LOCON SUR LAWE
LOCON SUR LAWE

Les GENS de LOCON et du reste du monde
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 VIE ET ACTUALITES A LOCON

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
PACA

avatar

Messages : 2899
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: VIE ET ACTUALITES A LOCON   Mer 5 Déc - 16:06

LE GOUVERNEMENT COMPTE SUR LES MAIRES


 POUR REPARER SON INCOMPETENCE ....


lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol!







Gilets jaunes : le gouvernement recule et propose de chercher des solutions avec les élus locaux



Lors d’une déclaration de quelques minutes, faite depuis Matignon hier en milieu de journée, le Premier ministre Édouard Philippe a officialisé ce qui se murmurait depuis le matin : le gouvernement « suspend » la hausse des taxes prévues au 1er janvier.

« Aucune taxe ne mérite de mettre en danger l’unité de la nation. » C’est lorsque le Premier ministre a prononcé cette phrase qu’il est devenu clair que le gouvernement engageait la marche arrière.
 Après avoir décrit les trois semaines de colère, qu’il faudrait « être sourd et aveugle pour ne pas la voir ni l’entendre », après l’avoir désignée comme « la colère de la France qui travaille dur et qui peine à joindre les deux bouts », le Premier ministre a affirmé : « Je dois, nous devons changer quelque chose ».
 Dans un « souci d’apaisement », le président de la République et le Premier ministre ont donc décidé, premièrement, de geler pour six mois les trois mesures fiscales qui devaient entrer en vigueur le 1er janvier prochain : la hausse de la taxe carbone sur l’essence, le fioul et le diesel ; la poursuite de la convergence des prix de l’essence et du gasoil ; l’alignement de la fiscalité des professionnels sur celle des particuliers pour le gasoil non routier (GNR), utilisé en particulier pour les engins de chantier.

Ces hausses ne sont pas supprimées – pour l’instant : elles sont « suspendues » et « ne s’appliqueront pas avant d’avoir été débattues avec toutes les parties prenantes ». Pendant ce temps de débat, le gouvernement cherchera « des mesures d’accompagnement justes et efficaces ». S’il ne les trouve pas, il « en tirera les conséquences ».

Deux autres mesures sont suspendues : la réforme des modalités du contrôle technique des véhicules, qui aurait conduit à le surenchérir, est gelée pour six mois ; et la hausse des tarifs de l’électricité et du gaz, qui devait elle aussi prendre effet au 1er janvier, est suspendue au moins jusqu’au printemps.
Ces décisions sont « immédiates ».


Associer les élus locaux aux « solutions »

Le gouvernement espère que ces concessions vont ramener le calme et permettre au grand débat national décentralisé qu’il a lancé de se dérouler dans un climat apaisé. Des solutions ont été déjà proposées par le gouvernement, a expliqué le Premier ministre ; « Parlons-en. Améliorons-les. Complétons-les. »

En particulier, il a souhaité que des aides nouvelles soient créées pour « les personnes qui travaillent loin de leur domicile ». « Les partenaires sociaux et les élus locaux » seront « réunis » pour en discuter. Le Premier ministre a dit sa « confiance » dans les partenaires sociaux et les élus pour trouver des solutions – il a évoqué par exemple une « prime mobilité ». Est-ce un retour à la solution un moment prônée par le gouvernement, consistant à demander aux régions de payer un « chèque carburant » aux gros rouleurs ? L’avenir le dira.

Par ailleurs, le Premier ministre a souhaité « ouvrir un large débat sur les impôts et les dépenses publiques », se disant conscient que les Français, à la fois, « ne veulent ni hausses d’impôts ni nouvelles taxes » mais expriment « une demande de plus de services publics ». Le gouvernement va donc s’atteler à résoudre cette complexe équation. Le report des mesures de hausses va signifier un manque à gagner de quelque 2 milliards d’euros sur les six premiers mois de l’année, et le gouvernement souhaite ne pas creuser les déficits ni augmenter la dette. Cela signifie donc, mécaniquement, diminuer les dépenses – ce qui apparaît, dans la période, plutôt délicat.

Ces questions seront débattues lors de la grande concertation dont le Premier ministre souhaite qu’elle « ne ressemble à aucune autre ». Il en a notamment appelé aux maires pour être les organisateurs de « réunions locales », qui pourraient avoir lieu en parallèle de « conférences nationales thématiques, de sites internet, de débats filmés ».

Cette concertation démarrera « le 15 décembre » et durera jusqu’au 1er mars. On se souvient que le 15 décembre est également la date que le Premier ministre a fixée, au congrès des maires, pour le démarrage de la consultation sur la réforme des finances locales. Celle-ci sera-t-elle maintenue, ou reportée, devenant ainsi une victime collatérale de la situation sociale actuelle ? C’est une des questions qu’il semble intéressant de poser à ce jour.


Franck Lemarc
lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2899
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: VIE ET ACTUALITES A LOCON   Mar 4 Déc - 0:28

RUE PIERRE LALLAIN 

A cause des travaux dans la rue du bas chemin nord nous devons passer par la rue Pierre Lallain...


Après avoir remblayé le fossé  un agriculteur a pris possession du domaine public pour agrandir son exploitation ...


BIENTOT CET AGRICULTEUR  VA LABOURER LA ROUTE  !




il  est donc  urgent de mettre cette route en sens unique pour éviter des accidents car les croisements de véhicules sont très dangereux  à cause du fossé restant et du terrain labouré boueux et glissant en période de pluies .


Maintenant la route remplace le fossé 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2899
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: VIE ET ACTUALITES A LOCON   Jeu 15 Nov - 17:02



A la uneAbonnementQui sommes-nousArticlesJournal officiel
Édition du 15  novembre 2018
 Imprimer     

Un fort sentiment de « perte d’autonomie » chez les maires, selon le Cevipof

Le Cevipof rend publique aujourd’hui son enquête, réalisée en coopération avec l’AMF et à sa demande, dessinant le portrait et l’état d’esprit des maires, dans le cadre de l’Observatoire de la démocratie de proximité (1).
Cette enquête, qui sera présentée à l’occasion du congrès de l’AMF la semaine prochaine, confirme que les maires sont inquiets et, pour beaucoup, touchés par une certaine lassitude. Ce qui se traduit dans l’un des chiffres les plus spectaculaires de cette enquête : un maire sur deux ne compte pas se représenter en 2020 – proportion qui atteint même 55 % dans les plus petites communes.
Ces chiffres portent sur les plus de 4 600 réponses renvoyées au Cevipof, qui a interrogé les maires, en ligne, entre le 12 octobre et le 3 novembre. Les questions portaient non seulement sur l’état d’esprit des maires, mais également sur leurs relations avec l’intercommunalité et leur position vis-à-vis des grandes réformes engagées par l’État.
Alors que 60 % des maires sortants ont été réélus en 2014, il apparaît d’ores et déjà que les chiffres, en 2020, seront bien différents, puisque la moitié des maires disent aujourd’hui ne pas vouloir se représenter. Ces chiffres sont extrêmement variables en fonction de la taille des communes : plus les communes sont grandes, moins les maires souhaitent abandonner leurs fonctions. Seulement 9 % des maires des communes de plus de 30 000 habitants envisagent de ne pas se représenter, contre 55 % pour les communes de moins de 500 habitants. Les chiffres varient aussi, de façon logique, en fonction de l’âge – les maires les plus jeunes étant plus nombreux à vouloir se représenter.
Les raisons invoquées sont variées. Mais la plus fréquente traduit clairement l’engagement considérable que représente la fonction de maire : 71 % des maires qui ne veulent pas se représenter invoquent la volonté de privilégier leur vie personnelle et familiale. Un peu plus de la moitié disent avoir l’impression d’avoir « fait leur devoir civique », tandis qu’un tiers mettent aussi en avant le manque de moyens financiers. 36 % des maires en situation d’abandonner leur mandat estiment aussi ne plus arriver à satisfaire les besoins de leurs administrés. Le Cevipof note à ce sujet que les maires « déplorent une relation de plus en plus individualiste entre le citoyen et son représentant municipal », les citoyens ayant souvent « une relation consumériste » vis-à-vis du maire, entre « citoyen contribuable et maire fournisseur de services ».

L’intercommunalité mal vécue
L’enquête fait également apparaître, sans grande surprise, le sentiment de « dépossession » des maires face à une intercommunalité au poids grandissant. Bien des maires estiment que face aux compétences de plus en plus nombreuses qui passent à l’intercommunalité, leurs marges de manœuvres se réduisent comme peau de chagrin. Témoin : moins de 5 % des maires se disent « tout à fait d’accord » avec l’affirmation selon laquelle leur commune aurait « beaucoup d’influence » sur leur intercommunalité. À l’inverse, près de 80 % d’entre eux jugent que l’intercommunalité a beaucoup d’influence sur leur commune.

La loi Notre fait l’unanimité contre elle
La politique menée par l’État en matière de réorganisation de ses services est mal vécue par 68 % des maires. La loi Notre et ses conséquences sur la répartition des compétences fait l’objet d’un plébiscite… contre elle : seulement 1,6 % des maires répondants estiment qu’elle a eu des effets « très positifs », contre 75 % qui jugent qu’elle a eu des effets négatifs ou très négatifs.
Les élus ont enfin été interrogés sur la baisse des dotations de l’État et leur manière d’y faire face. De très loin – et comme le craignait l’AMF depuis plusieurs années – la solution la plus souvent utilisée est le report des investissements : 46 % des maires disent y recourir en premier choix. Viennent ensuite la réduction des services à la population et l’augmentation des impôts.
Au bilan, concluent les auteurs de l’étude, il y a un sentiment bien réel chez les maires de « perte d’autonomie » – due autant à la diminution des moyens qu’aux transferts de compétences à l’intercommunalité. Cette situation soulève « un enjeu de taille » : « La République décentralisée des territoires est en panne alors que les maires restent les représentants politiques bénéficiant du niveau de confiance le plus élevé de la part des Français. »
La présentation complète de cette étude par Martial Foucault, directeur du Cevipof, aura lieu dès la séance d’ouverture du congrès des maires, mardi 20 novembre, à 15 h.

F.L.


(1) L’Observatoire de la démocratie de proximité, créé par l’AMF et le Cevipof, interrogera chaque année jusqu’aux municipales de 2020 les maires de France et un échantillon représentatif de Français pour comprendre leurs attentes et leur représentation du rôle de la commune.

Télécharger la synthèse de l’étude.

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2899
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: VIE ET ACTUALITES A LOCON   Mer 7 Nov - 11:29





Édition du 5 novembre 2018


La loi alimentation a été promulguée
La loi « pour l'équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine, durable et accessible à tous », dite loi Egalim, a été promulguée le 30 octobre, après que le Conseil constitutionnel l’a validée. Quelques articles ont toutefois été rejetés par les Sages.

Les articles qui concernent le plus directement les collectivités n’ont pas été modifiés par le Conseil constitutionnel : l’article 24, en particulier, n’avait de toute façon pas été remis en cause par les députés et sénateurs qui avaient saisi les Sages. Cet article introduit l’obligation, dans la restauration collective des collectivités, de servir d’ici 2022 au moins 50 % de produits durables (dont les produits locaux) ou de labels de qualité, avec un minimum de 20 % de produits bio.

 Il faudra attendre un décret en Conseil d’État pour connaître la définition précise des produits qui entrent dans le champ de cette obligation nouvelle. D’ici au 1er septembre 2019, un rapport sera établi par le gouvernement sur les impacts budgétaires de cette mesure pour les collectivités.

 Enfin, pour une durée de trois ans, « l'État autorise les collectivités territoriales qui le demandent à rendre obligatoire l'affichage de la composition des menus dans les services de restauration collective dont elles ont la charge ».

Le Conseil constitutionnel a dû, en revanche, se prononcer sur l’article 28, qui prévoit de mettre fin à l’utilisation du plastique dans la restauration collective : au 1er janvier 2020, les « bouteilles d’eau plate en plastique » seront interdites dans les cantines scolaires, sauf sur les territoires « non desservis par un réseau d’eau potable » ou en cas de restriction prononcée par le préfet (pollution de l’eau par exemple).

 Au 1er janvier 2025 (2028 pour les collectivités de moins de 2 000 habitants), ce sera au tour des « contenants alimentaires de cuisson, de réchauffe et de service en matière plastique ». Enfin, dès le 1er janvier 2020, sera interdite la mise à disposition, en plus des gobelets et assiettes en plastique, des « pailles, couverts, piques à steak, couvercles à verre jetables, plateaux-repas, pots à glace, saladiers, boîtes et bâtonnets mélangeurs pour boissons ». 

Les députés et sénateurs qui avaient contesté cette disposition estimaient qu’il s’agissait d’une atteinte injustifiée à la liberté d’entreprise. Le Conseil constitutionnel a jugé que cette atteinte n’était pas disproportionnée « au regard de l'objectif d'intérêt général de protection de l'environnement et de la santé publique ». La disposition est donc validée.

Quelques « cavaliers »

Une vingtaine d’articles de la loi ont en revanche été supprimés du texte par le Conseil constitutionnel, au motif que, introduits par amendement, ils n’ont pas de lien « même indirect » avec le texte présenté initialement – ce que l’on appelle des « cavaliers législatifs ». 

Il s’agit d’articles de moindre importance, sur l’obligation de remise par le gouvernement d’un certain nombre de rapports, sur l’obligation d’information du consommateur dans le domaine des huîtres ou du miel, ou encore de certaines appellations contrôlées. On retiendra toutefois que les Sages ont supprimé l’article 60, qui imposait au gouvernement de réaliser un rapport d’ici 2020 sur l’évaluation du dispositif de projet alimentaire territorial.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2899
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: VIE ET ACTUALITES A LOCON   Mer 31 Oct - 8:15

CA SE PASSAIT COMME CA CHEZ NOS VOISINS DE LA COMMUNAUTÉ D 'AGGLOMÉRATIONS ARTOIS-LYS

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2899
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: VIE ET ACTUALITES A LOCON   Mer 31 Oct - 4:21

Crosne : la cour d’appel confirme le droit d’expression de l’opposition

Oct 28, 2018


La cour administrative d’appel de Versailles a confirmé, le 18 octobre 2018, une décision du tribunal administratif du 29 juin 2017 qui enjoint la Ville de Crosne à revoir le règlement intérieur de son conseil municipal, en raison d’atteintes répétées à l’expression des élus minoritaires.

Le recours initial a été déposé par Christophe de Freitas, conseiller municipal de Crosne. Cette démarche est soutenue par les référents d’Anticor 91, Grégoire Turlotte et Pierre Tessier, qui s’en expliquent : « Cette jurisprudence devrait conforter les droits de tous les élus locaux, face à des exécutifs aux pratiques anti-démocratiques. »

Les multiples attaques du maire, Michael Damiati, sont remises en question : réduction de la fréquence de parution du magazine municipal, diffusion de « La Lettre du Maire » sans espace contradictoire, interdiction de prise de parole pour certains élus en séance, réduction de la taille des tribunes dans le magazine, suppression de l’espace d’expression sur le site internet, non accès à tous les supports.

La cour administrative invite désormais la ville à ouvrir l’ensemble de ses supports de communication et à donner plus d’espace à l’opposition (le minimum de 750 caractères n’étant pas jugé suffisant pour un magazine de 30 pages).

Cette affaire devrait donc, en toute logique, être présentée lors de la prochaine séance du conseil municipal, prévue le 27 novembre 2018. La préfecture de l’Essonne, observateur dans ce contentieux, devrait veiller à la mise en application de la décision judiciaire.

La revendication des élus minoritaires est, comme le prévoit la réglementation, de disposer exclusivement de l’ensemble de la page d’expression : « Le maire dispose déjà de son édito et il en fait usage pour promouvoir son bilan. Il doit rendre à l’opposition les 51 % de l’espace qu’il s’est octroyé indûment. »

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
loconois respectueux
Invité



MessageSujet: Re: VIE ET ACTUALITES A LOCON   Sam 27 Oct - 8:43

ces trottinettes sont dangereuses : commotions cerebrales, chevilles cassees. des delinquants s en servent pour voler les sacs à mains. a cette période de toussaint, il est indispensable de prendre 1 arrête municipal pour les interdire à moins de cent mètres du cimetière.
Revenir en haut Aller en bas
PACA

avatar

Messages : 2899
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: VIE ET ACTUALITES A LOCON   Jeu 25 Oct - 16:49

 MAIRE INFO    Édition du 25  octobre 2018
 
Réglementation des trottinettes et « engins de déplacement personnel » : des marges de manoeuvre seront laissées aux maires


La ministre chargée des Transports, Élisabeth Borne, a confirmé mardi à l’Assemblée nationale que le gouvernement allait créer, dans le Code de la route, une « nouvelle catégorie de véhicules » incluant les trottinettes, électriques ou non et autres gyropodes. Le sujet est aussi abordé dans le projet de loi d’orientation des transports.

La ministre répondait à une question du député de la Somme Stéphane Demilly, qui a notamment fait remarquer que la trottinette est aujourd’hui « en tête des ventes des véhicules personnels » – il s’en est vendu cinq fois plus en 2017 qu’en 2015. 
Dans de nombreuses villes, l’usage en forte augmentation de ces trottinettes électriques, mais aussi des gyropodes, commence à poser de réels problèmes de conflit d’usage – certains de ces véhicules atteignant des vitesses élevées, parfois plus de 50 km/h, et mettant en danger les piétons lorsqu’ils sont utilisés sur les trottoirs.
 Le problème est également lié à celui du développement du « free floating », c’est-à-dire celui des entreprises qui mettent des flottes de ces engins en libre-service. De très nombreuses trottinettes, à Paris par exemple, sont maintenant laissées n’importe où sur les trottoirs.
 Il n’existe pour l’instant aucun texte réglementant les usages de ces engins. Le député a donc demandé ce que prévoyait le gouvernement pour mieux « faire cohabiter tous ces nouveaux usages ».

Élisabeth Borne a confirmé que le sujet était abordé dans le projet de loi Lom (loi d’orientation des mobilités). « Ces engins électriques de déplacement personnel font partie des nouvelles solutions [de mobilité]. Mais une innovation n’est positive que si elle se développe dans un cadre adapté, susceptible de bénéficier à tous. Il y va de la sécurité des piétons comme de celle des utilisateurs. En effet, nous ne pouvons pas laisser des engins circulant à 20 ou 30 kilomètres heure mettre en danger la sécurité des piétons sur les trottoirs. »

Droit de déroger

Le gouvernement va donc, d’une part, « créer une nouvelle catégorie de véhicules dans le Code de la route » : les « engins de déplacement personnel », ou EDP. 
Cette évolution du Code de la route ne figure pas dans la Lom. En revanche, on y trouve bien une référence aux EDP, à l’article 17 du texte qui a été présenté au Conseil d’État. 
Un alinéa de cet article modifie le Code général des collectivités territoriales pour permettre au maire de « fixer les modalités selon lesquelles les engins de déplacement personnels peuvent circuler ».

La ministre l’a affirmé devant l’Assemblée nationale : « La place de ces véhicules n’est pas sur les trottoirs ». Selon nos informations, la solution que va proposer le gouvernement est d’interdire, de droit, la circulation des EDP sur les trottoirs et de l’autoriser sur les pistes cyclables.
 Mais, afin de tenir compte des situations locales, un droit de dérogation serait donné aux maires afin, s’ils le souhaitent, d’assouplir ou de durcir cette réglementation : par exemple en autorisant la circulation des EDP sur les trottoirs à une vitesse limitée, ou au contraire en interdisant celle-ci sur les pistes cyclables.

La Lom prévoit aussi de traiter la question du free floating, qui fait pour l’instant l’objet d’un total vide juridique. La ministre a précisé mardi que cette évolution était l’objet de nombreuses demandes d’élus. « Nous permettrons aux collectivités locales de définir un cahier des charges pour le développement de ces nouveaux services », a expliqué Élisabeth Borne devant les députés.

À l’article 16 quater de l’avant-projet de loi, on trouve en effet la possibilité, pour les autorités organisatrices, de définir « des prescriptions particulières » pour ces services, en particulier pour « assurer le respect de conditions d’usage, de circulation, d’accès à certains lieux et de stationnement des engins utilisés définies par les autorités compétentes et le retrait, le cas échéant, des engins hors d’usage ».
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2899
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: VIE ET ACTUALITES A LOCON   Lun 15 Oct - 16:44



Natalia de Saintonges@NataliaEnMarche






[ltr]6 027. C'est le nombre de mairies qui ont augmenté abusivement leur taux d'imposition, et au détriment de leurs contribuables, dans le seul but de faire obstacle à la baisse de 30% promise par le gouvernement.#BalanceTonMaire
Pour 2020 vous saurez pour qui ne plus voter![/ltr]




18:18 - 12 oct. 2018


+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++





Édition du 15  octobre 2018
#BalanceTonMaire : la colère des élus Finances locales
L’heure est aux tentatives de déminage, depuis ce week-end, après l’indignation suscitée chez de nombreux élus par le hashtag #BalanceTonMaire (lire Maire info de vendredi), censé « dénoncer » les maires qui ont augmenté leur taxe d’habitation. Après un communiqué au vitriol de l’AMF et des centaines de réactions d’élus ulcérés dans la presse ou sur les réseaux sociaux, des responsables de la majorité ont cherché à se désolidariser de cette initiative.

C’est l’AMF qui a ouvert le bal, vendredi après-midi, avec un communiqué de presse qualifiant « d’inqualifiable et irresponsable » la campagne #BalanceTonMaire, campagne « déplorable », « dérapage insupportable (…) altérant la dignité du débat public » et « nourrissant les populismes ».
 L’AMF, pour qui cette initiative est vécue comme « une insulte personnelle » par les élus, demande « des excuses publiques ».
 Sur le fond, elle rappelle que la liberté des élus de choisir la façon dont ils financent leurs missions, sur leur territoire, est garantie par la Constitution, et qu’ils « rendront compte de leur gestion » devant les électeurs à la fin de leur mandat. Les 15 % de maires qui ont fait le choix d’augmenter la part communale de la TH « n’ont pas été motivés par des considérations de politique nationale, mais par la recherche de financements (…) dans un contexte de baisse de leurs moyens ». L’association déplore en conclusion que l’État « aggrave la crise de confiance déjà forte avec les territoires ».


Colère des élus

Le week-end a été émaillé par de très nombreuses prises de position publiques d’élus de gauche comme de droite, de grandes comme de petites communes. François Baroin, président de l’AMF, a appelé dans la presse à « faire cesser tout de suite cette insulte aux maires ». André Laignel et Philippe Laurent, toujours pour l’AMF, ont également fait part de leur indignation. Ce dernier a notamment relevé ce matin encore, sur Europe 1, que « si l’État faisait des cadeaux avec son propre argent et pas avec celui des autres, les choses seraient plus claires...»

D’autres élus locaux ou parlementaires ont exprimé leur colère sur Twitter : à gauche, parmi bien d’autres, Patrick Kanner (« une campagne qui fait honte à la démocratie et fait souffler un vent de populisme ») ou le maire de Dijon François Rebsamen (« cette manœuvre grossière n'est pas digne du respect républicain entre opposants politiques ») ; à droite, la députée Valérie Boyer parle d’une attaque « lamentable et lâche », Bruno Retailleau d’une « basse manœuvre politicienne ». Pour Valérie Pécresse, « clouer les maires au pilori est vraiment obscène ».

Du côté des autres associations d’élus, on ne décolère pas non plus. Villes de France a twitté dès vendredi : « Quand on connaît l'investissement des maires pour leurs territoires, l'énergie qu'ils mettent au service de leurs missions, le hashtag #BalanceTonMaire est aussi irrespectueux que méprisant ! ». Pour les maires ruraux, Vanik Berberian, président de l’AMRF, va dans le même sens : « La démarche de la majorité LaREM est scandaleuse. Reprocher aux maires de réagir à une décision unilatérale prise par l’État qui porte atteinte aux budgets communaux est inacceptable. »

On pouvait trouver aussi sur les réseaux sociaux, ce week-end, d’innombrables réactions d’élus de petites communes, souvent moins policées : « C’est vraiment la honte cette démarche. Ceux qui n’ont jamais administré de communes feraient mieux de se taire au lieu de dire des conneries », twitte par exemple « Petite-mairesse ». Arnaud Rousseau, maire de Trocy-en-Multien, a posté : « En tant que maire d’une petite commune rurale je suis blessé par #BalanceTonMaire. Au plus près des habitants qui mieux que le maire peut irriguer les racines de notre démocratie. Le parisianisme cynique a des limites, les jeux politiques également. »


La majorité temporise

Face à cette avalanche de réactions outrées, il semble que le gouvernement a choisi d’arrêter de jeter de l’huile sur le feu. Comme par miracle, dès vendredi après-midi, le flot de tweets signés de militants LaREM sur #BalanceTonMaire s’est arrêté d’un coup.
 Le secrétaire d'État Olivier Dussopt – ancien président de l’APVF – s’est désolidarisé de la démarche, affirmant ne partager ni « le hashtag ni la mise en cause ni la comparaison plus que douteuse que cela traduit ». 
La députée LaREM Amélie de Montchalin a dénoncé une démarche « totalement inadaptée » et récusé « toute chasse à l’homme ou chasse au maire ». 

En revanche, c’est le silence radio du côté des responsables de La République en Marche, à commencer par le premier d’entre eux : Christophe Castaner, délégué général du parti, dont le nom circule beaucoup ces dernières heures pour le poste de ministre de l’Intérieur, brille par son silence sur cette affaire depuis vendredi.

Franck Lemarc
lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol!

A LOCON la commune garde  le taux qui est toujours a 15,06....


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2899
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: VIE ET ACTUALITES A LOCON   Mar 25 Sep - 10:22

ET A LOCON ?????



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2899
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: VIE ET ACTUALITES A LOCON   Dim 23 Sep - 18:06

ENQUETE ...

qui pourrait me donner des indices sur le SALOPARD qui a déposé ses ordures au début de la rue du bas chemin nord le vendredi 21-09-2018 en milieu de journée 

et qui pourrait me dire qui les a retirées 

me contacter     
  pierre.acarie@neuf.fr 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2899
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: VIE ET ACTUALITES A LOCON   Dim 8 Juil - 15:39

Trente ans de maire n’ont pas entamé les 60 ans d’union d’Albert et Antoinette 





Albert et Antoinette Cassez se sont de nouveau 
dit oui devant Michel Dufossé.






Maire de mars 1977 à mars 2008, Albert Cassez est repassé par la mairie, non pour reprendre son écharpe, mais pour renouveler son serment d’amour à Antoinette à l’occasion de leurs noces de diamant. 

 
 
 

LOCON.
La maison communale a tôt fait de réveiller l’orateur en sommeil depuis maintenant dix ans. « C’est lors des réunions préparatoires aux activités de la jeunesse agricole catholique que je rencontre Antoinette Paquet. Hormis en danse, l’entente fut parfaite dans de nombreux domaines et le 19 mai 1958, nous nous marions bien que le maire de l’époque ait oublié de recueillir le consentement de mon épouse. Oubli réparé aujourd’hui devant Michel Dufossé qui sait ô combien la fonction de maire pénalise la vie familiale. Merci à toi Antoinette de m’avoir si bien secondé et épaulé durant toutes ces années où je me suis entièrement consacré à la vie municipale de notre village. Antoinette, continuons à nous aimer tendrement après ces soixante années de soutien mutuel, six décennies d’amour avec des joies, les naissances de nos cinq enfants, de nos onze petits-enfants, et des peines. Notre plus grand bonheur, c’est d’avoir vécu côte à côte de nombreuses années et d’avoir conservé une relative bonne santé.»
Merci à toi Antoinette de m’avoir si bien secondé et épaulé durant toutes ces années où je me suis consacré à la vie municipale. 
Une nouvelle déclaration d’amour à laquelle Antoinette, tout juste remise d’un accident de voiture, répondait par un poème dont voici un extrait marquant. « Ne dit-on pas que le cœur n’a pas d’âge. À travers les ans avec toi il voyage. Tu es sa route, son phare, sa boussole. Avec toi, il a pris son envol. »


L’aubade donnée par les harmonies de Locon-Essars et Cappelle-la-Grande a agréablement surpris les époux qui ont remercié la nombreuse assistance pour ses témoignages de sympathie et d’affection.
GEORGES MOREAU ( CLP)


LA VOIX DU NORD BETHUNE 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Octave
Invité



MessageSujet: Re: VIE ET ACTUALITES A LOCON   Lun 7 Mai - 21:13

Bravo à "Un Loconois" pour cette pertinente analyse...

" Je ne connais pas les uns plus que les autres mais les documents déposés dans ma boîte m’ont permis de me faire une meilleure idée sur chacun. Sans prétention, voilà ce que m’inspire cela : 


  • M le maire décide de démissionner pour raisons de santé, il en a le droit et personne ne peut lui reprocher. La manière de faire, à grand renfort de presse, avant même d’avertir les habitants est pour le moins surprenante et pas très agréable pour les loconois que nous sommes.

  • Les 4 conseillers dits d’ « opposition » (quelle triste appellation !) profitent de cette annonce pour proposer à la dite « majorité » (appellation tout aussi triste !) de laisser de côté leurs divergences pour enfin travailler à l’unisson. Intention louable et personne ne peut le leur reprocher non plus. 

  • De nouvelles élections permettraient aux loconois qui le souhaitent de valider par les urnes cette liste enfin unie. Je trouve que cette démarche aurait été symboliquement très importante pour la vie et l’unité du village.

  • La « majorité » refuse cette proposition et le maire décide soudain de ne plus démissionner.



Mon questionnement :



  1. Au nom de quelle toute-puissance M le Maire a-t-il décidé à la place des loconois qu’il ne devait pas y avoir de nouvelles élections ?

  2. Est-il sûr que les loconois souhaitaient le voir renoncer à sa démission ?

  3. Ses conseillers ont-ils eu interdiction d’accepter la proposition de l’opposition ?

  4. Le maire fait-il à ce point peu confiance à son équipe pour imaginer qu’elle ne peut pas faire sans lui ?

  5. Craint-il à ce point les conseillers d’ «opposition » qu’il préfère « sacrifier » sa santé plutôt que de leur laisser une place ? "
Revenir en haut Aller en bas
JANUS.
Invité



MessageSujet: Re: VIE ET ACTUALITES A LOCON   Lun 7 Mai - 14:50

Bonjour 
J'ai pris le pseudonyme de JANUS et je compte m 'inscrire sur ce forum...

Pourquoi Janus ? 


Janus est le dieu romain des commencements et des fins, des choix, du passage et des portes



Car à Locon c 'est peut être la fin d 'une longue ére de gestion autoritaire où l 'opposition est niée, écartée, désavouée  et contestée et parfois salie alors que cette opposition est légitimée par 35 % des élécteurs depuis des décennies 


La population n 'a pas bien compris la marche arrière du  Maire de Locon lorsqu 'il est  revenu sur sa décision de démissionner et de prendre un peu de distance avec le pouvoir a cause de son état de santé.


Et pourquoi n ' a t'il  pas averti l 'opposition de sa décision lofficiellement ? 


Opposition qui a appris ca en lisant la presse comme le commun des mortels.


Quel déni de démocratie ! ! !


Pourquoi ce revirement brutal en implorant le prefet pour reprendre son poste de Maire? 


La seule raison est qu 'il  A PEUR 


Peur d 'etre le dernier comme  disait PACA d 'une tres longue série de maires agriculteurs ...


Pourtant si une porte  se ferme ,   une autre peut s' ouvrir pour un maire respectueux de la démocratie et suffisament fort et non sectaire  pour réunir vers le même objectif elus de son equipe et élus de l'opposition.


cheers cheers cheers cheers cheers cheers cheers cheers cheers cheers cheers cheers cheers cheers cheers cheers cheers cheers cheers  
Revenir en haut Aller en bas
opinion sur Locon



Messages : 5
Date d'inscription : 01/05/2018

MessageSujet: Re: VIE ET ACTUALITES A LOCON   Lun 7 Mai - 10:32

Re bonjour ensoleillé à tous les Loconoises et Loconois,
 
Vous avez entièrement raison opinion sur Locon n’est pas un groupe d’influence et n’a aucune vocation à soutenir tel ou tel candidat.
Une fois encore, il faut remercier celles et ceux qui s’engagent dans la vie publique d’un village au lieu  de profiter de sa belle terrasse.
Salutations à messieurs Albert Cassez et Roger Beaucout.
Opinion sur Locon tente de retranscrire ce que disent les habitants dans les manifestations, magasins ,promenades etc..
 
L’intervention précédente portait sur la durée maximale d’années de présence dans la vie électorale. Le renouvellement de Macron et ses députés a remis cette question sur le devant de la scène. Sur Locon tout le monde est un peu las de voir les mêmes têtes depuis des décennies, un peu à l’image de la fin de l’ère  mitterrandienne ou chiraquienne.


Il y a des mois dans lesquels rien ne se passent, depuis 2 mois les sujets abondent… :
-la maladie du maire a provoqué un vrai choc émotionnel

-un nouveau rapport électoral de 65-35%

-un bulletin de santé pour le maire

-maire, un boulot payé au smic mais pas un esclave

-Bertrand Leleu remet en avant son idée centrale de l’union de l’élite et des meilleurs

-l’opposition doit purger la situation en s’expliquant totalement : que voulait elle faire  au juste ?


-repartir sur  nouvelle dynamique avec une primaire  ouverte de l’opposition ?
-une élection imperdable peut se perdre
 
la maladie du maire a provoqué un vrai choc émotionnel
Pour l’écrire de la manière la plus neutre possible "empêcher le maire de reconquérir  sa santé dans les conditions qu’il souhaite" , a créé une véritable émotion.

 Le maire en France est un personnage particulier, chaque habitant cherche à nouer une relation de proximité avec lui car il est quelqu’un qui peut améliorer sa vie. C’est pour cela qu’on l’aborde dans la rue et qu’on va le voir dans sa permanence. Au-delà des demandes techniques de trous dans le trottoir de lampadaire à changer, on lui demande des choses pour sa famille : de prendre son enfant comme moniteur du centre aéré, d’intervenir pour 1 emploi, de trouver un logement, d’accélérer les démarches pour une femme de ménage pour sa maman vieillissante, de faire rentrer son grand père en maison d ‘accueil ,  etc…

L’habitant cherche à le rendre présent dans son cercle de proximité car le maire est quelqu’un qui a de l’importance, de son côté un bon maire cherche à créer ce lien spécial de confiance.

L’opposition lui a permis de réaliser cela, leur décision à résonner dans l’intimité de chacun, on touche aux tréfonds de l’âme humaine, à sa survie, .on touche quelque part à la santé de l’un des siens.
 
-un nouveau rapport électoral de 65-35%
Avant la situation était celle-ci : du 50-50%
Le vote de 2014 avait donné un 53-47% tant le maire Caron était froid et de moins en proche de sa population. Depuis l’opposition fait bien son travail, le maire Dufossé  apparaissait correct mais sans de adhésion généralisée de la population. Le scrutin de 2020 apparaissait vraiment incertain, tout était ouvert.

Maintenant : 65%pour le maire -35% pour la liste Leleu-
 
Ses électeurs traditionnels font de nouveau bloc autour de lui dans une sorte de solidarité de santé.

Les électeurs de l’opposition ne sont plus unis, beaucoup ne se reconnaissent pas dans cette décision, sur le thème« not in my name » : tout cela est allé beaucoup trop loin après tout le maire n’était pas si nul que cela, il était même plutôt correct, je ne vois plus de raison de voter contre lui. Certains vont voter pour lui , d’autres blancs, d’autres s’abstenir.

Le maire Dufossé est devenu plus légitime que jamais. On le voit bien, dans les manifestations, au supermarché, leshabitantsvont plus facilement vers lui pour entrer en conversation, le sujet de sa santé est tout trouvé.
 
-un bulletin de santé pour le maire
Etre maire, c’est aussi être un minimum en bonne santé. Les Loconois ont le droit d’en avoir la preuve. Il est normal que le maire produise chaque trimestre un bulletin de santé.
Il ne s’agit pas de dévoiler le secret médical mais simplement d’écrire dans le bulletin municipal :
« suite à ma dernière visite chez mon médecin, je continue mes engagements de maire »
 
--maire : un boulot payé au smic mais pas non plus un esclave


En 4 années de mandat mr Dufossé a travaillé 6784 heures et a accompli 11 000 km.

Un salarié travaille annuellement 1607h s’il est au 35h , le smic tourne à 1000 nets.
Notre  maire reçoit entre 1100-1300 nets,  sa moyenne annuelle de travail est de 1696h.

11 000 km :
Soit 11000/4 ans/200 jours ouvrés : 13,75 km journalier soit ce que fait un collégien…
Au titre de la transparence, Mr Dufossé pourrait publier son tableau Excel des déplacements, Mr Acarie pourrait lui dire ce qu’il aurait pu faire en vélo électrique ou en transport en commun ou en co voiturage.

 
- Bertrand Leleu remet en avant son idée centrale de l’union de l’élite et des meilleurs
Extrait  de sa lettre: « par cette démarche, loin de nous la volonté de manipuler, mais au contraire de proposer à travers ce scrutin, la constitution d’une équipe plus unie, basée sur l’envie et les compétences de chacun, sans exclure, ni diviser ; »

En 2008, au temps du panachage, Mr Leleu avait déjà demandé aux électeurs de voter pour lui  maire puis pour Sylvie Foulon , puis de mettre autour d’eux les meilleurs des listes Caron et Polan.

Cette idée d’équipe de France de l élite et des meilleurs  existe dans le pays, pourquoi pas sur Locon ?
 
-l’opposition doit purger la situation en s’expliquant totalement : que voulait elle faire  au juste ?
               Où est la photo collective des démissions ?
Partout quand on démissionne, on fait une photo de groupe sur laquelle chacun tient sa démission en main, on fait bloc autour de leader.
Montrez-nous cette photo, en 2 mois on a largement le temps de la faire. Cela  mettra fin aux rumeurs de dissensions.

               Mme la maire ROSE et sa première adjointe  Mme Foulon ?
La liste Leleu a proposé à la majorité de faire une liste d’union au nom de l’intérêt général de Locon, cela se défend et peut se  comprendre, encore faut-il nous expliquer en toute transparence ce changement de stratégie.

la majorité ayant 15 postes et l’opposition 4, en toute logique madame Rose devient maire avec 3 adjoints et l’opposition obtient 2 postes d’adjoints .monsieur Leleu lui veut être maire donc il aurait refusé mais  pas Mme Foulon, elle était déjà numéro 2 donc pourquoi aurait elle refusé ?.
 Et pourquoi pas, l’opposition c’est usant dans la durée, être adjoint  c’est faire les choses en vraies, c’est un beau poste. Mme Foulon est reconnue pour ses propositions en matière d’éducation et ses actions pour le vivre ensemble.

               Pourquoi ne toujours pas avoir parlé à la presse ?
2 mois après en n’ayant toujours s pas parlé à la presse, Mr Leleu laisse tout l’espace disponible au maire. Avoir un article dans la voix du nord c’est important, surtout pour les ainés de Locon.


-        Repartir sur une  nouvelle dynamique avec un primaire ouverte de l’opposition ?


L’image de Mr  Leleu est écornée ; la dernière marche est-elle trop grande pour lui ?, A-t-il adopté la bonne stratégie ?

Quand on demande un vote pour le maire à 2 ans des élections, il est normal de remettre son statut de chef de l’opposition au vote à 2 ans des élections.

Il est très facile d’organiser un primaire   ouverte  dans un village :

Le rôle de monsieur loyal de la primaire devrait revenir à mr Acarie, notre grand sage de la vie électorale loconoise.

En juin la liste Leleu distribue un tract qui annonce le principe  de la primaire  ouverte..

En juillet –août, les habitants en parlent entre eux.

En septembre, monsieur Acarie reçoitcevoir les candidatures.

En octobre, monsieur Acarie réalise des petites vidéos you tube en posant les mêmes questions à chaque candidat, voire un petit débat si  cela est possible.
En novembre, soit on met une urne à la maison des associations, à défaut on utilise un petit logiciel gratuit de vote électronique.

L’histoire des primaires montrent qu’un électeur sur 3 se déplace. En 2014 la liste Leleu a recueilli 674 votes donc on peut tabler sur un minimum de 200 personnes qui se déplacent.
En décembre, le chef de l’opposition, quelqu’il soit, est légitime, il dispose de 18 mois pour défendre son programme.
65-35% , sur un total d’électeurs de 1479 personnes, cela fait 443 personnes à faire changer d’avis.
  A 500 jours de l’élection cela fait  à peine 1 personne par jour. Tout est faisable.
 
-une élection imperdable peut se perdre
En 2 ans la majorité à le temps de faire une bêtise encore plus grande.
En toute logique pour surfer sur son capital de sympathie, le duo Dufossé –Rose va faire le minimum du minimum en se focalisant sur la rénovation des routes. Pour un particulier , cela correspond à entretenir correctement sa voiture
Mais encore une fois, une élection imperdable peut se perdre, personne n’est à l’abri d’une énorme erreur.
 
 

et surtout soyez heureux et profitez de la vie cheers cheers cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Un loconois
Invité



MessageSujet: Re: VIE ET ACTUALITES A LOCON   Mer 18 Avr - 11:33

Je ne connais pas les uns plus que les autres mais les documents déposés dans ma boîte m’ont permis de me faire une meilleure idée sur chacun. Sans prétention, voilà ce que m’inspire cela : 

  • M le maire décide de démissionner pour raisons de santé, il en a le droit et personne ne peut lui reprocher. La manière de faire, à grand renfort de presse, avant même d’avertir les habitants est pour le moins surprenante et pas très agréable pour les loconois que nous sommes.
  • Les 4 conseillers dits d’ « opposition » (quelle triste appellation !) profitent de cette annonce pour proposer à la dite « majorité » (appellation tout aussi triste !) de laisser de côté leurs divergences pour enfin travailler à l’unisson. Intention louable et personne ne peut le leur reprocher non plus. 
  • De nouvelles élections permettraient aux loconois qui le souhaitent de valider par les urnes cette liste enfin unie. Je trouve que cette démarche aurait été symboliquement très importante pour la vie et l’unité du village.
  • La « majorité » refuse cette proposition et le maire décide soudain de ne plus démissionner.

Mon questionnement :


  1. Au nom de quelle toute-puissance M le Maire a-t-il décidé à la place des loconois qu’il ne devait pas y avoir de nouvelles élections ?
  2. Est-il sûr que les loconois souhaitaient le voir renoncer à sa démission ?
  3. Ses conseillers ont-ils eu interdiction d’accepter la proposition de l’opposition ?
  4. Le maire fait-il à ce point peu confiance à son équipe pour imaginer qu’elle ne peut pas faire sans lui ?
  5. Craint-il à ce point les conseillers d’ «opposition » qu’il préfère « sacrifier » sa santé plutôt que de leur laisser une place ?





Quant à la forme des écrits, je trouve regrettable que l’un des documents contienne autant de termes hostiles et d’attaques (« chef de file », « manipulation »…) qui donnent une piètre image de celui qui les a écrit. Souvenez-vous M le Maire que nous sommes au village et qu’il y a de la place pour toutes les bonnes volontés ! N’êtes-vous pas au final le plus politisé de tous ?
 
Quand finalement j’apprends ce dimanche, que les indemnités laissées par des conseillers de l’opposition ont aussitôt été récupérées pour augmenter les indemnités de certains élus de la majorité, alors là très franchement, je m’interroge de plus en plus sur les réelles motivations des uns et des autres ! Cet argent n’aurait-il pas pu servir pour la collectivité, les enfants, les aînés ? Que penser de cela…
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Marc
Invité



MessageSujet: Re: VIE ET ACTUALITES A LOCON   Sam 14 Avr - 21:06

Et ce message s’adresse aussi bien au Maire qu’à ceux qui veulent  le remplacer .
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Marc
Invité



MessageSujet: Re: VIE ET ACTUALITES A LOCON   Sam 14 Avr - 21:04

Et ce message s’adresse aussi bien au Maire et qu’à ceux qui veulent  le remplacer .
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Marc
Invité



MessageSujet: Re: VIE ET ACTUALITES A LOCON   Sam 14 Avr - 16:23

Les cimetières sont pleins de gens qui se croyaient  indispensables. 
Revenir en haut Aller en bas
Très interrogatif
Invité



MessageSujet: Re: VIE ET ACTUALITES A LOCON   Ven 13 Avr - 22:10

A Loconoisendpl
Personne ne remet en cause les problèmes de santé du maire.
Mais vous conviendrez que de revenir sur sa démission alors qu'on annonce à toute la presse qu'on démissionne pour des raisons de santé c'est assez curieux comme démarche.
Parce que quand on est malade, on se préserve et on s'entoure de sa famille.
Revenir en haut Aller en bas
Un loconois
Invité



MessageSujet: Re: VIE ET ACTUALITES A LOCON   Ven 13 Avr - 21:36

Je viens d'arriver sur Locon et je suis très étonné de tous ses propos.
Je tiens simplement à vous dire que mon père était un élu jusqu'au moment où il a commencé à avoir des problèmes de santé.
Il a finit par démissionner de tous ses mandats en înformant tout le conseil même l'opposition...
Alors, je ne comprends pas pourquoi le maire de Locon a changé d'avis parce il n'était pas obligé
Que des élections soient provoquées et alors, ce n'est pas grave en soi, il y des choses plus importantes qu'un mandat de maire, la famille par exemple...
Comme disait mon père, la santé d'abord...
Revenir en haut Aller en bas
Loconoisendpl
Invité



MessageSujet: Honte à vous très interrogatif   Ven 13 Avr - 18:52

Vous devriez être honteux vous qui êtes de l’équipe Leleu car votre message est complément partial et je dirai mensonger.

Je sais que notre maire a subi plusieurs interventions chirurgicales et, il semblerait qu’il soit victime de gros problèmes respiratoires, j’ai cru comprendre qu’il bénéficie d’une assistance, mais sur ce dernier point je n’en suis pas certain.
Je vais essayer de savoir, tout en respectant sa vie privée.

En tout état de cause, à lire sur ce forum, il faut vraiment avoir du courage pour être maire.


Honte à vous, de ne pas respecter l’intégrité et l’honnêteté de quelqu’un qui se dévoue pour son village.

Je ne vous souhaite pas de vivre les mêmes choses sur le plan santé, mais ce n’est pas l’envie qui me manque.
Revenir en haut Aller en bas
Très interrogatif
Invité



MessageSujet: Re: VIE ET ACTUALITES A LOCON   Jeu 12 Avr - 17:26

Quel sang froid et quelle détermination de l'opposition.

Aucune polémique dans cette lettre.

Pour vous dire, elle est même appréciée par des élus de la majorité qui n'en peuvent plus de cette mascarade.

Le maire devrait s'excuser pour le discrédit apporté à sa fonction en renonçant à sa démission.

Les Loconois sont effarés par ce revirement !

Ce renoncement est une sacrée manoeuvre politique de la part de cette majorité pour empêcher de nouvelles élections.
Revenir en haut Aller en bas
Scude
Invité



MessageSujet: Re: VIE ET ACTUALITES A LOCON   Jeu 12 Avr - 10:31

Jolie la lettre " d'excuses " mais ça ne sert à rien !!

Fallait faire votre boulot jusqu'au bout ......Quand on ne sait pas s'intégrer .....!!! lol!
Revenir en haut Aller en bas
PACA

avatar

Messages : 2899
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: VIE ET ACTUALITES A LOCON   Mar 10 Avr - 16:02

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: VIE ET ACTUALITES A LOCON   

Revenir en haut Aller en bas
 
VIE ET ACTUALITES A LOCON
Revenir en haut 
Page 1 sur 7Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» Locon (62) : des parents vont dans le privé pour éviter les nouveaux rythmes scolaires.
» le taijisme - tai chi - fraternité universelle
» Widget actualité
» La Terre, en Questions. OVNI : quand le GEIPAN enquête
» [AIDE] Liste des écoles des ingénieurs à Rabat

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
LOCON SUR LAWE  :: MONDE , Politique, financier, religieux,idéologique. :: GENS D'ICI ET CHRONIQUE DU SOUVENIR :: La VIE à LOCON-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: