LOCON SUR LAWE
LOCON SUR LAWE

Les GENS de LOCON et du reste du monde
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

  LA LAWE ...

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
PACA



Messages : 2731
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA LAWE ...   Mar 31 Mai - 17:38

POURQUOI JE SUIS MECONTENT ? 

Ce probleme existe depuis des années car depuis des années la lawe deborde à CET ENDROIT ET INONDE RUES ET TERRES AGRICOLES .

http://espaces-lawe.hautetfort.com/courriers/

VOIR COURRIER CI  DESSOUS :



Lettre recommandée du 7 mars 2006 et tombée aux oubliettes par le Maire de LOCON

Association loi 1901 :                                                                                    Locon le 07 Mars 2006
« ESPACES LAWE  »
559 rue du bas chemin nord
62400 LOCON
                                                                                                            Monsieur le maire de LOCON


     Objet : Inondations et Sécurité                                                               Recommandé  + AR                


 
 
Monsieur le Maire,
Cela fait des années que la rivière la LAWE  quitte son lit et déborde dans la rue du Bas Chemin Nord et la rue Pierre Lallain , seules rues de Locon a être inondées. Ces rues inondées sont dangereuses , impraticables  et certains  assainissements individuels privés  deviennent inefficaces.
 
  Ces débordements arrivent  en hiver lors de pluies continues,  au printemps lors de la prolifération des algues ou en été lors d’orages violents. 
 
La rivière déborde en deux endroits caractéristiques que vous verrez sur le plan ci-joint. -         

 1 ) entre la parcelle cadastrale AC 147 et 128, le long de la glissière de sécurité. -         
2 ) entre la parcelle cadastrale AC 126 et 118 , le long de cette même glissière.
Pour remédier à ce problème, un cultivateur Monsieur CARON qui exploite les parcelles AC 124 et 125 avait un jour de débordement, en juillet 2005, protégé ses cultures par un cordon de terre . J’avais à l’ époque appelé Monsieur Marc CORNIL , Directeur du SYMSAGEL qui envisageait la possibilité de subventionner les travaux à hauteur de 40%. Ces travaux consisteraient à  élever un muret de cinquante centimètres dans les zones étroites, sous glissière de sécurité entre la route et la rivière, et de créer une digue en terre végétalisée dans les parties plus larges, en haut de berges et sur le terrain de l’emprise des Voies Navigables sur le chemin de contre halage existant sur le plan cadastral .
 Certains riverains ont déjà monté ces digues.
A Locon le choix a été fait d’empêcher l’eau de remonter dans les fossés en posant  en extrémité des buses, en aval , des clapets anti-retour.
Maintenant , l’eau ne rentre donc plus, mais passe par dessus les berges , remplit les fossés et les buses par l’amont et les clapets deviennent inopérants .
De nombreux fossés furent remblayés , d’autres retaillés et agrandis dans le cadre  de la lutte contre les inondations, souvent avec le budget communal.
Nous  croyons  maintenant qu’il faut aller un peu plus loin et parfaire le dispositif en créant ce rehaussement de berges dans les zones tracées sur le plan ci joint . ( voir aussi les photos ) Sachant que vous ne resterez pas insensible au problème de la sécurité lorsque ces rues sont inondées, où l’on ne distingue plus les fossés de la route, et où un automobiliste ou un piéton peut chuter et se noyer, nous osons croire que vous donnerez le meilleur accueil  à notre demande de protection.  
 
  Veuillez agréer, Monsieur le Maire, mes salutations distinguées et croire en l’expression de mes sentiments les meilleurs.                            
 Le Président  : ACARIE     Pierre 



Dernière édition par PACA le Mar 31 Mai - 18:41, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LA LAWE ...   Mar 31 Mai - 17:11

Excellent reportage et Esssssélent Scoop ....De P.A The reporter Of Lawe !!!

cheers lol! lol!
Revenir en haut Aller en bas
PACA

avatar

Messages : 2731
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA LAWE ...   Mar 31 Mai - 13:54

LA RIVIERE LA LAWE DEBORDE ....IL MANQUE 5 A 6 METRES DE DIGUE POUR EVITER CELA.

mais que font les elus ? 







jocolor jocolor jocolor jocolor jocolor



jocolor jocolor geek geek geek geek geek geek geek geek





afro afro afro geek jocolor geek
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2731
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA LAWE ...   Ven 8 Avr - 0:34

ARTOIS COMM S ' OCCUPE DE LA RIVE DROITE DE LA LAWE 
et LAISSE LA RIVE GAUCHE AU SIPAL ...QUI NE FAIT RIEN .

LES RIVERAINS  DONT LES TERRAINS JOUXTENT LA RIVIERE  APPRECIERONT ...





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Messages : 577
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: LA LAWE ...   Jeu 3 Mar - 9:21



A la uneAbonnementQui sommes-nousArticlesJournal officiel
Édition du 2 mars 2016

 Imprimer     

Lancement du cours en ligne pour les élus sur la gestion de l’eau

Après la commande publique et la voirie, c’est à la gestion de l’eau que s’attaque maintenant la plate-forme de cours en ligne de Mairie 2000, l’organisme de l’AMF dédié à la formation des élus. Un nouveau Mooc (cours en ligne ouvert et gratuit) sur « la gestion de l’eau et des milieux aquatiques » est disponible depuis la semaine dernière.
Rappelons le principe des Mooc : le terme, de l’anglais « massive open online courses », désigne un concept qui se répand de plus en plus – des cours gratuits, ouverts à tous, disponibles à tout moment, en journée, le soir ou le week-end. Pour les élus, souvent débordés, c’est une solution pratique qui permet de se former à la carte, sans avoir à bloquer une journée ou une demi-journée. Les cours organisés par Mairie 2000 proposent de nombreux contenus – vidéos de cours, ressources documentaires, liens, bibliographie, forum pour échanger avec des experts…
Le Mooc sur la gestion de l’eau a été réalisé en collaboration avec des experts de l’AMF, des Agences de l’eau, de la Fédération professionnelle des entreprises de l’eau et de l’Onema (Office national de l’eau et des milieux aquatiques, bientôt appelé à rejoindre la nouvelle Agence française de la biodiversité). Il comprend « six modules d’une durée de 30 à 40 mn chacun », détaille Mairie 2000 : organisation et responsabilités, eau potable et prix de l’eau, assainissement collectif, assainissement non collectif, gestion des milieux aquatiques, eaux pluviales. Dans ces domaines complexes, une clarification à caractère pédagogique sera en effet bienvenue : « Face à la multiplication des textes de loi et à la complexification de l'organisation des politiques de l'eau, les élus ont besoin de points de repères pour mieux connaître leurs responsabilités et obligations dans le domaine de l'eau », expliquent les organisateurs du Mooc sur le site de Mairie 2000. «L’objectif de ce cours est donc de transmettre les fondamentaux nécessaires aux réflexions et démarches d'une bonne gestion de l'eau et des milieux aquatiques. »
Les inscriptions sont ouvertes dès maintenant et seront closes le 15 avril – date de la fin de cette cession de cours. L’inscription et l’accès aux modules sont totalement gratuits.
La première session du Mooc de Mairie 2000, sur la voirie, en 2015, avait été suivie par plus de 500 élus.

F.L.


Accéder au Mooc Gestion de l’eau.

[size=40]Des cours en ligne pour accompagner
[size=40]les élus dans l’exercice de leur mandat[/size][/size]



La commande publique
autrement
[size=12]Concrétiser les projets urbains 
durables et innovants



Un cours pour élus et techniciens proposant des approches multisectorielles pour concrétiser des projets urbains durables et innovants


3 modules
[/size]
[size]


Découvrir[/size]
En cours

[size=32]Les cours[/size]

[size=32]C’est quoi un MOOC ?[/size]
[size=19]Pour visualiser les sous-titres, 
assurez-vous que le pictogramme CC 
soit bien coché
[/size]





La gestion de l’eau
et des milieux aquatiques


[size=19]Sensibiliser les élus à la gestion de l’eau et des milieux aquatiques.



6 modules :
[/size]

  • Organisation / responsabilités
  • Eau potable / prix de l’eau
  • Assainissement collectif
  • Assainissement non collectif
  • Milieux aquatiques
  • Eaux pluviales

[size]




Découvrir[/size]
En cours
En cours

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesgensdeloconsurlaw.forumjonction.com
PACA

avatar

Messages : 2731
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA LAWE ...   Dim 1 Nov - 18:54

LA LAWE ...LE CHANGEMENT C 'EST TOUT LE TEMPS !






 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2731
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA LAWE ...   Mer 7 Oct - 11:00

Bilan des inondations qui ont frappé le littoral des Alpes-Maritimes, samedi 3 octobre en début de soirée 


Pour Magali Reghezza-Zitt, ces inondations sont la conséquence directe de l’urbanisation du littoral. Maîtresse de conférence en géographie à l’Ecole normale supérieure de la rue d’Ulm, spécialiste des risques et de l’environnement, elle appelle à repenser l’aménagement des villes en y associant les populations et en développant une culture du risque.
 
En quoi l’urbanisation des territoires a-t-elle aggravé les dégâts provoqués par les intempéries dans les Alpes-Maritimes ?
Magali Reghezza-Zitt : Les inondations sont la conséquence directe de l’urbanisation du littoral. Sur les pentes qui cernent le littoral, là où il y avait hier des terres agricoles, des vignes, des oliveraies, on a construit des habitations. 

L’eau ne s’infiltre plus en amont du bassin versant, et, du coup, se déverse dans les cours d’eau.

 Or, dans ces régions, il s’agit de petits cours d’eau, de ravins, à très faible débit en temps normal, qui permettent l’évacuation des eaux pluviales. 

Mais ces petits cours d’eau, dans lesquels l’eau monte très brutalement et redescend tout aussi brutalement, débordent lorsque les pluies sont vraiment très importantes.

 Et s’ils ont été couverts, bétonnés, équipés de buses d’évacuation artificielle, et ainsi imperméabilisés, ce phénomène de débordement est accentué.
Il y a également un vrai problème de ruissellement urbain.
 Les voies d’évacuation sont insuffisantes : lorsque se produisent des orages extrêmement violents, les canalisations ne sont plus capables d’absorber le trop-plein d’eau et débordent. 
Il n’y a même plus besoin d’avoir des cours d’eau pour que l’eau monte dans les rues et provoque des inondations.
Un risque « naturel » peut ainsi être aggravé voire complètement créé par l’urbanisation. Les plans de prévention des risques (PPR) sont censés contrôlerl’urbanisation des zones inondables. Ils existent dans la loi depuis 1995. Mais, vingt ans plus tard, on continue à urbaniser des zones à risque, et, de plus, on urbanise de plain-pied la plupart du temps. Les PPR sont contournés en toute légalité, sont contestés et donc suspendus, comprennent des dérogations, sanscompter les pressions énormes qui s’exercent sur les élus.
 
Comment repenser les villes pour limiter les dégâts, à défaut d’empêcher les inondations ?
On peut limiter les processus physiques en construisant des barrages, des digues, en dégageant des terrains vierges pour permettre à l’eau de s’infiltrer, en développant des bandes enherbées, des toitures végétalisées… 
La résilience passe aussi par des constructions plus résistantes, des habitations sur pilotis, l’élévation des maisons pour laisser le rez-de-chaussée inoccupé.

Et il faut repenser l’aménagement de la ville en redistribuant sur son territoire habitations, activités, services, afin de limiter les mobilités et surtout de ne laisser dans les zones inondables que des activités sans danger pour les hommes. Chaque territoire demande une réflexion spécifique, adaptée au niveau de risque, aux activités et aux besoins des populations, qui doivent être accompagnées.
 
 
Il faut en somme développer la culture du risque.
Il n’y a pas une solution miracle, et tout miser sur la technique est une illusion. Les solutions techniques ne valent que si on a de bons comportements. 
On peutmonter des digues, si les gens ne sont pas vigilants, cela ne servira à rien. Bâtirdes solutions demande du temps et de sortir de l’émotionnel. L’aménagement urbain doit être discuté localement avec les populations.

Les maires doivent également abandonner l’idée que le risque est quelque chose de négatif. La culture du risque est au contraire positive pour un territoire. 

Cela ne le condamne pas. Avec des comportements adaptés, on n’empêchera peut-être pas les garages d’être inondés, mais on évitera les morts. Il faut développer une éducation au risque afin que les populations acquièrent les bons réflexes. 

Cela est d’autant plus essentiel dans les zones totalement urbanisées où il faut gérer les héritages. Dans ces zones, il serait absurde et contre-productif de tout raser. EnFrance, une personne sur quatre vit dans une zone inondable.
 
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alain
Invité



MessageSujet: Re: LA LAWE ...   Ven 11 Sep - 18:26

Si je lis l'article et les réflexions de PACA , j'ai bien l'impression que les travaux prévus ne sont pas faits . 
Ou est passé l'argent ? Voilà une bonne question . 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LA LAWE ...   Ven 11 Sep - 17:41

Feraient surtout mieux d'assurer la sécurité le long des routes c'est désastreux et presque criminel en faisant des trottoirs , des passages tiens et surtout entres les routes adjacentes ......Et boucher les fossés qui nous obligent a marcher sur la route !!
3 Millions d'euros pour une tite riviére que dis-je un Ru ....Et à Rats en plus!!!

C'est dingue ça !!
Revenir en haut Aller en bas
PACA

avatar

Messages : 2731
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA LAWE ...   Ven 11 Sep - 11:26

http://espaces-lawe.hautetfort.com/archive/2015/09/10/ou-est-passe-l-argent-5682872.html




Où est passé l ' argent ????????????????????




Un plan de restauration de la Lawe de trois millions d'euros sur cinq ans
PUBLIÉ LE 06/04/2012



Du pont de Sevelingue à la sortie de Béthune, à Essars, jusqu'au pont de Mesplaux, à Locon, le SIPAL restaure actuellement une partie des berges de la Lawe. Le début d'un plan de restauration de cinq ans, entamé en mars, d'un coût de 50 000 euros pour cette année, et de 3 millions d'euros sur toute la période.






 
PAR JEAN-PIERRE GLORIAN
bethune@info-artois.fr
La Lawe va de La Comté à La Gorgue, là où elle se jette dans la Lys. Et les berges s'affaissent régulièrement avec les pluies. D'où la nécessité pour le syndicat intercommunal pour l'aménagement de la Lawe (SIPAL) de trouver des solutions au cas après cas.
Essars était une priorité et notamment rue Sèche, à proximité de l'écluse de Manchecourt. « Les berges étaient assez dégradées,explique Frédéric Hervieu, chargé de mission au SIPAL. Si ça continuait à s'affaisser, cela aurait été dangereux pour la route. Aussi, sur 90 mètres, on a procédé à une restauration des berges, rive gauche et droite, avec un reprofilage, en éloignant les berges de la route pour garantir la circulation dans la rue Sèche. » Les travaux ont démarré en mars et s'achèveront fin avril. Les berges sont maintenant en pente douce. Un géotextile a été posé avant l'ensemencement d'un gazon, tandis que des banquettes en quinconce plantées de végétaux aquatiques végétalisées s'avancent dans la rivière où des pieux en chêne ont été plantés. « Cela pour diversifier les écoulements, et faciliter le retour du poisson, comme le brochet.
 » « La restauration des berges va améliorer la bioversité, souligne Olivier Switaj, président du syndicat intercommunal. En travaillant à enrichir la faune et la flore. » « Les riverains de la rue Sèche se félicitent de qui se fait actuellement », remarque Gérard Malbranque, le maire d'Essars. D'autant que des arbustes ont ou vont être plantés (des érables, chênes, aulnes, noyers, charmes), tout au long du cours d'eau, pour renforcer les berges.
Le financement de cette opération se fera avec des fonds européens avec le Feder, et l'Agence de l'eau, pour 80 %, tandis que 20 % restent à charge du SIPAL et des communes.

Le chemin du halage restauré







À proximité de l'ancienne écluse de Monchecourt, au bout de la rue Sèche, le SIPAL restaure aussi un chemin de halage à partir d'un petit bois, longeant la Lawe, derrière le restaurant le Julogo, permettant aux promeneurs de se rendre plus facilement jusqu'au pont de Mesplaux, sur 800 m, à Locon.
Fin avril, cette portion sera achevée. En 2013, le SIPAL compte s'attaquer aux berges de Lestrem et La Gorgue, en poursuivant son chantier de restauration. Il interviendra aussi, au cas par cas, pour d'autres réfections. •
 
 
afro afro afro afro afro afro afro afro afro afro afro affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid afro afro afro afro
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2731
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA LAWE ...   Mer 20 Mai - 11:21

Gemapi : un décret organise la gestion des ouvrages



Petit à petit, Gemapi fait son nid : un décret d’application de la loi Maptam relatif aux « ouvrages construits et aménagés en vue de prévenir les inondations et aux règles de sûreté des ouvrages hydrauliques » est paru, plutôt discrètement… le jeudi de l’Ascension. 

Il organise une partie de la nouvelle compétence Gemapi (gestion de l’eau, des milieux aquatiques et prévention des inondations) dévolue aux communes et aux EPCI.

Malgré la franche opposition que lui opposent les associations d’élus, AMF en tête, le gouvernement est donc décidé à avancer et dessine les contours de la future compétence. Le décret, qui s’appuie sur le seul texte officiel existant, à savoir la loi Maptam, fixe une date d’entrée en vigueur au 1er janvier 2016. Sauf que, dans le cadre du projet de loi Notre, députés et sénateurs sont d’accord pour retarder cette entrée en vigueur de deux ans, au 1er janvier 2018. Le texte n’a certes pas encore été voté, mais le report semble quasiment acquis.

Comme le prévoit la loi, le décret reprécise que ce seront bien les communes et les EPCI qui seront « gestionnaires » des ouvrages « construits ou aménagés en vue de prévenir les inondations et les submersions » ; c’est donc à eux que reviendra l’application des règles prévues par ce décret.

Le texte décrit, dans deux sous-sections, les ouvrages concernés (digues et barrages). Il fixe les nouveaux délais laissés aux collectivités pour « régulariser les ouvrages existants » : tous les ouvrages existant antérieurement à la date de publication du décret (14 mai 2015 donc), devront obligatoirement faire l’objet d’une nouvelle demande d’autorisation administrative. Pour les ouvrages de classe A (protégeant plus de 30 000 personnes) ou de classe B (protégeant entre 3 000 et 30 000 personnes), la date limite de dépôt du dossier de régularisation est fixée au 31 décembre 2019 ; pour les ouvrages de classe C (protégeant de 30 à 3 000 personnes), au 31 décembre 2021.

Reste que si la compétence ne prend effet qu’en 2018 au lieu de 2016, il y a fort à parier – ou du moins on peut espérer – que ces délais seront décalés parallèlement.

Tel que le précise le décret, en tout cas, si le dossier n’a pas été déposé à ces échéances, l’ancienne autorisation dont disposait l’ouvrage est « réputée caduque » au bout de deux ans, c’est-à-dire respectivement les 1er janvier 2021 et 2023. L’ouvrage ne sera alors « plus constitutif d’une digue » ou, s’il s’agit d’un barrage, sera réputé « ne plus contribuer à la prévention des inondations et des submersions ».

La conséquence saute aux yeux, et elle est très importante : faute de cette autorisation, le gestionnaire de l’ouvrage (commune ou EPCI) sera considéré comme pleinement responsable de dommages causés par une éventuelle inondation ou submersion, sans aucune exonération.

Le décret fixe également les règles de la nouvelle « étude de danger » que le gestionnaire va devoir fournir au préfet. Sont concernés par cette obligation les barrages de classes A et B, les digues « quelle que soit leur classe », les aménagements hydrauliques et les conduites forcées. L’étude de danger doit être conduite par un organisme indépendant et agréé ; elle liste tous « les risques  pris en compte » (crues, séismes, glissement de terrain, avalanche…) et comprend notamment « un diagnostic exhaustif de l’état des ouvrages ».

Une fois que l’étude de danger a été remise au préfet, elle devra être actualisée « tous les dix ans pour les barrages, systèmes d’endiguement et aménagements hydrauliques qui relèvent de la classe A, tous les quinze ans pour ceux qui relèvent de la classe B et tous les vingt ans pour ceux qui relèvent de la classe C ».
Le décret fixe enfin des règles en matière de rapports de surveillance et, le cas échéant, de rapport d’auscultation.
Rappelons que l’Association des maires de France, depuis le vote de la loi Notre, s’est élevée contre les modalités d’attribution de cette compétence nouvelle, obligatoirement dévolue aux communes et ECPI sans qu’aucune étude de son impact financier pour les communes ait été faite, et sans que les collectivités concernées connaissent ni l’état ni le linéaire des ouvrages qui vont leur être transférés. L’AMF, le 17 février dernier encore, demandait dans un communiqué  « le réexamen complet de cette compétence », et réitérait sa demande de voir « l’État revenir au premier rang » dans ce dossier de la prévention des inondations.

Il paraît un peu surprenant que le gouvernement publie maintenant ce décret d’application, alors que rien ne l’y obligeait, au moment où le projet de loi Notre va revenir au Parlement et rebattre en partie les cartes...  et où un groupe de travail est à l'œuvre entre les associations d'élus et les ministères concernés, dont les réunions ne sont pas finies ! On peut se demander quel message veulent faire passer le Premier ministre et sa ministre de l’Écologie en publiant un décret qui a toutes les chances d’être caduc dans quelques semaines en matière de délais.

Sauf si le gouvernement ne veut, en fait, pas céder sur l’échéance de 2016. 

Franck Lemarc

Télécharger le décret.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2731
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA LAWE ...   Ven 5 Déc - 9:34

Parcelles drainées, Znt, Dvp... les phytos soumis à de nouvelles contraintes


02/12/2014 | par Mathilde Carpentier | Terre-net Média


La réglementation relative aux produits phytosanitaires a évolué en 2014. Nouveau catalogue des usages, restrictions en parcelles drainées, Znt, Dvp, doses d'homologation... Quelques précisions dans cet article mais dans tous les cas, lisez bien les étiquettes !
Au printemps, la réglementation a évolué en matière de protection phytosanitaire. Le nouveaucatalogue des usages doit permettre d’élargir aux cultures mineures les usages autorisés pour les principales. Des informations des firmes sont attendues, ainsi que de la Dgal, quant aux extrapolations possibles.
Des restrictions d’utilisation sont apparues pour certains désherbants notamment en parcelles drainées et à proximité des cours d’eau. Des mélanges avec l’isoproturon pour le désherbage des céréales ont été réhomologués avec de nouvelles contraintes en sols drainés. La plupart des produits contenant seulement de l’isoproturon et certaines spécialités associées ne sont pas autorisés sur parcelles drainées (ex : Quartz GT, Legacy duo…). Herbaflex reste possible à l’automne en dehors de la période d’écoulement des drains en respectant des conditions spécifiques indiquées sur l’étiquette.
En plus des Znt, zones non traitées, pour réduire la dérive, les Dvp, dispositifs végétalisés permanents, doivent limiter le ruissellement de certains produits. Les Znt par rapport aux points d’eau sont rejointes par des Znt relatives aux zones adjacentes non cultivées, encore appelées Znt terrestre, protection des organismes non cibles ou biodiversité (plantes non cibles, arthropodes).
Le Dvp n’est pas réductible et n’est pas la culture mais une bande enherbée qui doit être efficace au moment du traitement. Elle devra être implantée avant les passages de prélevée par exemple. Pour limiter le ruissellement, certaines spécialités à base de dichlorprop-p (Picotop) ou de diflufénicanil (Quartz GT) nécessitent un dispositif végétalisé permanent de 20 m de long des cours d’eau. Si un produit demande une Znt et 5 m et un Dvp de 20 m, il faudra ajouter 15 m aux 5 m de la bande enherbée obligatoire. La réduction à 5 m est impossible et ce, malgré des buses antidérives, une bande enherbée de 5 m et la tenue du registre phyto.

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2731
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA LAWE ...   Mer 15 Oct - 0:08

POLLUTION DES RIVIERES PAR PESTICIDES 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Messages : 577
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: LA LAWE ...   Jeu 14 Aoû - 11:49


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesgensdeloconsurlaw.forumjonction.com
PACA

avatar

Messages : 2731
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA LAWE ...   Lun 11 Aoû - 14:56

Je suis toujours étonné que les medias n 'ont jamais essayé de faire un article pour documenter la population sur le sujet de l 'evolution du SIPAL....ni les élus d ' ailleurs ...




 Le prefet a decidé fin 2013 , sous la pression des élus nordistes et des communes rurales de retirer a Olivier Switaj la gestion de la Lawe et du SIPAL .




Certains ecologistes grands adeptes des trames vertes et bleues et couloirs biologiques voyaient mal l idée que la population pourrait se reaproprier le chemin de halage pour en faire un chemin de randonnée accessibles a tous et non reservés aux petites bestioles a 5 pattes et des elus frustrés DEVAIENT ESTIMER QUE SUR LE PLAN POLITIQUE LE Sipal ET SON PRESIDENT EN FAISAIT UN PEU TROP et qu 'ils étaient relegués au second plan ....
Le SIPAL EST donc GERE maintenant par UN ELU NORDISTE DE LA GORGUE qui ne s 'occupera que de la LAWE ... mais le reste du bassin avec ses nombreuses rivieres et fossés sera géré par ARTOIS COMM avec le personnel qui etait auparavant payé par le SIPAL ... 




CE qui est a mon avis ridicule car il faut avoir une vue d 'ensemble pour gerer tout ce bassin versant ....mais bon...en France on aime les complications ...





je voudrai rajouter que les nouvelles directives ecologistes ORDONNENT de ne faucarder que le centre des rivieres afin de ne pas detruire les herbes , la vegetation et les petits animaux qui vivent le long des berges et copulent sans retenue et sans pudeur !

***********************************************************************************************
***********************************************************************************************



Béthune: après une nouvelle montée des eaux, la coupe déborde dans la rue de Vaudricourt (VIDÉO)

PUBLIÉ LE 11/08/2014
PAR ISABELLE MASTIN



Ce n’est pas une vie de sortir les planches à chaque fois qu’il pleut. Dans la rue de Vaudricourt, ce dimanche, l’orage a sonné comme une goutte de plus dans un vase de ras-le-bol. Une de trop.



6 / 10

 confused  confused  confused  pale pig Mad  Sad 


  

La Lawe affleurait à Catorive : les grues de la ville ont dû nettoyer les déchets encombrant le siphon.

A lire aussi




Les eaux sont montées aussi vite qu’elles ont disparu. Au creux de l’après-midi, les habitants de la rue de Vaudricourt, surtout ceux de la dizaine de maisons de la SIA victimes de la malédiction, ont répété le ballet dont ils sont tristement coutumiers. Les anciens vivent ici depuis 40 ans et désespèrent être un jour au sec, même s’ils admettent que le construction du bassin de rétention a limité la casse « au moins 5 ans ». Ça, Jocelyne Frutiez l’admet. La présidente des Naufragés de la rue de Vaudricourt avait même baissé pavillon, soulagée de voir s’éloigner le spectre de 2002. « Les réfrigérateurs flottaient, on avait un mètre d’eau dans les maisons. »
Mais si c’est, disons, moins pire, les orages ravivent les cauchemars. Jimmy Chavatte a eu le réflexe de dégainer son portable pour filmer la montée des eaux. Une plaque de fonte s’est soulevée et on a cru voir une vague déferler du bout de la rue, du chemin de promenade. Lui ça fait 3 ans qu’il vit ici avec son épouse. Dans la maison joliment redécorée, il pointe les traces d’humidité dans la salle de bains. « Les murs ont été refaits, ils étaient moins épais mais les radiateurs ne tenaient plus. » Pour éviter que les eaux usées mêlées à la pluie entrent pourrir la vie de sa famille, il a sacrifié son confort : pour entrer, il faut lever la jambe. Le dispositif de plaques est fixé pour plus d’efficacité. Trop peur de la pluie. « Quand je travaille et qu’il pleut, je reviens voir... » Fichu fossé d’Avesnes.
Pas de réponse évidente
Ce dimanche, il a demandé des comptes aux élus et à Artois Comm. Pas de réponse évidente... sauf pour les derniers orages : en démolissant les barres de la rue de Schwerte, les engins ont déversé des gravats dans un collecteur, provoquant un bouchon. Lequel a été enlevé. Alors on cogite. Le barrage ? Il fonctionne... « mais peut-être qu’il n‘a pas le temps de se fermer quand la pluie ne dure que quelques minutes ». Autre piste : le réseau unitaire n’est-il pas saturé depuis qu’on a construit de nouveaux bâtiments ? Possible mais ça ne ferait qu’augurer de lourds et longs travaux. Et, soupire une riveraine, « avant les maisons avaient un seuil d’une ou 2 marches, mais on a tant refait la route qu’on est 25 cm en dessous. » Ce qui n’arrange rien. L’association songe à une pétition. La coupe est pleine.

La Lawe prête à déborder
Selon l’expression consacrée, il paraît qu’on a frôlé le drame hier. Tandis que dans la rue de Vaudricourt, à Béthune, les habitants nettoyaient leurs trottoirs, du côté de Catorive, les eaux de la Lawe montaient sournoisement. « On s’en est aperçu grâce à un technicien qui, en s’inquiétant de voir que l’écoulement ne se faisait pas normalement, est allé vérifier le siphon», commente le premier adjoint Pierre-Emmanuel Gibson.

Résultat : les eaux affleuraient. En cause : le siphon obstrué de toutes sortes de détritus, des bidons vides de produits toxiques aux souches d’arbres. Les services techniques de la Ville ont sorti la grue pour un nettoyage qui devrait éviter « à Catorive et à une partie du centre-ville d’être inondés » si de fortes pluies s’abattaient sur le secteur dans les heures à venir.
Et après qu’est-ce qu’on fait ? Après les deux derniers épisodes orageux, VNF a répondu à la mairie que l’accumulation de déchets « provient d’un manque d’entretien de l’amont de la Lawe, qui n’est pas du ressort de VNF ». Dès ce lundi, le maire et son adjoint, excédés, parlent d’exiger du sous-préfet « une réunion avec tous les acteurs de la Lawe ». Assez de se renvoyer la balle.


Et sinon...

Béthune

Une lectrice nous a signalé une montée des eaux du côté du Beaumarais.
Dans la rue de l’Égalité, les pompiers ont dû sortir la grande échelle à cause de tuiles emportées par les fortes rafales de vent et d’une cheminée qui menaçait de s’effondrer sur la chaussée. Celles des maisons voisines oscillent aussi dangereusement : la mairie devrait contacter les propriétaires ce lundi. Du côté de chez Firestone, on avait aussi signalé un arbre sur la chaussée aux sauveteurs.


Chocques

Ce sont également les sapeurs-pompiers de Béthune qui sont intervenus dans la rue d’Annezin, où une habitation était inondée.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bachum62

avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 12/11/2010

MessageSujet: Re: LA LAWE ...   Mer 2 Juil - 14:09

LA LAWE MONTE ENCORE ! On attend toujours ce putain de faucardage ! On se fouterait pas un peu de nous qui habitons de long de la riviere ???? L ' année derniere ce travail etait fait fin mai et NOUS SOMMES EN JUILLET ! On attend les orages  pour que l 'eau monte et detruise les berges et reduise la surface de nos terrains ? ??????
Ca commence a bien faire avec ce SIPAL   ! ! !  !

 affraid  affraid  affraid  affraid  affraid  affraid  affraid  affraid  affraid  affraid  affraid  affraid  affraid  affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2731
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA LAWE ...   Ven 27 Juin - 16:58

PETIT RAPPEL 
http://www.sage-lys.net/index.php/ct-menu-item-2/territoire-sage
 
ET.....
Je profite de l 'occasion pour féliciter  , au nom des Adhérents  de l ' association ESPACES-LAWE et en mon nom , Monsieur Bruno NORO ,   Maire adjoint  a l 'environnement  de la ville de  LA GORGUE qui vient  d 'etre élu nouveau Président du SIPAL en remplacement de Monsieur Olivier SWITAJ appelé a d 'autres fonctions au sein d ' ARTOIS COMM ...
 Suite a l 'arrivée des communes de la CCNE le prefet aurait decidé d 'une nouvelle répartition des compétences , Artois Comm s 'occuperait des rivieres et ruisseaux ( Loisne , turboté , etc...) de son territoire avec son personnel issu de Bruay  mais les communes nordistes  gereraint la partie domaniale de la LAWE .
Nous souhaitons beaucoup de courage a Monsieur Bruno Noro . Je voudrai qu 'il sache que nous sommes prets a collaborer avec lui pour que son mandat se passe dans les meilleures conditions .
Pierre Acarie 
*******************************************************************************
Extraits d 'une conversation sur Facebook et moi même :
Le 29 mai 2014
 ACARIE :Bonjour Monsieur le Président d’artois comm
Trois questions rapides .
Que devient le SIPAL ?
Qui gere le Sipal ?
Quels sont les roles et les compétences des communes de
 La Gorgue et Lestrem ?
Car depuis le debut de l’année nous ne voyons plus personne sur le terrain et nous nous inquiétons pour le faucardage
Fin de la conversation 
 
REPONSE artois comm :


Bonjour, à question rapide, réponse brève. La fusion a conduit à ce que les communes de l'ex CCNE sortent du SIPAL en entrant dans Artois Comm., qui dispose de la compétence hydraulique sur les cours d'eau concernés. Les communes de La Gorgue et Lestrem restent membres du SIPAL pour la partie qui les concerne. L'entretien, sur la Lawe domaniale et les cours d'eau gérés sur le territoire d'Artois Comm. par le SIPAL jusqu'à présent , sont dorénavant entretenus directement par l'agglomération, qui a intégré dans ces effectifs les personnels du syndicat, ce qui facilite la continuité. Pas de black out : toutes ces dispositions ont fait l'objet de délibérations publiques au sein du Conseil communautaire. Bonne journée.
Fin de la conversation
 
 
REPONSE ACARIE :
il serait interessant que la population concernée recoive un document expliquant la nouvelle organisation et la nouvelle repartition des taches , des competences et du partage du territoire .Mr Switaj avait fait du bon travail et savait faire savoir ce qu 'il faisait grace a son petit journal . une information claire et nette serait souhaitable , soit pas la presse , soit par la plaquette ARTOIS COMM distribuée dans tous les foyers car si personne ne divulgue les déliberations d 'artois comm la population reste dans l 'ignorance . De plus sur le terrain plus personne ne voit le personnel du Sipal si actif il y a un an ... Comment dois je faire pour obtenir copie de delibérations concernant le SIPAL ????Merci pour vos infos et bonne journée a vous aussi
Fin de la conversation
 
 REPONSE ARTOIS COMM :
Il vous suffit d'envoyer un courrier adressé à M le Président d'Artois Comm., 100 avenue de Londres, CS 40 548 - 62411 Béthune Cedex
Merci , bonne journée
Fin de la conversation



 REPONSE ACARIE
Merci , bonne journée
Fin de la conversation
 
 
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eric.
Invité



MessageSujet: Re: LA LAWE ...   Ven 21 Mar - 12:44

j 'ai lu ce qu 'ecrit GIBSON AU SUJET d '  ARTOIS COMM :

" il  écrit qu 'artois comm IGNORE  hélas la possibilité d’aménager une halte VTT au port fluvial de Béthune et d’utiliser 
les chemins de bord de Lawe ainsi que le chemin de halage en bordure de canal pour rejoindre Beuvry ou un aménagement est prévu."


C 'est une façon polie de dire qu 'artois comm n 'en a rien a foutre d 'aménager une halte et de faire des chemins sur la Lawe et que lui GIBSON , s 'engagerait a le faire  si il est élu .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LA LAWE ...   Ven 21 Mar - 11:33

Citation :
Il ignore hélas la possibilité d’aménager une halte VTT au port fluvial de Béthune et d’utiliser 
les chemins de bord de Lawe ainsi que le chemin de halage en bordure de canal pour rejoindre Beuvry ou un aménagement est prévu.


Je vois pas comment on peut " Ignorer " !!!

On étudie la possibilité elle est faisable ou Pas , endroit, possibilité, infrastructure Coüt Etc....C'est faisable ou pas ??

Puis on décide on comprendrait aisément que l'on fasse ou pas .....!!!

Mais Ignorer .....C'est - y pas leur Boulot que de chercher et de trouver et pas ignorer !!!

Trouver le moyen pour que le + puisse se promener avoir des Loisirs " Gratuit " en ces temps de crise et surtout s'aérer et faire connaitre de beaux chemins ou Paysage comme le Post qui est ci dessous dans le Post de PACA !!!

IGNORER  ...C'est du grand n'importe Quoi ..... Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
avatar

Messages : 577
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: LA LAWE ...   Ven 21 Mar - 11:13

POSITION et AVIS de Pierre-Emmanuel GIBSON candidat UMP aux élections municipales de Bethune , sur le chemin de halage de la LAWE :




Pierre-Emmanuel GIBSON
Candidat tête de liste
42, Place Jules Senis
62 400 BETHUNE
06 23 00 11 34 – pegibson@wanadoo.fr
 
 ( ci dessous partie  extraite du courrier ) : : : :
 
Artois Com supporte un développement orienté vélo loisir avec un projet de base VTT. Nous y sommes bien sur favorables.
 
 Il ignore hélas la possibilité d’aménager une halte VTT au port fluvial de Béthune et d’utiliser 
les chemins de bord de Lawe ainsi que le chemin de halage en bordure de canal pour rejoindre Beuvry ou un aménagement est prévu.


 Nous souhaitons promouvoir cet aménagement auprès de la communauté de commune et des VNF.
 
Bien cordialement,
 
 
Pierre-Emmanuel GIBSON
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesgensdeloconsurlaw.forumjonction.com
Eric.
Invité



MessageSujet: Re: LA LAWE ...   Mer 19 Mar - 12:50

Merci PACA pour votre message concernant le SIPAL ! 
Depuis des mois nous ne voyons plus le personnel du SIPAL et les travaux sur la Lawe semblaient etre stoppés . Je  devine donc dans votre dernier message qu 'il se trame quelque chose depuis des mois dans ce syndicat ,ainsi qu ' à ARTOIS COMM  et  que vous ne voulez rien dire !


Ce qui est tres grave c 'est que dans les municipalités de LOCON et d ' ESSARS il y a des élus délégués au SIPAL et que par paresse ou par mauvaise intention ils ne disent rien et ne relatent pas les événements a la population alors qu 'ils sont payés pour ça ! 
IL FAUT QUE CES GENS NOUS RENDENT DES COMPTES !
Nous avons là de sacrées equipes de charlots et je suis poli  !!!!
Espérons que les prochains élus se baseront sur la transparence et nous mettront au courant de leurs travaux  au sein des syndicats intercommunaux .
Connait on le nom des rigolos délégués au SIPAL ? 
Revenir en haut Aller en bas
PACA

avatar

Messages : 2731
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA LAWE ...   Mer 19 Mar - 11:43

C 'est bientot le printemps ! 


 Laughing  Laughing  Laughing  Laughing 

C 'est le temps du renouveau !


Laughing  Laughing  Laughing  Laughing 

Aprés maintes péripéties , luttes , divisions , réunions ,  changements  et modifications  le SIPAL  et Artois comm comme les hirondelles reviennent apres une longue période d ' hibernation ...


 Sleep    Evil or Very Mad  Sleep  Twisted Evil   Sleep   Sad  Sad  Sad ...


Et ce n 'est pas fini ...


Car  mon petit doigt me dit qu ' apres la réunion de ce jour dans le Bas Pays nous saurons enfin avec quelles nageoires nous allons naviguer et avec quel capitaine  ! ! ! ! Very Happy  Very Happy  flower  flower 
 cheers  cheers  cheers  cheers  cheers
 . 
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LA LAWE ...   Mer 8 Jan - 13:52

ce coin là est plus que super joli ...

Mais c'est Où  scratch
Revenir en haut Aller en bas
PACA

avatar

Messages : 2731
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA LAWE ...   Mer 8 Jan - 10:10

http://www.daniel-boys.fr/article-la-lawe-un-espace-de-nature-qui-doit-etre-accessible-au-plus-grand-nombre-120301747.html

UN COMMUNIQUE DE DANIEL BOYS CANDIDAT AU POSTE DE MAIRE A BETHUNE : 


LA LAWE, UN ESPACE DE NATURE QUI DOIT ÊTRE ACCESSIBLE AU PLUS GRAND NOMBRE
 
 
Alerté par les membres de l'association " Espaces Lawe " concernant la remise en état du chemin de halage qui borde la Lawe entre Béthune et La Gorgue, j'ai interrogé le Président du SIPAL sur le sujet.
 ----------------------------------------------------------------------------------------------------------
 Béthune le 10 Septembre 2013
 
Daniel BOYS
Président de Aujourd’hui pour 
Béthune Demain
 
à
Monsieur Olivier SWITAJ
Président du SIPAL
 
 
 
            Monsieur le Président,
 


            Des membres de l’association Espaces Lawe m’ont interpellé concernant la remise en état du chemin de halage le long de la Lawe entre Béthune et La Gorgue.
            Je partage leur démarche qui s’inscrit dans la volonté de développer des modes de transport doux dans une région particulièrement urbanisée où les espaces verts sont réduits au minimum.
            Comme ancien Président du SIPAL, j’ai mené les négociations avec l’état pour que le SIPAL récupère la Lawe domaniale de Béthune à La Gorgue en contrepartie d’un engagement financier de 3 millions € pour sa remise en état.
            Cela permet d’avoir une politique globale et cohérente de gestion, d’entretien et de mise en valeur de la Lawe de sa source à sa confluence avec la Lys.
            Je sais que vous mettez tout en œuvre pour une gestion écologique de la Lawe en partenariat avec des associations d’insertion dans le cadre du développement durable.
            Aujourd’hui, les résultats sont là, la Lawe retrouve une qualité de l’eau acceptable, les berges sont réaménagées. Elle redevient une rivière où les activités nautiques sont possibles.
Cette zone de nature, à la fois coulée verte et bleue doit pouvoir être accessible à tous. Il reste pour cela à régler le problème de l’aménagement d’un chemin de randonnée sur l’emplacement du chemin de halage.
Au-delà de la satisfaction légitime des aspirations de notre population pour le développement d’espaces de nature et de modes de transport doux, cette réalisation contribuerait à l’attractivité touristique de notre territoire et donc à son développement économique.
C’est pourquoi, je vous serai reconnaissant de me faire savoir quels sont les freins à cette réalisation et dans quels délais vous estimez être en mesure de procéder à ces aménagements pour rendre la Lawe accessible à tous.
 
Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président , l’expression de mes entiments les meilleurs.
 
                                              
                                                                      Daniel BOYS
 
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


 
Réponse de M. Switaj, Président du SIPAL :
 



  • +++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++ 


blog de l 'association " ESPACES LAWE " :http://espaces-lawe.hautetfort.com/archive/2013/08/15/le-chemin-de-halage-doit-etre-5141147.html




blog de l 'association " ESPACES LAWE " : http://espaces-lawe.hautetfort.com/

 flower  flower  flower  flower  flower  flower  flower  flower  flower  flower  flower  flower  flower  flower  flower  flower


Dernière édition par PACA le Mer 19 Mar - 11:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2731
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA LAWE ...   Jeu 19 Déc - 11:21

http://www.lesechos.fr/journal20131216/lec1_france/0203192113805-le-gouvernement-reporte-a-2016-la-taxe-inondation-637337.php

Le gouvernement reporte à 2016 la « taxe inondation »
Par Elsa Conesa |


Fiscalité : Les députés ont adopté jeudi soir un amendement du gouvernement au projet de loi de « modernisation de l'action publique territoriale et affirmation des métropoles », qui propose de reporter au 1er janvier 2016 la taxe inondation, qui doit permettre aux collectivités de financer l'entretien des cours d'eau, en particulier dans les zones inondables. Cette taxe sera assise sur les impôts locaux (taxe d'habitation, taxe foncière, contribution foncière des entreprises) et représente, si toutes les collectivités la lèvent, quelques 600 millions d'euros.

[Écrit par Elsa CONESA 
Chef de service adjoint 
[email=econesa@lesechos.fr]econesa@lesechos.fr[/[/email]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LA LAWE ...   Mar 3 Déc - 10:45

PACA a écrit:
En revanche, pour les agriculteurs, avoir 200 mètres ou plus de rivière à travers champs, ça arrive relativement fréquemment… Et cela fera donc 100 euros ou plus à débourser, alors qu’ils entretiennent eux-mêmes les cours d’eau en question.

 Oué ??? Je ne sais pas si la majorité des agriculteurs entretiennent Qqchose ....Mais je pense que cela se verrait par contre ils nous mangent pas mal de terrain !!

Ne devaient - ils pas laisser Qqs dizaines de Centimètres au bord des fossés afin que l'on puisse les entretenir ??

Or en ce cas précis .....?? D'autres ont pu remarquer l'absence flagrante de cette disposition ?? affraid 

Mais qui est en charge de faire appliquer cette  "  disposition  " ?? Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LA LAWE ...   

Revenir en haut Aller en bas
 
LA LAWE ...
Revenir en haut 
Page 3 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» L'automne autour de la Lawe

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
LOCON SUR LAWE  :: MONDE , Politique, financier, religieux,idéologique. :: GENS D'ICI ET CHRONIQUE DU SOUVENIR :: La VIE à LOCON-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: