationalistes. Ne pouvant les battre à la loyale dans ces circonscriptions, le pouvoir veut les faire disparaître au gré du redécoupage de la carte des circonscriptions et de la réduction de leur nombre.




La dose de proportionnelle proposée ne changera rien à cette menace. D’abord parce qu’elle est marginale: 15%. C'est-à-dire à peine 61 députés sur 404. Une force politique ne parvenant pas à faire élire de députés au scrutin majoritaire dans les nouvelles méga-circonscriptions devrait ainsi obtenir 24% des voix pour pouvoir obtenir 15 députés uniquement à la proportionnelle.


 La plupart se contenteront de miettes sans moyens d’agir. Ensuite parce que ces élus à la proportionnelle s’ajouteraient à ceux élus au scrutin majoritaire et ne corrigeraient pas les déséquilibres que celui-ci produit comme le fait le système allemand. Dans la foulée de la présidentielle, le parti du président raflera donc aussi la majorité des sièges à la proportionnelle. Il gagnerait ainsi au grattage et au tirage, un comble !


Il ne faut pas oublier non plus que le Premier ministre a maintenu l’idée «qu’il était nécessaire de limiter les amendements» des parlementaires. Certes, l’idée d’un contingentement est écartée. Mais la volonté de restreindre le débat demeure alors que la Constitution limite déjà drastiquement les conditions de dépôt d’amendements des parlementaires.


«Double peine»



Avec cette réforme, les citoyens resteront écartés du pouvoir. La méthode macronienne les tient à distance. La réforme est sortie du chapeau du gouvernement et d’une discussion de boutiquier avec le président du Sénat, très loin de la participation citoyenne qu’aurait permis une Assemblée constituante comme le propose la France insoumise. Le président de la République se refuse également à convoquer un référendum pour faire adopter sa réforme alors qu’une telle procédure devrait être la norme pour modifier la loi fondamentale.


 Et aucun droit nouveau n’est annoncé pour les citoyens, évidemment pas le droit de révoquer les élus en cours de mandat comme cela existe pourtant dans différents pays et dans certains Etats des Etats-Unis d’Amérique. Les citoyens auront donc moins d’élus pour les représenter et pas plus de pouvoir pour s’exprimer directement: c’est la double peine!


Ces annonces constitutionnelles au cœur d’un conflit social majeur ressemblent fort à un gadget de communicant pour redorer le blason du Président à peu de frais. Mais même là, c’est raté. Si Monsieur Macron tenait tant à réduire le nombre de parlementaires, il pouvait le faire sans menacer encore plus le pluralisme déjà réduit.


 Il lui suffisait pour cela de proposer de supprimer le Sénat. Mais évidemment il n’en est rien. Parce que le projet Macron n’est pas de moderniser, mais de rhabiller l’ordre existant pour mieux le conserver. Le dégagisme de 2017 n’a pas fini le travail.





Matthias Tavel 


.0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2731
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    Dim 22 Avr - 8:55

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2731
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    Ven 20 Avr - 7:55



CES SALOPARDS DE RETRAITES QUI RALENT CONTRE L'AUGMENTATION DE LA CSG DEVRAIENT AVOIR HONTE  ... lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol!


Dernière édition par PACA le Lun 16 Juil - 15:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2731
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    Jeu 19 Avr - 7:36

Macron est rentré dans le rang Atlantique alors que ces premiers pas dans la scène internationale avait fait espérer à l’Europe et au Monde que la France était de retour. Sans preuve, sans mandat, sans effet tactique et stratégique cette frappe a fait perdre à la France une influence renaissante et à Macron le soutien de tous ceux qui ne sont pas des flagorneurs et qui défendent les vrais intérêts stratégiques de la France





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    

Revenir en haut Aller en bas
 
LA VIE SOUS MACRON
Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» commande dendrogramme sous R
» extraire sous SAS
» Graphiques sous R?
» Chauffage électrique : sous la fenêtre ou à l'opposé
» La vie des ouvriers d'usine sous Napoléon III

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
LOCON SUR LAWE  :: MONDE , Politique, financier, religieux,idéologique. :: GENS D'ICI ET CHRONIQUE DU SOUVENIR :: ON EN PARLE ? :: LA TETE DE GONDOLE DE LA SEMAINE-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: