LOCON SUR LAWE
LOCON SUR LAWE

Les GENS de LOCON et du reste du monde
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez
 

 ECOLOGIE

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
ACARIE

ACARIE

Messages : 53
Date d'inscription : 14/06/2019

ECOLOGIE  Empty
MessageSujet: Re: ECOLOGIE    ECOLOGIE  Icon_minitimeSam 13 Juil - 10:12

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ACARIE

ACARIE

Messages : 53
Date d'inscription : 14/06/2019

ECOLOGIE  Empty
MessageSujet: Re: ECOLOGIE    ECOLOGIE  Icon_minitimeMar 9 Juil - 17:51



SITE D'INFORMATION SUR L'ACTUALITÉ POLITIQUE, ÉCONOMIQUE ET SOCIALE





LES VERTS DE BÉTHUNE-BRUAY APPELLENT À SE FAIRE ANALYSER ET S’ENGAGER DANS LA LUTTE CONTRE LE GLYPHOSATE



juillet 9, 2019



Le groupe EELV Béthune-Bruay appelle à participer à la campagne glyphosate 59/62. Une journée de dépistage est organisée le 12 octobre, à Béthune. Se faire analyser coûtera 135 €.



ECOLOGIE  B9720171403Z.1_20190708185123_000%2BGVQE1AO9K.1-0
Le groupe béthuno-bruaysien d’Europe écologie les Verts se mobilise contre le glyphosate. – AFP



Jocelyne Martin et Josette Sarrazin, du groupe EELV (Europe écologie les Verts), ont participé, en mars, à un prélèvement qui s’inscrit dans une démarche nationale, appelée Campagne Glyphosate. Les résultats de ces analyses sont tombés sous forme de chiffres « inquiétants ».Jocelyne, qui habite Essars, présente en effet un taux de 1,81 nanogramme/millilitre, soit 18 fois supérieur à la limite autorisée en France, qui est de 0,1 nanogramme par millilitre d’eau potable. Josette habite, elle, en ville et présente un taux de 0,54, également supérieur à la norme.




Toutes deux ont rejoint un mouvement de plus de 2 000 volontaires dans toute la France. Elles ont porté plainte, venant s’ajouter à celles déposées dans toute la France. L’enjeu ? Un regroupement en un seul procès d’ampleur nationale afin de sensibiliser les pouvoirs publics et responsables politiques.




ECOLOGIE  B9720171403Z.1_20190709121417_000%2BGE2E1EHPQ.2-0

C’est dans cette optique que le groupe EELV Béthune-Bruay appelle à participer à la campagne glyphosate 59/62. Les Verts invitent les citoyens à la séance de prélèvements qui aura lieu à Béthune, le 12 octobre. « Les personnes qui souhaitent faire ces tests doivent nous contacter dès que possible », avance Jocelyne Martin, porte-parole d’EELV.




Le groupe espère également collecter quelques dons pour soutenir cette action : le montant des analyses s’élève en effet à 135 € (honoraires de l’huissier et du laboratoire). Tout le monde ne peut pas se les payer. « Nous souhaitons faire bénéficier ces analyses à certaines personnes dans l’impossibilité de régler cette somme », explique le groupe.




Contact : Jocelyne Martin au 06 01 75 86 27 ou jeanmichel.martin62@gmail.com




Par Stéphane Leulier / Publié le 09/07/2019/ VDN

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ACARIE

ACARIE

Messages : 53
Date d'inscription : 14/06/2019

ECOLOGIE  Empty
MessageSujet: Re: ECOLOGIE    ECOLOGIE  Icon_minitimeMer 3 Juil - 7:44

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ACARIE

ACARIE

Messages : 53
Date d'inscription : 14/06/2019

ECOLOGIE  Empty
MessageSujet: Re: ECOLOGIE    ECOLOGIE  Icon_minitimeVen 14 Juin - 22:31

"le monde"


Le lien entre la maladie de Parkinson et les pesticides officiellement reconnu




Un décret reconnaît cette pathologie comme maladie professionnelle chez les agriculteurs. Une avancée majeure dans un domaine où règne l'omerta.

Par Angela Bolis  




ECOLOGIE  Ill_1698693_ea46_000_par6970826Les agriculteurs sont confrontés à l'envolée des prix des matières premières. AFP/DAMIEN MEYER
C'est un pas de plus vers la reconnaissance des maladies professionnelles des agriculteurs. Lundi 7 mai, est entré en vigueur un décret qui reconnaît la maladie de Parkinson comme maladie professionnelle et établit explicitement un lien de causalité entre cette pathologie – seconde maladie neurodégénérative en France après Alzheimer – et l'usage des pesticides.



Un pas de plus car, dans ce domaine où règnait jusqu'ici la loi du silence, la prise de conscience des effets des produits phytosanitaires sur la santé des agriculteurs commence seulement à émerger. Et à porter ses fruits. En février, la victoire d'un céréaliculteur charentais, Paul François, qui avait intenté un procès contre le géant américain Monsanto, a constitué une première en France. La firme a été jugée responsable de l'intoxication de l'agriculteur par les vapeurs d'un de ses herbicides, le Lasso – retiré du marché en 2007 en France, alors que sa dangerosité était connue depuis plus de vingt ans.

Quelques jours plus tard, ils étaient plusieurs dizaines d'exploitants à manifester au Salon de l'agriculture, devant le stand de l'Union des industriels de la protection des plantes. Leurs revendications : le classement des affections liées à l'usage des pesticides en maladies professionnelles et le retrait des produits dangereux.

Le 30 avril, c'est une autre décision, celle de la Commission d'indemnisation des victimes d'infraction (Civi) d'Epinal, qui est venu apporter de l'eau au moulin : ce jour-là, l'Etat a été condamné à indemniser un agriculteur céréalier de Meurthe-et-Moselle souffrant d'un syndrome myéloprolifératif. D'abord reconnue comme maladie professionnelle, la pathologie est alors associée par la Civi à l'usage de produits contenant notamment du benzène.

UN DÉCRET "TRÈS ATTENDU"

Dans ce paysage qui commence doucement à évoluer, le décret concernant la reconnaissance de la maladie de Parkinson était donc "très attendu", note Guillaume Petit. L'agriculteur appartient à l'association Phyto-victimes, créée en mars 2011, et avec laquelle Paul François a, l'un des premiers, brisé le silence en attaquant Monsanto. Lui a attendu quatre ans avant de voir sa pathologie reconnue comme maladie professionnelle. "Combien voient leur demande refusée ? Combien aussi y renoncent, devant la difficulté ?", interrogeait-il lors de la création de cette association.

Lire (édition Abonnés) : "Des agriculteurs victimes de pesticides veulent rompre le silence"

L'entrée de la maladie de Parkinson dans les tableaux des maladies professionnelles du régime agricole facilitera donc les démarches pour les agriculteurs chez qui cette pathologie aura été diagnostiquée moins d'un an après l'usage de pesticides – le texte ne précise pas lesquels. "C'est une reconnaissance officielle qui est, déjà, importante sur un plan symbolique, note Guillaume Petit. Mais c'est aussi le moyen, pour l'agriculteur, d'être pris en charge financièrement, en fonction de son taux d'incapacité à poursuivre son travail."

EN DIX ANS, CINQ MALADIES LIÉES AUX PESTICIDES RECONNUES

Jusqu'ici, selon Yves Cosset, médecin du travail national adjoint à la Mutuelle de la santé des agriculteurs (MSA), seuls vingt cas de maladies de Parkinson ont été rapportés aux comités de reconnaissance des maladies professionnelles en dix ans. Dix ont été acceptés, dix refusés. Dans la même période, seuls quatre ou cinq cas de maladies ont été officiellement reconnus comme causés par les pesticides.

Au total, ce sont 4 900 pathologies qui sont reconnues chaque année comme maladies professionnelles chez les agriculteurs. Mais plus de 90 % d'entre elles sont des TMS (troubles musculo-squelettiques), le reste des cas étant principalement liés aux animaux et à la poussière de bois ou d'amiante, selon Yves Cosset.

Dans les tableaux des maladies professionnelles du régime agricole, on trouve ainsi, par exemple, la maladie de Lyme – causée par les tiques –, le tétanos ou encore les hépatites. Mais aussi quelques pathologies liées aux produits phytosanitaires. Est notamment cité, depuis 1955, l'arsenic, responsable d'une large gamme d'affections – irritations, intoxications ou cancers. Ou encore le benzène, classé comme cancérogène certain, et le pentachlorophénol (PCP), interdit dans les pesticides depuis 2003.

Mais, rappelle Yves Cosset, "ces tableaux évoluent au fur et à mesure des connaissances de la science. Or, la plupart des pathologies liées aux pesticides apparaissent de manière différée, dix, vingt, voire trente ans après le début de leur usage. Dans la médecine du travail, on a commencé à parler de l'amiante dans les années 1960, et ce produit n'a été mentionné dans ces tableaux qu'en 1998 pour les cancers. Il n'est donc pas exclu que d'autres pathologies émergent et soient reconnues dans les années à venir..."

Angela Bolis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

PACA

Messages : 3118
Date d'inscription : 26/09/2007

ECOLOGIE  Empty
MessageSujet: Re: ECOLOGIE    ECOLOGIE  Icon_minitimeMer 15 Mai - 10:25

ECOLOGIE  High_d32
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

PACA

Messages : 3118
Date d'inscription : 26/09/2007

ECOLOGIE  Empty
MessageSujet: Re: ECOLOGIE    ECOLOGIE  Icon_minitimeJeu 21 Mar - 19:48

mardi 19 mars 2019


Le co-fondateur de Greenpeace dénonce la supercherie du réchauffement climatique causé par l’homme




Au Canada, Patrick Moore, co-fondateur de Greenpeace, organisme qui a tellement changé que M. Moore ne s’y reconnait plus, a déclaré que le « changement climatique anthropique » est une supercherie qui profite à nombre de gens dont des politiciens qui y trouvent un moyen de gagner des votes, les entreprises vertes, les « scientifiques » en quête de subventions.

Les conservateurs soutiennent depuis longtemps que le « réchauffement » climatique anthropique est un détournement politique de la science climatique. Mais cet argument a reçu un soutien inattendu : le cofondateur de la plus importante organisation environnementale, Greenpeace. Patrick Moore, qui est également ancien président de Greenpeace Canada, a participé à l’émission Breitbart News Tonight de Sirius XM la semaine dernière lors d’une entrevue avec Rebecca Mansour et Joel Pollak.

« La peur a été utilisée tout au long de l’affaire pour prendre le contrôle des esprits et du portefeuille des gens et tout le reste, et la catastrophe climatique est strictement une campagne de peur », dit-il, ajoutant que les adeptes de A Greener World (AGW) ― l’idéologie selon laquelle l’activité humaine serait  principalement responsable des changements climatiques de la Terre ― sont également alimentés par la « culpabilité », car « vous tuez vos enfants en les conduisant dans votre automobile et émettez du dioxyde de carbone dans l’atmosphère. »

Moore a expliqué que le sommet du « mouvement écologiste crée des histoires qui suscitent la peur dans le public » et qui sont ensuite abondamment relayés  médiatiquement. Selon lui, cette supercherie est soutenue par « des politiciens verts qui achètent des scientifiques avec l’argent du gouvernement pour qu’ils effraient le public par des travaux qui seront présentés comme scientifiques. Il dénonce aussi « le monde des affaires vertes, les chercheurs de subventions, les capitalistes de connivence qui bénéficient de subventions énormes, de réductions fiscales importantes et des mandats gouvernementaux exigeant que leurs technologies fassent fortune sur cette base. […] Et puis, bien sûr, il y a les scientifiques qui sont de leur plein gré là-dedans, puisqu’ils sont pratiquement accrochés aux subventions gouvernementales ».

« La plupart des “scientifiques” qui poussent cette théorie catastrophique sont payés avec les deniers publics », ajoute-t-il.

Les partisans de la thèse du réchauffement climatique causé par l’homme ont subi un coup dur en 2010 lorsqu’il a été découvert que leurs principaux chercheurs, comme l’East Anglia University’s Climate Research Unit et l’Intergovernmental Panel on Climate Change [et le GIEC lui-même], s’étaient livrés à une manipulation généralisée des données, livrant des modèles climatiques erronés, falsifiant les sources et supprimant des découvertes dissidentes.

Source:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

PACA

Messages : 3118
Date d'inscription : 26/09/2007

ECOLOGIE  Empty
MessageSujet: Re: ECOLOGIE    ECOLOGIE  Icon_minitimeSam 19 Jan - 15:50

LA VOIX DU NORD Béthune




C’est à Béthune que l’air est le plus pollué dans le Nord et le Pas-de-Calais



Selon le site atmo-hdf.fr qui surveille la qualité de l’air, Béthune est le secteur le plus touché par la pollution de la région avec un indice de 9/10 et un air classé « mauvais ». Ailleurs, ça va de 6 pour Maubeuge à 8 pour Dunkerque, Lens, Lille…



Ces indices de pollution de l’air sont relevés grâce à des stations installées au stade à Béthune, et une autre à Nœux-les-Mines. Les polluants mesurés : monoxyde d’azote, dioxyde d’azote, ozone, particules. Les derniers relevés datent de 9 h ce dimanche matin et sont particulièrement élevés pour les particules et le monoxyde d’azote à Nœux-les-Mines.


 Des chiffres encore plus hauts à Béthune et qui explosent pour les particules. La situation s’est dégradée par rapport à samedi. Pour toute la région et pour Béthune qui est passée de l’indice 8/10 à 9/10.

Ce phénomène général pour tout le Nord de la France s’explique par les conditions anticycloniques et froides qui limitent la dispersion des polluants et engendrent un surcroît de concentration de particules fines, d’où une pollution de l’air persistante. Pourquoi le secteur béthunois est-il plus touché que les autres ? 



À cause de la présence de nombreuses industries ? Mais on pourrait dire la même chose dans le bassin lensois ou dunkerquois, même si, sur le littoral, la brise marine, peut atténuer le phénomène de pollution.

Cet épisode d’air pollué se traduit par des infections respiratoires plus nombreuses. Les urgences de la clinique Anne d’Artois à Béthune le constatent depuis le début du week-end. À la maison médicale de garde du centre hospitalier de Béthune-Beuvry, le docteur est débordé. Il ne pourra nous répondre qu’en début d’après-midi.


 Les urgences du centre hospitalier sont aussi débordées mais pas plus d’infections respiratoires que d’habitude. « On en a toujours beaucoup et on a aussi beaucoup de gastros », note une infirmière.
Les restrictions de vitesse effectives depuis jeudi sont reconduites jusqu’au lundi 23 janvier à minuit par les autorités.


 Les automobilistes doivent réduire leur vitesse de 20 km/h, avec des vitesses maximales autorisées abaissées à 70, 90 et 110 au lieu de 90, 110 et 130, sous peine de sanctions. 


Sur les portions habituellement limitées à 110 et à 130 km/h, la vitesse des poids lourds de plus de 3,5 tonnes est quant à elle limitée à 80 km/h. Le même arrêté interdit également le brûlage des sous-produits agricoles. Cette décision s’applique aussi pour les espaces verts et jardins publics.


.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

PACA

Messages : 3118
Date d'inscription : 26/09/2007

ECOLOGIE  Empty
MessageSujet: Re: ECOLOGIE    ECOLOGIE  Icon_minitimeMar 18 Déc - 9:00

Quelques vérités sur les taxes carburants




Posté le 15 décembre 2018 par Gérard Maudrux

On nous explique qu’il faut taxer plus le carburant pour sauver la planète. 
L’an dernier notre Président était fier d’inaugurer à St Nazaire un des plus gros navires de croisière, fleuron de l’industrie française (aux mains d’Italiens depuis son passage à Bercy). D’un côté on veut supprimer le diesel auto, de l’autre on se félicite d’envoyer sur les océans le plus gros et plus pollueurs des moteurs diesels.


Le Symphony of the Seas, pour déplacer ses 228 000 tonneaux, utilise 3 moteurs Wartsila de 20,5 mégawatts chacun, sans compter 4 propulseurs d’étrave de 5,5 MW et les 2 groupes alimentant une ville de 8 460 habitants, qui vu le niveau d’éclairage digne de Las Vegas et le chauffage, doit bien correspondre à la consommation d’une ville de 20 000 habitants.


Un seul de ces gros navires pollue paraît-il autant que 1 million de voitures, et il y en a des centaines dans le monde ( la compagnie Royal Caribean a 27 navires géants en circulation dont les plus gros). Ajoutez-en encore plus avec les navires de fret, les plus gros porte-conteneurs étant encore plus puissants. A ces plusieurs centaines de géants des mers, ajoutez des milliers de navires plus petits.


Comment arrive-t-on à ces chiffres de pollution ? Chaque cylindre du plus gros Wartsila a une cylindrée de 1 820 000 cc, soit 36 400 Solex de 50cc par piston. Ces diesels 2 temps consomment 7 500 L/heure, du lourd de chez lourd, résidu de distillerie dont on ne sait quoi faire après avoir tout extrait. Il n’y a pas de pot d’échappement, et ils tournent presque toute la journée, soit 20 fois plus que vous pour aller et revenir du travail. Ce Wartsila est un 14 cylindres développe 80MW, près de 110 000CV. 


Chaque cylindre fait 1m de diamètre (96cm pour être exact), avec une course de 2,5 mètres, soit 1 820 L de cylindrée par piston et 25 840 L de cylindrée totale (509 600 Solex qui circuleraient 24H / 24). Vous imaginez le diamètre des soupapes d’échappement pour laisser échapper le résidu de combustion, le rendement de ces moteurs atteignant 50%. Une vraie marée noire… dans l’atmosphère. 26 de ces moteurs circulent, 86 sont en fabrication. L’équivalent de plusieurs centaines de millions de voitures polluent avec fierté sur les mers.


Dans les airs, ce n’est pas mieux. Un 747-400 consomme 12 800 L/H, il y en a plus de 250 en circulation. L’Airbus A 320-200 consomme 4 fois moins, 3 025 L/H, mais il y en a plus de 8 000 en circulation. Si vous prenez votre voiture 1/2H matin et soir pour vous rendre au travail, ces engins tournent 24H/24. 


Un 747 consomme donc autant que 60 000 voiture à 5 L/H, et pollue sans doute autant que 150 ou 200 000 vu la combustion et l’absence de pot catalytique. Cela fait 40 à 50 millions de voitures uniquement pour la flotte 747, et 300 à 350 millions de voitures pour les Airbus A 320 qui consomment pourtant bien moins. Et ce ne sont pas les seuls avions à voler en permanence !


Avec ces milliards d’équivalents voitures sillonnant les mers et le ciel, je me sens bien peu de chose avec mon véhicule diesel. Et ce n’est pas tout, sur terre aussi on pollue, mais est-ce encore nous ? Il y a le chauffage, les industries, les centrales thermiques,… Selon un rapport de l’ONG internationale Carbon Disclosure Project, 71 % des émissions de gaz à effet de serre émaneraient de seulement 100 entreprises. 
Si vous prenez en compte les milliers d’autres entreprises, il ne reste plus beaucoup de place pour nos voitures ! Pour ce qui est de l’émission de CO2 par pays : Chine 30%, USA 15%, France moins de 1%. Et puisque nous sommes sur terre, n’oublions pas les vaches, qui pollueraient plus que les voitures. Pourquoi nos énarques ne s’occupent-ils pas d’elles ? Il faut une taxe au mètre cube de gaz évacué, avec un compteur individuel et un bonus-malus selon leur alimentation plus ou moins productrice de gaz. Et une prime pour leur installer un pot catalytique !


Maintenant, que fait-on de ces taxes, comment sauve-t-on la planète avec ? Là encore on peut se poser des questions. Il ne suffit de parler de taxe environnementale pour qu’elle le soit. La Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Energétiques (TICPE) devait rapporter en 2019 4 Mds€ de plus (37 Mds€ au total pour 33 l’an dernier).
 Le budget prévoyait d’en affecter 3,7 Mds€ pour le budget général, avec des miettes pour la transition énergétique : 200 M€ affectés au budget de l’Agence de financement des infrastructures de transports de France (AFITF) et 100 M€ au compte d’affectation spécial de la transition énergétique….
Que de mensonges. Comment peut-on se moquer à ce point du citoyen ! Quel mépris ! Pourquoi ? On vous a dit qu’on avait supprimé pour certains la taxe d’habitation, mais comme les dépenses existent toujours, il s’agit en pratique d’une étatisation de ces budgets.


 L’Etat doit donc en trouver les recettes ailleurs, d’où le relèvement de certaines taxes comme la TICPE et son affectation au budget de l’Etat. Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ou l’art de reprendre d’une main ce que l’on donne de l’autre. Pourquoi ne pas dire les choses telles qu’elles sont au lieu de mentir, de tricher.
Cerise sur un mauvais gateau : ce n’est pas 4 Mds€ de plus comme on peut le lire dans la presse, mais 4,8 Mds€ pour le budget général. En effet la TICPE est soumise à TVA ! Oui vous avez bien lu : un impôt sur une taxe ! Je ne trouve pas de mot pour qualifier cette disposition légale, ceux qui l’ont rédigée, ceux qui l’ont votée. Il n’y a qu’en France que l’on traite aussi mal le citoyen payeur.


Si on veut diminuer la pollution, agissons d’abord sur les causes les plus importantes au lieu de se rabattre sur les plus petits et les plus faibles. Ensuite est-ce que taxer nos véhicules diesel et essence les fera polluer moins ? Non. Ce sont les normes qui sont efficaces, pas les taxes. En 40 ans, la voiture moyenne consomme moitié moins, tout en étant 2 fois plus lourde. Aligner progressivement la fiscalité du diesel sur celle de l’essence, justifiée par la nécessaire transition écologique vers une économie décarbonée, est un contre-sens en ce qui concerne le carbone.
 Le rendement thermique du diesel est supérieur à celui de l’essence, il émet 20 à 25% de CO2/Km en moins, et les filtres obligatoires ont divisé par 30 les rejets de particules depuis 1992. Quand Alain Bonnafous, chercheur au Laboratoire Aménagement, Économie,Transport et professeur émérite de l’Université de Lyon (IEP) dit qu’un moteur diesel actuel émet 10 fois moins de particules qu’un moteur essence, il a plus de crédibilité qu’un énarque qui nous explique qu’en taxant plus le diesel on polluera moins.


La transition énergétique a bon dos. Elle sert a masquer la fuite en avant de gouvernements mauvais gestionnaires, toujours à la recherche de nouveaux prélèvements, plus facile que d’optimiser les dépenses. Les choses sont peut-être en train de changer ?
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

PACA

Messages : 3118
Date d'inscription : 26/09/2007

ECOLOGIE  Empty
MessageSujet: Re: ECOLOGIE    ECOLOGIE  Icon_minitimeLun 3 Déc - 10:30

ECOLOGIE  Captur60
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

PACA

Messages : 3118
Date d'inscription : 26/09/2007

ECOLOGIE  Empty
MessageSujet: Re: ECOLOGIE    ECOLOGIE  Icon_minitimeLun 10 Sep - 14:32

*Hulot rhabillé pour l'hiver... et tous les hivers suivants !*

*Vous n'êtes en rien un fils du peuple, vous êtes issu de la bourgeoisie,
ce qui explique, à défaut de les excuser, vos manières de parvenu.*


> > > *Votre père, Philippe Hulot a exploité une mine d'or au Vénézuela
avant de diriger une importante fabrique de confiserie à Paris, puis un
commerce de plantes médicinales à Nice.*

*Du côté de votre mère vous descendez de Georges Moulun, un industriel qui
fera fortune dans la construction des premiers barrages hydroélectriques
français, mais qui fit faillite après la crise de 1929.*

*Grâce à l'émission « Ushuaïa », vous devenez une célébrité : vous aimez
vous faire mousser, et nous avons droit, chaque semaine, à vos exploits
surmédiatisés: Zébulon en parachute, Tintin en deltaplane, Superman en
montgolfière, James Bond en ULM, etc...etc...*

*En 1996, la « Fondation Nicolas-Hulot pour la nature et l'homme » est
reconnue d'utilité publique. Depuis, les sponsors n'ont cessé de se
multiplier. Vos « partenaires fondateurs » sont EDF, l'Oréal, TF1 et
Véolia. TF1 possède la marque « Ushuaïa » dont vous recevez, sans
travailler, de confortables royalties.*

*En 2002, vous épousez dans le Lubéron - sorte de parc national pour bobos
de la « gauche-caviar » - Florence Lasserre, fille d'un militant
écologiste, rencontrée à Chamonix.*

*En 2006, vous lancez le mensuel « Ushuaïa Magazine » qui fera un bide.*

*En 2009, vous produisez un film « le syndrome du Titanic » qui fera un
flop.*

*En 2011, certain d'une confortable victoire, vous candidatez aux primaires
écologistes et vous prenez une mémorable claque devant Eva Joly, un petit
pot-à-tabac norvégien affublé des lunettes rondes de Jacques Duclos.*

*Rancunier, vous ne pardonnerez jamais ce camouflet aux écolos.*

*Par la suite, vous avouez avoir voté pour Jean-Luc Mélenchon, au
premier tour, le trouvant « plus pédagogue » qu'Eva Joly. Au second tour
votre choix se porte sur François Hollande. *

*Un choix assez logique pour un écologiste-pastèque : vert à l'extérieur et
rose à l'intérieur.*

*Le 6 décembre 2012, juste renvoi d'ascenseur, Hollande vous nomme « envoyé
spécial pour la protection de la planète ».*

*C'est à ce titre que l 'on vous retrouve dans la délégation qui
l'accompagne au Vatican en janvier 2014.*

*Claude Allègre, ancien ministre, vous a bien jugé car il écrivait en 2009
: « Hulot est un imbécile qui envoie les gens rouler à vélo et lui, fait
ses affaires en hélicoptère.... »*

*Et il ajoutait un peu plus tard dans son livre «L'imposture climatique »
être « effrayé par (votre) méconnaissance de simples données de base
scientifiques et par (votre) inculture littéraire et historique ».*
> > >
> > >

*( **Claude* *Allègre est un scientifique, et, contrairement à vous, il
sait de quoi il parle.*  *)*

*En décembre 2015, on vous retrouve autour de la « COP 21 » où vous
partagez la vedette avec Laurent Fabius et Ségolène Royal, la "folle
dingue" du Poitou : un beau trio de pieds nickelés !*

*En janvier 2016, vous n'écartez pas la possibilité de vous présenter à
l'élection présidentielle de 2017, mais sans passer par une primaire :
démocrate en peau de lapin, vous n?avez pas encore digéré votre gifle face
à Eva Joly.*

*Et puis, finalement, vous vous déballonnez.*

*Avant les élections, on vous verra pérorer sur les plateaux télé en
déclarant, entre autres, avoir refusé d'être ministre de l'écologie de
Chirac, de Sarkozy, de Hollande.*
> > > *Vous dites également n'avoir aucune confiance en Macron .*
> > > *Au premier tour vous choisissez de voter pour « Bilal Hamon,
candidat du PS.*

*Pourquoi ce brusque retournement de veste?  Mais vos attributions
ministérielles flattent votre égo: le climat, la pollution de l'air,
l'énergie et les transports.*
> > > *On vous donne également « la protection et la valorisation de la
nature et de la biodiversité » et la conduite des négociations européennes
et internationales sur le climat.*
> > >  *Vous déclarez que vous mettrez votre démission dans la balance si
l'on venait à construire une piste pour aéroplanes à ND des Landes *
> > >
> > >  *En juillet 2017, vous lancez une vaste fumisterie appelée «plan
climat» dans lequel la France s'engage à arrêter toute production
énergétique à partir du charbon d'ici 2022 et, à supprimer les voitures
roulant à l'essence d'ici 2040.*

*Votre patrimoine, a été rendu public en décembre.*

*Vous êtes, parmi les millionnaires de ce gouvernement, en seconde position
avec un patrimoine évalué à plus de 7,2 millions d'EURO. quatre résidences
bien placées, mais surtout vous déclarez posséder neuf véhicules à moteur
: un bateau de 200 CV, une moto, six voitures, et un scooter électrique .*


*Et vous osez inciter les Français à rouler à vélo !*


lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
Admin

Messages : 594
Date d'inscription : 26/08/2007

ECOLOGIE  Empty
MessageSujet: Re: ECOLOGIE    ECOLOGIE  Icon_minitimeMar 26 Juin - 11:25

Pendant un an, 82 pesticides vont être mesurés dans l’air

Une campagne de mesure de quelque 80 pesticides dans l’air est lancée lundi pour un an, pour mieux évaluer à terme l’exposition de la population, ont annoncé les organismes responsables.

LA VDN 

ECOLOGIE  B9714875145Z.1_20180225192749_000%2BGAMAPH51A.1-0
Ce premier état des lieux permettra d’évaluer l’exposition chronique de la population mais aussi d’identifier d’éventuels lieux de surexposition. PHOTO ARCHIVES AFP - AFP

Ce premier état des lieux permettra d’évaluer l’exposition chronique de la population mais aussi d’identifier d’éventuels lieux de surexposition.

Les 50 sites choisispour réaliser les mesures prennent en compte différents types de zones d’habitation (urbaines, péri-urbaines et rurales) et de productions agricoles (grandes cultures, vignes, vergers, maraîchage, élevage).
82 substances chimiques entrant dans la composition de produits phytopharmaceutiques, biocides, médicaments vétérinaires et antiparasitaires à usage humain seront mesurées par les associations agréées de surveillance de la qualité de l’air (AASQA). Un total de quelque 1.500 échantillons seront recueillis en un an.
Les substances ont été choisies notamment en fonction de leur caractère de dangerosité ou de persistance dans l’air.
>> Des pesticides, dont certains interdits, respirés dans les Hauts-de-France
Parmi elles notamment le fipronil, à l’origine l’été dernier d’une crise liée à la découverte d’œufs contaminés par l’insecticide dans plusieurs pays européens, ou encore le lindane, substance « persistante » pourtant interdite pour les usages agricoles en France depuis 1998.
Mais la présence dans l’air de certains autres n’est en revanche pas aussi certaine, par exemple le controversé glyphosate.

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

C 'est seulement maintenant que nos élus réagissent ?????
ils se fouteraient pas un peu de notre gueule ?????
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesgensdeloconsurlaw.forumjonction.com
PACA

PACA

Messages : 3118
Date d'inscription : 26/09/2007

ECOLOGIE  Empty
MessageSujet: Re: ECOLOGIE    ECOLOGIE  Icon_minitimeMer 7 Mar - 18:30

NICOLAS HULOT ...le vendeur de champoings fait encore parler de lui
 
Mise en place de la consigne : de possibles conséquences graves pour les collectivités
L’AMF a publié hier un communiqué dénonçant un risque de « déstabilisation » de la filière emballages « en cas d’instauration de la consigne ».

Il s’agit des conséquences possibles d’une annonce gouvernementale qui a surpris tout le monde : début février, Brune Poirson, secrétaire d’État auprès de Nicolas Hulot, dans le cadre du lancement de la consultation publique sur le projet de feuille de route « Économie circulaire », lançait une « nouvelle » idée : la mise en place d’une consigne pour les bouteilles plastique, les canettes métalliques et les piles. Argument : la France est « en retard » dans le domaine de la collecte de ces déchets, laquelle collecte plafonne à 60 %.

Le problème, c’est que cette idée (qui n’a rien de nouvelle, certaines formes de consigne étant pratiquées dans de nombreux pays) a été lancée dans le débat, proteste l’AMF, « sans aucune étude d’impact, ni évaluation des conséquences sociales, environnementales, techniques, économiques et comportementales ».

Les seuls documents existants sur le sujet ne poussent pas à l’optimisme. Témoin, le rapport établi par Jacques Vernier, président de la commission des filières REP déchets, que nos confrères d’Actu environnement ont pu consulter. Ce rapport signale notamment que « la voie de la consigne est deux à trois fois plus chère que la voie de la gestion municipale ». 

Et tout ce qui sera consigné par les habitants n’ira pas en centre de tri, ce qui diminuera les tonnages. « (Cela] renchérira le coût de traitement du reliquat et serait très mal vécu par les collectivités qui ont fait des investissements », note Jacques Vernier.

Face à ces risques nouveaux, l’AMF a organisé, le 1er mars dernier, en collaboration avec la revue Valeurs vertes, un débat sur ce thème. « La plupart des élus et experts présents ont alerté sur les risques engendrés par une mise en place brutale de la consigne : recul de la collecte sélective des emballages, amputation des moyens des éco-organismes et disparition de certaines recettes des collectivités, prélèvement important sur le pouvoir d’achat des consommateurs, déstabilisation du marché des boissons au profit des produits non consignés, disparition de certains conditionnements, absence de visibilité sur les flux financiers générés et sur les investissements qui restent à faire, affaiblissement de l’industrie française du recyclage. »

Alors qu’on ne connaît pas encore les intentions réelles du gouvernement, les propos de Brune Poirson laissent entrevoir une position qui paraît difficilement soutenable : d’un côté, on mettrait en place un système de consigne pour les matériaux présentant une certaine valeur marchande… et de l’autre, on laisserait aux collectivités le soin – et le coût – de gérer les déchets qui ne rapportent rien.

L’AMF estime donc qu’il serait plus juste « d’optimiser les performances du système actuel » plutôt que de refondre « de façon précipitée » l’organisation de la collecte et du recyclage. Elle demande, pour le moins, « une réflexion approfondie ».

.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

PACA

Messages : 3118
Date d'inscription : 26/09/2007

ECOLOGIE  Empty
MessageSujet: Re: ECOLOGIE    ECOLOGIE  Icon_minitimeJeu 18 Jan - 9:40

ECOLOGIE  Dsc01610
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

PACA

Messages : 3118
Date d'inscription : 26/09/2007

ECOLOGIE  Empty
MessageSujet: Re: ECOLOGIE    ECOLOGIE  Icon_minitimeMer 17 Jan - 17:29

ON A GAGNE ! ! ! ! ! !  ! ! !


ECOLOGIE  26951910
A gauche Mr Trouvilliez Président de NORD NATURE ensuite Mme Anne ECUYER Europe-Ecologie-Les Verts ancienne adjointe au Maire de Bethune Saint André qui tient la pancarte bleue , puis Madame Acarie-Trenson Marcelle qui tient le panneau STOP , enfin de face  le docteur Yves Sarrazin    ( photo faite en decembre 2012)


.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

PACA

Messages : 3118
Date d'inscription : 26/09/2007

ECOLOGIE  Empty
MessageSujet: Re: ECOLOGIE    ECOLOGIE  Icon_minitimeVen 22 Déc - 17:55

ENTREE DE LOCON PAR LA COMMUNE D'ESSARS RUE DU BAS CHEMIN SUD




ECOLOGIE  Img_0110
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

PACA

Messages : 3118
Date d'inscription : 26/09/2007

ECOLOGIE  Empty
MessageSujet: Re: ECOLOGIE    ECOLOGIE  Icon_minitimeMar 19 Déc - 18:11

LE SCANDALE DES EOLIENNES 


https://player.vimeo.com/video/105732886
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

PACA

Messages : 3118
Date d'inscription : 26/09/2007

ECOLOGIE  Empty
MessageSujet: Re: ECOLOGIE    ECOLOGIE  Icon_minitimeSam 4 Nov - 8:57

Le gouvernement supprime la taxe sur les activités polluantes et les installations classées


26 octobre 2017 



ECOLOGIE  Arton13328-2db1a


Les députés ont adopté, samedi 21 octobre, un amendement gouvernemental au projet de loi de finances pour 2018 (PLF 2018) qui supprime les deux composantes de la taxe générale sur les activités polluantes (TGAP) applicables aux installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE). L’une est recouvrée au moment de la délivrance de l’autorisation, l’autre, chaque année, au titre de l’exploitation de l’installation.
Le gouvernement met en avant plusieurs arguments pour justifier cette suppression. D’abord, le rendement faible (19 miilions d’€ en 2016) de la taxe et sa baisse (la recette était de 25 M€ en 2014) en raison du passage d’un nombre important d’installations du régime d’autorisation à celui d’enregistrement, qui est non taxé. Ensuite, son caractère non incitatif. Les deux composantes se fondent « d’une part, sur les projets et, d’autre part, sur l’existence de l’installation et non sur les niveaux de pollution des installations soumises aux prélèvements », justifie l’exécutif. Ce dernier omet toutefois de préciser que des coefficients multiplicateurs sont censés prendre en compte les différents degrés de nuisances des installations pour la composante « exploitation » de la taxe. Celle-ci représente la majeure partie de son produit (17 M€).
Enfin, le gouvernement met en avant la charge administrative qui repose sur l’inspection des installations classées chargée du recouvrement de la taxe. Une tâche qui serait effectuée au détriment des activités de contrôle technique et d’instruction des demandes, qui constituent les missions principales de ce corps d’inspection.



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre



Lire aussi : La régression accélérée du droit de l’environnement
ECOLOGIE  12644678_10207822417545639_5919245330767317203_n
ECOLOGIE  3tRnEl5OVEuqLber3K0IGfai_oQ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

PACA

Messages : 3118
Date d'inscription : 26/09/2007

ECOLOGIE  Empty
MessageSujet: Re: ECOLOGIE    ECOLOGIE  Icon_minitimeVen 6 Oct - 10:08

TOUT EST DIT :


ECOLOGIE  Agricu10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
Admin

Messages : 594
Date d'inscription : 26/08/2007

ECOLOGIE  Empty
MessageSujet: Re: ECOLOGIE    ECOLOGIE  Icon_minitimeVen 29 Sep - 18:05

ECOLOGIE  22007710
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesgensdeloconsurlaw.forumjonction.com
Admin
Admin
Admin

Messages : 594
Date d'inscription : 26/08/2007

ECOLOGIE  Empty
MessageSujet: Re: ECOLOGIE    ECOLOGIE  Icon_minitimeJeu 7 Sep - 9:43



Les avions laissent généralement des traînées de condensation derrière eux, de la vapeur d’eau qui disparaît aussi vite que l’avion se déplace. 


Mais cet avion largue quelque chose du nom de « chemtrail ». On dirait une traînée lambda, mais elle ne se disperse et ne disparaît pas rapidement. 


Elle s’étale tout doucement dans le ciel et diminue l’intensité lumineuse dans la zone ou elle est répandue. Ces chemtrails sont bourrés de produits chimiques et de particules d’argent dont l’objectif est de réduire la température de la planète pour freiner le réchauffement climatique.

En savoir plus sur http://lesmoutonsrebelles.com/video-incroyable-un-avion-epandeur-de-chemtrails-circule-dans-le-ciel-russe/#Bd2W1DlDez9Qkyjr.99



affraid affraid affraid affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesgensdeloconsurlaw.forumjonction.com
PACA

PACA

Messages : 3118
Date d'inscription : 26/09/2007

ECOLOGIE  Empty
MessageSujet: Re: ECOLOGIE    ECOLOGIE  Icon_minitimeJeu 6 Juil - 8:45

https://www.facebook.com/Nellyc857/photos/a.269762706564150.1073741828.269760956564325/752403081633441/?type=3&theater

http://www.lepoint.fr/politique/les-remunerations-tres-embarrassantes-de-nicolas-hulot-05-07-2017-2140909_20.php



Les rémunérations très embarrassantes de Nicolas Hulot




"Le Canard enchaîné" s'est penché dans son édition de ce mercredi sur les différentes sociétés du nouveau ministre de la Transition écologique.



PAR 6MEDIAS
Modifié le 06/07/2017 à 06:05 - Publié le 05/07/2017 à 21:04 | Le Point.fr

ECOLOGIE  9337846lpw-9341532-article-francepoliticsgovernment-jpg_4402090_660x281

Le journal "Le Canard enchaîné" s'est penché sur les rémunérations de Nicolas Hulot lorsqu'il était à la tête de sa fondation. ©️ AFP/ STEPHANE DE SAKUTIN



Alors que les révélations se multiplient sur les ministres du gouvernement, le dernier en date pointé du doigt est Nicolas Hulot, le nouveau ministre de la Transition écologique. 


En effet, selon les informations du journal Le Canard enchaîné, la fondation Nicolas Hulot, rebaptisée Fondation pour la nature et l'homme depuis qu'il a passé la main à Audrey Pulvar, aurait profité de larges rémunérations depuis plusieurs années. 


Le journal revient en effet sur les mécènes de la fondation. Ainsi, EDF aurait versé 460 000 euros par an à la fondation jusqu'en 2012, puis 100 000. Des finances qui posent problème étant donné que le nouveau ministre de la Transition écologique va prochainement devoir prendre position sur l'EPR de Flamanville, détenu par EDf.




Par ailleurs, Veolia a quant à lui versé 200 000 euros par an entre 2012 et 2017 et Vinci, désigné pour construire l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, a financé la fondation à hauteur de 30 000 euros en 2014 et en 2015.

Le Canard enchaîné a également tenu a rappeler que l'ancien présentateur de l'émission Ushuaïa avait créé en 1990 une société, Éole Conseil, principalement alimentée par les royalties touchées sur les ventes de shampoings et de gels douche de la marque Ushuaïa, et les comptes annuels sont juteux selon l'hebdomadaire. 


« À partir des années 2000, Éole Conseil a dégagé entre 480 000 et 715 000 euros de chiffre d'affaires par an. Une machine à cash pour l'écolo. »


60 Millions de consommateurs a épinglé la marque



De plus, le quotidien a tenu à rappeler que 60 Millions de consommateurs a épinglé le mois dernier trois produits de la marque Ushuaïa en raison de la présence de colorants allergènes ou d'une substance « soupçonnée d'être un perturbateur endocrinien ». Nicolas Hulot a quant à lui indiqué au Canard enchaîné : « Tout sera déclaré à la Haute Autorité, c'est elle qui appréciera s'il y a conflit d'intérêts. »


lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

PACA

Messages : 3118
Date d'inscription : 26/09/2007

ECOLOGIE  Empty
MessageSujet: Re: ECOLOGIE    ECOLOGIE  Icon_minitimeSam 18 Fév - 8:46

LA VOIX DU NORD


ECOLOGIE  Captur11


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

PACA

Messages : 3118
Date d'inscription : 26/09/2007

ECOLOGIE  Empty
MessageSujet: Re: ECOLOGIE    ECOLOGIE  Icon_minitimeVen 27 Jan - 9:42

Biocoop arrête de vendre de l'eau en bouteille dans tous ses magasin





Par Mathieu Doutreligne publié le 26/01/2017 - 




ECOLOGIE  Biocoop_arrete_de_vendre_de_leau_en_bouteille_dans_tous_ses_magasins
Biocoop arrête de vendre de l'eau en bouteille dans tous ses magasins

Pour des raisons de cohérence écologique, Biocoop à décider de ne plus vendre d’eau en bouteille plastique dans l’ensemble des magasins du réseau depuis le 1er janvier 2017. Une décision courageuse que Bio à la Une salue.


Depuis le 1er janvier 2017, le réseau Biocoop s’est engagé à ne plus distribuer d’eau en bouteille plastique dans aucun des magasins du réseau. Sur le site de l’enseigne, on peut lire que c’est une “décision collégiale, témoignant de l’éco-responsabilité du réseau”.

Une véritable aberration écologique

Biocoop explique sa décision comme étant naturelle, car les bouteilles d’eau en plastique sont “une véritable aberration écologique”. En effet, la consommation d’eau en plastique représente une quantité de plastique considérable, environ 10 kilos par an et par personne en France, en plus d’avoir un coût financier et écologique conséquent comparé à l’eau du robinet. Pour arriver jusque dans notre verre, l’eau en bouteille subit un parcours du combattant, comme le montre l’infographie faite pour l’occasion (à voir ci-dessous).
Des problèmes. Des solutions. En plus de dénoncer le scandale lié à la consommation d’eau en bouteille, Biocoop invite aux alternatives : consommer bio, utiliser des écoproduits, utiliser des systèmes de réductions de débit d’eau sur les robinets, etc.
Citation :
“Dans nos pays développés, l’eau du robinet est potable selon les normes réglementaires en vigueur.”
Biocoop propose des alternatives à l’eau en bouteille. L’eau du robinet c’est moins d’emballage et beaucoup moins de transport. Mais en l’état, elle n’est pas pour autant excellente pour la santé, car la plupart des méthodes de traitement de l’eau restent insuffisantes aujourd’hui pour éliminer 100% des intrus ! L’eau du robinet peut donc être filtrée pour retirer les polluants résiduels de l’eau.
ECOLOGIE  Infographie-EAU-2017
Source : biocoop.fr


flower flower flower flower flower flower flower flower flower flower flower flower flower flower flower flower flower
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

PACA

Messages : 3118
Date d'inscription : 26/09/2007

ECOLOGIE  Empty
MessageSujet: Re: ECOLOGIE    ECOLOGIE  Icon_minitimeVen 27 Jan - 9:31

LA VOIX DU NORD


L’eau du robinet polluée, y compris dans le Nord - Pas-de-Calais 

ECOLOGIE  High_d-20160328-G6TWKL.jpg?crop_x1=0.2042&crop_y1=-0.0&crop_x2=0.7958&crop_y2=1.0&widthPct=0.53928554&heightPct=0
Si l’eau est presque partout conforme aux normes, « ce n’est pas parce que l’agriculture aurait amendé ses pratiques ». ph. c lefebvre




La quasi-totalité des Français peuvent boire sans crainte l’eau du robinet, mais 2,8 millions de personnes n’ont accès qu’à une eau polluée notamment par des pesticides, des nitrates ou du plomb, selon une étude de l’UFC-Que Choisir. Plusieurs communes du Nord - Pas-de-Calais sont concernées. 
>
 
 
 

FRANCE.


« Le constat global est très rassurant», estime l’association de consommateurs, qui a analysé les réseaux desservant les 36 600 communes de France de février 2014 à août 2016, sur la base de données du ministère de la Santé : 95,6 % des consommateurs bénéficient d’une eau qui « respecte haut la main la totalité des limites réglementaires, et ce tout au long de l’année ».


Un Français sur cinq n’a pas confiance  en l’eau du robinet (…)  et un sur deux privilégie l’eau en bouteille.
 
Mais 2,8 millions de personnes, essentiellement des habitants de petites communes rurales, «reçoivent une eau non conforme », déplore-t-elle. Elle n’est pas forcément impropre à la consommation, « cela dépend de la nature de la molécule, du niveau du dépassement et de sa fréquence », a précisé Olivier Andrault, chargé de mission à l’UFC-Que Choisir qui a dirigé l’étude.


Dans le Nord - Pas-de-Calais, la qualité de l’eau est mauvaise dans plusieurs communes, comme Berck (taux élevé de nitrates), Lens (pesticides), Samer (pesticides), ou encore Auberchicourt et Aniche, près de Douai, où le taux de nickel est trop élevé.


Vous pouvez vous renseigner sur la qualité de l’eau de votre commune en consultant la carte interactive de quechoisir.org.


Premiers responsables : les pesticides. 


En France, les pesticides sont « de loin » la première cause de non-conformité. Ils contaminent l’eau de 2 millions de consommateurs, principalement ruraux, dans les régions d’agriculture intensive.
Les nitrates, quant à eux, polluent l’eau de près de 200 000 consommateurs, en particulier dans le Pas-de-Calais.


Troisième pollution :
 des «contaminations bactériennes dues aux défauts de surveillance ou à la vétusté des installations ».


Les canalisations aussi. 
L’UFC-Que Choisir alerte aussi sur la présence de « composants toxiques » dans les canalisations des logements : du plomb, du cuivre, du nickel ou du chlorure de vinyle, « relargués par des canalisations vétustes ou corrodées ».
Cette pollution est mal mesurée, du fait d’« un très faible nombre de prélèvements » qui « ne permettent pas de connaître l’exposition réelle des consommateurs ».


Une dépollution coûteuse. 
Si l’eau du robinet est presque partout conforme aux normes, c’est à cause d’une « coûteuse dépollution financée à 87 % par les consommateurs et seulement à 6 % par les agriculteurs», affirme-t-elle.
« Un Français sur cinq n’a pas confiance en l’eau du robinet (…) et un sur deux privilégie l’eau en bouteille », a déploré le président de l’association, Alain Bazot.


L’eau en bouteille 65 fois plus chère.
 Pourtant, « la qualité de l’eau est très largement au rendez-vous », a-t-il souligné. En outre, selon l’association, à 0,4 centime d’euro le litre, l’eau du robinet est 65 fois moins chère en moyenne que celle en bouteille.
La fabrication des bouteilles en plastique génère, elle, 360 fois plus de gaz à effet de serre.




afro afro afro afro afro affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

PACA

Messages : 3118
Date d'inscription : 26/09/2007

ECOLOGIE  Empty
MessageSujet: Re: ECOLOGIE    ECOLOGIE  Icon_minitimeJeu 26 Jan - 18:59

https://www.quechoisir.org/carte-interactive-qualite-eau-n21241/?utm_medium=email&utm_source=nls&utm_campaign=eau260117&utm_content=cta-carte




Carte interactive de la qualité de l’eau

Découvrez la qualité de l’eau du robinet de votre commune






L’eau du robinet est-elle de bonne qualité ? Vérifiez la qualité de l'eau potable distribuée dans votre commune et dans ses alentours sur la carte interactive synthétisant le niveau de conformité pour 50 contaminants et paramètres physico-chimiques définis par la réglementation (1).

Votre code postal / commune :

Dans un rayon de :
Sélectionnez une distanceMoins de 5 kmMoins de 10 kmMoins de 15 kmMoins de 20 kmMoins de 50 km
 RECHERCHER



https://www.quechoisir.org/carte-interactive-qualite-eau-n21241/?utm_medium=email&utm_source=nls&utm_campaign=eau260117&utm_content=cta-carte







Important : *pour la recherche du plomb, du cuivre, du nickel, du chlorure de vinyle et de l’épichlorhydrine, le prélèvement de l’eau se fait fréquemment au robinet des consommateurs. Par conséquent, leur présence dans une analyse ne signifie en aucun cas  que cette pollution affecte l’ensemble du réseau ou de la ville, car elle peut ne concerner par exemple que certains branchements du réseau, certains immeubles ou logements.
Les 50 paramètres analysés correspondent aux analyses réglementaires (excepté les paramètres non mesurables : saveur et odeur), définis dans le cadre des contrôles officiels (1). Ces résultats ne préjugent pas des niveaux de qualité pour d’autres paramètres susceptibles d’être analysés dans le cadre de contrôles plus spécifiques répondant à des problématiques ponctuelles ou locales, consultables en mairie ainsi que sur les sites Internet des Agences régionales de santé et du ministère de la Santé.

ECOLOGIE  Inline-22549


MÉTHODOLOGIE DE NOTRE ÉTUDE


Synthèse réalisée à partir des analyses de l’eau effectuées entre février 2014 et août 2016, sur les 36 568 communes de France métropolitaine, publiées sur le site du ministère de la Santé, pour 50 contaminants et paramètres physico-chimiques.
Les critères étudiés sont classés réglementairement en deux groupes d’importance différente :



  • Les limites de qualité sont les critères les plus importants, pour lesquels des non-respects des normes peuvent être dangereux pour la santé, selon le niveau et la fréquence de dépassement. Il s’agit notamment de critères microbiologiques (Escherichia coli, entérocoques) et de substances toxiques (pesticides, nitrates, plomb, nickel, cuivre, arsenic, solvants chlorés…).
    Pour les critères étant définis comme des limites de qualité, nous avons défini les appréciations suivantes :


    • Qualité de l’eau « Bonne » : moins de 5 % d’analyses non conformes

    • Qualité de l’eau « Satisfaisante » : entre 5 % et 25 % d’analyses non conformes

    • Qualité de l’eau « Médiocre » : entre 25 % et 50 % d’analyses non conformes

    • Qualité de l’eau « Mauvaise » : entre 50 % et 75 % d’analyses non conformes

    • Qualité de l’eau « Très mauvaise » : plus de 75 % d’analyses non conformes



  • Les références de qualité : des dépassements sur ces critères n’ont pas d’impact direct sur la santé, mais ils traduisent notamment des dysfonctionnements du traitement pour rendre l’eau potable (certains critères microbiologiques, présence de chlore ou d’aluminium, eau trouble…). Ils peuvent traduire également les caractéristiques spécifiques de la ressource utilisée pour fabriquer l’eau potable (eau dure/eau douce, eau acide, présence de fer, radioactivité…) qui peuvent être à l’origine d’inconfort ou de désagrément pour le consommateur (eau colorée, entartrage dû à une eau calcaire, corrosion des canalisations et des appareils de chauffage par une eau agressive).
    Pour les critères étant définis comme des références de qualité, nous avons défini les appréciations suivantes :


    • Qualité de l’eau « Bonne » : moins de 25 % d’analyses non conformes

    • Qualité de l’eau « Satisfaisante  » : entre 25 % et 50 % d’analyses non conformes

    • Qualité de l’eau « Médiocre» : plus de 50 % d’analyses non conformes






Les non-respects relevés dans le cadre de cette étude se répartissent en quatre grandes catégories :

Des pollutions dues aux activités humaines


La réglementation définit des limites de qualité pour différents polluants résultant d’activités humaines, notamment agricole ou industrielle. Les polluants les plus fréquemment rencontrés dans l’eau du robinet sont d’origine agricole :



  • le risque entraîné par les pesticides est celui d’une exposition sur le long terme ou à des stades cruciaux du développement de l’organisme, à des doses très faibles mais répétitives et avec des interactions possibles entre différents pesticides. Les risques suspectés, sans qu’ils aient pu être formellement démontrés à ce jour, pourraient être notamment des cancers (leucémies, entre autres), des troubles du système nerveux ainsi que des troubles de la reproduction.

  • les teneurs excessives en nitrates dans l’alimentation sont susceptibles de faire courir des risques de méthémoglobinémie (syndrome du bébé bleu) chez les nourrissons. En effet, les nitrates, transformés dans l’organisme en nitrites, peuvent, par la modification des propriétés de l’hémoglobine du sang, empêcher un transport correct de l’oxygène par les globules rouges. Toutefois, aucun cas de méthémoglobinémie lié à l’eau d’alimentation n’est recensé aujourd’hui en France. Plus généralement, la présence de nitrates dans l’eau potable est un indicateur de pollution d’origine agricole, qui peut s’accompagner de la présence d’autres polluants tels que des pesticides.




Des composants des canalisations


La réglementation définit des limites de qualité sur certains des composants des canalisations pouvant migrer dans l’eau. Pour la recherche de ces polluants, le prélèvement de l’eau se fait fréquemment au robinet des consommateurs. Par conséquent, leur présence dans une analyse ne signifie en aucun cas que cette pollution affecte l’ensemble du réseau ou de la ville, car elle peut ne concerner par exemple que certains branchements du réseau, certains immeubles ou logements.



  •  le plomb est toxique et son ingestion à faibles doses mais répétées est à l’origine du saturnisme, une maladie touchant les enfants qui se manifeste par de l’anémie, un retard de développement intellectuel, des troubles neurologiques, digestifs et rénaux. Pendant longtemps, il a été utilisé pour la réalisation de canalisations. Bien qu’il soit désormais interdit, il peut encore subsister dans certains branchements publics ou privés, dans des soudures au plomb ou encore dans les colonnes montantes des immeubles anciens. Les canalisations en plomb doivent donc impérativement être remplacées.

  • le nickel est toxique notamment pour les reins. Sa présence est généralement due à son utilisation en plomberie (tuyaux, raccords, robinets).

  • une exposition au cuivre à long terme est susceptible de provoquer des irritations du nez, de la bouche ou des yeux. Sa présence dans l’eau provient de la corrosion des canalisations, notamment par des eaux agressives (trop douces).

  • le chlorure de vinyle est classé cancérogène certain pour l’homme et constitue un facteur de risque pour le cancer du foie. C’est un composant du PVC utilisé pour les canalisations. Sa présence dans l’eau est due à certains PVC de mauvaise qualité utilisés avant les années 1980.




Des défauts de traitement de l’eau


Ces contaminations peuvent être dues à un défaut de surveillance ou à une vétusté des installations de traitement et de distribution de l’eau. Elles sont plus fréquemment rencontrées dans des communes rurales ou de montagne. Selon l’importance de ces critères, la réglementation a défini des limites ou des références de qualité.
Limites de qualité :



  • qualité microbiologique : c’est l’exigence première pour qu’une eau soit considérée comme potable. La réglementation définit d’une part des limites de qualité qui ne doivent pas être dépassées pour les germes susceptibles de causer des problèmes de santé tels que des troubles intestinaux ou des infections localisées (Escherichia coli et entérocoques) et d’autre part des références de qualité pour les germes qui, sans être pathogènes, signalent une défaillance dans le traitement de l’eau ou dans le réseau (bactéries coliformes, bactéries sulfitoréductrices).

  • les bromates sont des sels du brome, un élément chimique très toxique pour les organismes aquatiques. Les bromates seraient susceptibles d’être à l’origine de cancers des reins. Ils peuvent apparaître lors du processus de potabilisation de l’eau, soit lorsqu’une eau contenant déjà du brome est désinfectée à l’ozone, soit parce que l’eau de Javel en contient.


Références de qualité :



  • chlore : il s’agit des chlorites formés lors de l'utilisation de chlore pour la désinfection de l'eau potable.

  • les matières organiques sont issues du lessivage des sols ou des rejets agricoles et urbains. Elles peuvent engendrer un développement microbien, d’algues ou de champignons ou encore être à l’origine de mauvais goûts.

  • la présence d’aluminium peut être d’origine naturelle, mais le plus souvent, elle résulte de l’ajout volontaire de sels d’aluminium utilisés pour rendre limpides des eaux naturellement troubles.




Des caractéristiques d’origine naturelle


Certaines caractéristiques de l’eau potable sont d’origine naturelle et propres aux eaux brutes (rivière ou nappes phréatiques) utilisées pour la fabrication de l’eau potable. Selon l’importance de ces critères, la réglementation a défini des limites ou des références de qualité.
Limites de qualité :



  • la présence d’arsenic dans l’eau est essentiellement d’origine naturelle, car celui-ci est présent dans les roches anciennes ou volcaniques (Massif central, Vosges...). L'arsenic est toxique par effet cumulatif, il peut entraîner des cancers de la peau et des cancers internes.

  • le sélénium : c’est un composant des roches profondes dont la présence dans les eaux révèle l’épuisement des nappes phréatiques du fait d’une surutilisation, notamment agricole. Bien que ce composé soit toxique, ses conséquences sur la santé sont à ce jour mal évaluées compte tenu des faibles niveaux auxquels est exposée la population française.




Référence de qualité :



  • la minéralisation de l’eau traduit la richesse de l’eau en sels minéraux d’origine naturelle. Une eau faiblement minéralisée (également appelée douce) peut être corrosive pour les canalisations et les appareils de chauffage et entraîner une dissolution des métaux toxiques comme le plomb. Si cette eau est en outre acide, elle est alors considérée comme agressive car elle peut attaquer les canalisations (plomb, cuivre, zinc). À l’inverse, une eau trop minéralisée (souvent appelée « calcaire » ou « eau dure ») peut être à l'origine de dépôts et d’entartrage.

  • eau acide/eau alcaline : ce paramètre est directement lié à la nature du sous-sol. En régions granitiques les eaux sont acides, alors qu’en régions calcaires elles sont alcalines. Une eau à la fois acide et peu minéralisée est considérée comme agressive (voir point précédent).

  • le manganèse est naturellement présent dans les roches au contact de l’eau. Il ne semble pas présenter de toxicité, en revanche il peut donner une coloration et un goût métallique à l’eau.

  • la présence de fer dans l’eau est majoritairement d’origine naturelle lorsqu’il est présent dans les roches. Dans certains cas, sa présence peut être due à la corrosion des canalisations. Il ne présente pas de toxicité, par contre il peut être à l’origine de colorations de l’eau ou de goûts désagréables.

  • la radioactivité de l’eau est due à la présence, dans certaines régions, d’un sous-sol granitique riche en composés radioactifs naturellement présents dans les roches. Elle est faible par rapport aux autres sources de radiations naturelles (rayonnements du sous-sol, de l’air ambiant ou rayonnements cosmiques). Les études épidémiologiques menées à ce jour n’ont pas permis d’établir de lien entre l’eau de boisson et les cancers du système digestif ou d’autres organes. Par application du principe de précaution, il est cependant recommandé de limiter cette contamination.




Pour la liste complète des paramètres étudiés, voir le glossaire.

LES BONS GESTES POUR LES CONSOMMATEURS


Laissez couler l’eau quelques instants avant de la boire. Dans le cas où l’odeur est marquée, il suffit de laisser l’eau s’aérer, par exemple dans une carafe ouverte.
Lorsque la concentration en nitrates est comprise entre 50 et 100 mg/l, l’eau ne doit pas être consommée par les femmes enceintes et les nourrissons. Si elle est égale ou supérieure à 100 mg/l, l’eau ne doit être utilisée pour aucun usage alimentaire.
Lorsque l’eau est très alcaline (pH supérieur à 9), il est déconseillé de l’utiliser pour la toilette, car elle peut être irritante pour l’œil ou la peau.

NOTES


(1) Critères mesurables définis par l’arrêté du 11 janvier 2007 relatif aux limites et références de qualité des eaux brutes et des eaux destinées à la consommation humaine mentionnées aux articles R. 1321-2, R. 1321-3, R. 1321-7 et R. 1321-38 du code de la santé publique.

flower afro afro flower afro flower afro
http://france3-regions.francetvinfo.fr/nord-pas-de-calais/carte-eau-du-robinet-votre-commune-est-elle-polluee-1183497.html#xtor=EPR-521-[france3regions]-20170126-[info-bouton5]




flower flower flower flower flower flower flower flower afro
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




ECOLOGIE  Empty
MessageSujet: Re: ECOLOGIE    ECOLOGIE  Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
ECOLOGIE
Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Ecologie, humanisme et anthropocentrisme
» Plpa biologie ecologie
» Ecologie et religion : Dieu est il écolo ?
» Ecologie. Notre planète menacée?
» Poisson nouveau : loche de mer ?

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
LOCON SUR LAWE  :: MONDE , Politique, financier, religieux,idéologique. :: GENS D'ICI ET CHRONIQUE DU SOUVENIR :: ON EN PARLE ? :: ENVIRONNEMENT, PATRIMOINE ,FLEURS,PARCS, JARDINS-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: